share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le droit à la mort : Suicide, mode d'emploi, ses lecteurs et ses juges

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le droit à la mort : Suicide, mode d'emploi, ses lecteurs et ses juges

Le droit à la mort : Suicide, mode d'emploi, ses lecteurs et ses juges

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le droit à la mort : Suicide, mode d'emploi, ses lecteurs et ses juges"

C'est à peine si la loi Leonetti de 2005 reconnaît le droit de mourir aux mourants ! On peut désormais " laisser mourir ", de faim et de soif, les 150 000 agonisant(e) s que l'on " débranche " chaque année, mais le geste euthanasique, l'assistance au suicide et l'information sur ses moyens techniques demeurent interdits. Merveilleux progrès de l'humanisme démocrate ! La question, fondamentale, du droit à disposer de son corps et de sa vie jusqu'à la mort reste entière depuis la publication de " Suicide, mode d'emploi ", en 1982. Il est exceptionnel qu'un succès de librairie fasse contre lui l'unanimité de la presse, des autorités religieuses, civiles et judiciaires. C'est pourtant le destin d'un ouvrage, vendu à plus de 100 000 exemplaires, traduit en sept langues et finalement retiré de la circulation par décision de justice. Claude Guillon analyse le scandale qu'entraîna cette publication et donne à lire des extraits de lettres, choisies parmi plus de 600 reçues, qui sont une correspondance d'amitié, et parfois d'amour. Toutes parlent de la souffrance et de la mort avec une émotion, un humour et un sang-froid dont sont incapables les " suicidologues ".

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 360  pages
  • Dimensions :  2.8cmx15.0cmx20.4cm
  • Poids : 421.8g
  • Editeur :   Imho Paru le
  • Collection : Essais
  • ISBN :  2915517479
  • EAN13 :  9782915517477
  • Classe Dewey :  360
  • Langue : Français

D'autres livres de Claude Guillon

La Terrorisation démocratique

L'affaire dite « de Tarnac », en novembre 2008, a révélé au grand public l'existence d'un arsenal législatif censément destiné à lutter contre le terrorisme. Mis en place à partir de 1986 par les gouvernements de gauche comme de droite, il a trouvé une nouvelle légitimité depuis les...

Le Militantisme, stade suprême de l'aliénation

Si la critique et la condamnation du militantisme est une tâche indispensable pour la théorie révolutionnaire, elle ne peut être faite que du " point de vue " de la révolution. Les idéologues bourgeois peuvent traiter les militants de voyous dangereux, d'idéalistes manipulés, leur [....]...

Le siège de l'âme: Eloge de la sodomie. Fantaisie littéraire, érosophique et antithéiste

Repenser la chair dans ses rapports avec l'âme, réhabiliter le plaisir comme dépense partagée, réintroduire le merveilleux dans l'érotisme, telles sont les invites que formule cette " fantaisie littéraire, érosophique et antithéiste ". Affectant la forme d'un traité d'érudition, le Siège...

Voir tous les livres de Claude Guillon

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

C'est à peine si la loi Leonetti de 2005 reconnaît le droit de mourir aux mourants ! On peut désormais " laisser mourir ", de faim et de soif, les 150 000 agonisant(e) s que l'on " débranche " chaque année, mais le geste euthanasique, l'assistance au suicide et l'information sur ses moyens techniques demeurent interdits. Merveilleux progrès de l'humanisme démocrate ! La question, fondamentale, du droit à disposer de son corps et de sa vie jusqu'à la mort reste entière depuis la publication de " Suicide, mode d'emploi ", en 1982. Il est exceptionnel qu'un succès de librairie fasse contre lui l'unanimité de la presse, des autorités religieuses, civiles et judiciaires. C'est pourtant le destin d'un ouvrage, vendu à plus de 100 000 exemplaires, traduit en sept langues et finalement retiré de la circulation par décision de justice. Claude Guillon analyse le scandale qu'entraîna cette publication et donne à lire des extraits de lettres, choisies parmi plus de 600 reçues, qui sont une correspondance d'amitié, et parfois d'amour. Toutes parlent de la souffrance et de la mort avec une émotion, un humour et un sang-froid dont sont incapables les " suicidologues ".