share_book
Envoyer cet article par e-mail

La transparence et l'énonciation

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La transparence et l'énonciation

La transparence et l'énonciation

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La transparence et l'énonciation"

Selon une théorie du signe combattue souvent mais réapparaissant toujours, le signe est transparent par rapport à ce qu'il signifie : il n'est qu'un intermédiaire permettant d'accéder aux choses signifiées, devant lesquelles il s'efface. Ainsi, les énoncés représentent des faits (l'énoncé « la neige est blanche » représente le fait que la neige est blanche) et ne sont pas, eux-mêmes, considérés comme des faits : quand quelqu'un parle, on fait attention à ce qu'il dit et non qu fait qu'il dise ce qu'il dit. En bref, le propre d'une énonciation est de renvoyer à quelque chose d'autre qu'elle-même : l'événement constitué par l'énonciation est mis entre parenthèses. A l'encontre de cette conception traditionnelle, les travaux récents des philosophes du langage et des linguistes ont montré que dans le sens d'un énoncé se réfléchit le fait de son énonciation. A un premier niveau, certaines expressions font immplicitement référence à leur propre énonciation, « tu » désigne la perniveaux, les énoncés indiquent quel acte est accompli par leur énonciation : par exemple, l'énoncé " viens ici ! " indique (au moyen notemment du mode impératif) que son énonciation est un ordre. A un troisième niveau, on ne peut accéder aux sous-entendus véhiculés par une énonciation qu'en réfléchissant sur les raisons pour lesqueslles celui qui parle a dit ce qu'il a dit : on doit donc, ici encore, prendre en considération l'énonciation pour comprendre pleinement le sens de l'énoncé. Ce livre, qui est tiré d'un cours et s'adresse à un lecteur non spécialisé, peut servir d'introduction à la philosophie du langage et à la linguistique de l'énonciation - à ce qu'on appelle désormais « pragmatique » .

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 214  pages
  • Dimensions :  1.4cmx13.6cmx19.6cm
  • Poids : 199.6g
  • Editeur :   Seuil Paru le
  • Collection : L'ordre philosophique
  • ISBN :  2020050900
  • EAN13 :  9782020050906
  • Classe Dewey :  149.943
  • Langue : Français

D'autres livres de François Récanati

Philosophie du langage (et de l'esprit)

Philosophie du langage et philosophie de l'esprit constituent désormais un tout indissociable. Les expressions linguistiques " signifient ". Qu'est-ce que cela veut dire ? François Recanati distingue trois réponses possibles. Selon la première, signifier c'est (pour une expression linguistique) ...

Prix : 107 DH
Le sens littéral : Langage, contexte, contenu

Dans ce livre, François Recanati fait revivre un débat oublié et montre sa pertinence pour les recherches contemporaines en linguistique et en philosophie du langage. Les phrases du langage possèdent-elles un contenu sémantique déterminé, fixé par les conventions linguistiques, ou bien ne po...

Voir tous les livres de François Récanati

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Selon une théorie du signe combattue souvent mais réapparaissant toujours, le signe est transparent par rapport à ce qu'il signifie : il n'est qu'un intermédiaire permettant d'accéder aux choses signifiées, devant lesquelles il s'efface. Ainsi, les énoncés représentent des faits (l'énoncé « la neige est blanche » représente le fait que la neige est blanche) et ne sont pas, eux-mêmes, considérés comme des faits : quand quelqu'un parle, on fait attention à ce qu'il dit et non qu fait qu'il dise ce qu'il dit. En bref, le propre d'une énonciation est de renvoyer à quelque chose d'autre qu'elle-même : l'événement constitué par l'énonciation est mis entre parenthèses. A l'encontre de cette conception traditionnelle, les travaux récents des philosophes du langage et des linguistes ont montré que dans le sens d'un énoncé se réfléchit le fait de son énonciation. A un premier niveau, certaines expressions font immplicitement référence à leur propre énonciation, « tu » désigne la perniveaux, les énoncés indiquent quel acte est accompli par leur énonciation : par exemple, l'énoncé " viens ici ! " indique (au moyen notemment du mode impératif) que son énonciation est un ordre. A un troisième niveau, on ne peut accéder aux sous-entendus véhiculés par une énonciation qu'en réfléchissant sur les raisons pour lesqueslles celui qui parle a dit ce qu'il a dit : on doit donc, ici encore, prendre en considération l'énonciation pour comprendre pleinement le sens de l'énoncé. Ce livre, qui est tiré d'un cours et s'adresse à un lecteur non spécialisé, peut servir d'introduction à la philosophie du langage et à la linguistique de l'énonciation - à ce qu'on appelle désormais « pragmatique » .