share_book
Envoyer cet article par e-mail

Alimentaire mon cher Watson

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Alimentaire mon cher Watson

Alimentaire mon cher Watson

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Alimentaire mon cher Watson"

Nero Wolfe et son vitello tonnato, Hercule Poirot et son chocolat chaud ou sa crème de menthe (sans parler des escargots !), Miss Marple et ses muffins beurrés, Maigret et la blanquette de veau confectionnée par son épouse... Quel limier, quel enquêteur ne s’est pas arrêté un instant de traquer les criminels pour se régaler de son plat favori, voire d’un repas complet d’où sortira peut-être la solution de l’énigme ? Kay Scarpetta elle-même, l’héroïne de Patricia Cornwell confrontée à des morts sans nom, n’avoue-t-elle pas que la confection de sauce tomate pour agrémenter pâtes et pizzas lui détend les nerfs ? Ces créatures de papier pour la plupart bien en chair – du léger embonpoint d’Hercule Poirot aux 130 kilos de Nero Wolfe, jusqu’à l’obésité du commissaire Richard Séléna, l’Outremangeur de Tonino Benacquista – vouent souvent à la gastronomie un véritable culte, à la manière du détective barcelonais Pepe Carvalho. Selon le créateur de ce dernier, Manuel Vázquez Montalbán, dans Les Recettes de Carvalho, la cuisine serait même un rempart élevé contre le côté obscur de l’humanité : « Si nous dévorions l’animal mort ou la laitue arrachée tels quels, d’aucuns diraient que nous sommes sauvages. Maintenant, si nous faisons mariner la bête en vue de l’accommoder plus tard avec des herbes de Provence et un verre de vin vieux, alors nous avons mis en œuvre une délicate opération culturelle, fondée à parts égales sur la brutalité et sur la mort. » C’est un fait, les plus célèbres enquêteurs de la littérature policière sont passés maîtres dans l’art de « cuisiner » les coupables et de décortiquer leur modus operandi, afin de leur faire « manger le morceau ».

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 256  pages
  • Dimensions :  3.0cmx20.6cmx25.2cm
  • Poids : 1360.8g
  • Editeur :   Chne Paru le
  • ISBN :  2812301554
  • EAN13 :  9782812301551
  • Classe Dewey :  641
  • Langue : Français

D'autres livres de Anne Martinetti

La cuisine des séries

Qui n'a jamais souhaité petit-déjeuner avec Hercule Poirot ou déguster, en compagnie du séduisant Brett Sinclair, un Créole cream bien frappé ? Qui n'a jamais rêvé de goûter l'osso bucco de la plus désespérée des femmes au foyer, Bree van de Kamp ? Découvrez en 64 pages chrono de savour...

Prix : 24 DH
Crèmes et châtiments

Parmi tous les romans d’Agatha Christie, il y en a bien une cinquantaine dans lesquels l’arme du crime n’est ni un revolver ni un poignard, mais un plat ou une boisson cachant une substance mortelle.  La moindre tasse de thé peut s’avérer fatale aux assoiffés et le plus délicieux puddin...

La sauce était presque parfaite : 80 recettes d'après Alfred Hitchcock

Alfred Hitchcock était le fils d'un épicier en gros de l'Est londonien, et lui-même un bon vivant amateur de bonne chère, ce dont témoignent autant les photographies de ce légendaire metteur en scène que le contenu de ses films. De ses premières œuvres anglaises aux grands chefs-d'œuvre de...

Les Petites Recettes modèles : Inspirées des romans de la Comtesse de Ségur - Prix Antonin Carême 2007

Les Petites Filles modèles, Les Vacances, Mémoires d'un âne... Qui n'a pas vibré ou tremblé au rythme des bêtises de Sophie, des malheurs de Cadichon, et des infâmes punitions que la mère MacMiche inflige à Charles, ce " bon petit diable " ? Grand-mère gâteau, la Comtesse de Ségur, qui d...

Voir tous les livres de Anne Martinetti

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Nero Wolfe et son vitello tonnato, Hercule Poirot et son chocolat chaud ou sa crème de menthe (sans parler des escargots !), Miss Marple et ses muffins beurrés, Maigret et la blanquette de veau confectionnée par son épouse... Quel limier, quel enquêteur ne s’est pas arrêté un instant de traquer les criminels pour se régaler de son plat favori, voire d’un repas complet d’où sortira peut-être la solution de l’énigme ? Kay Scarpetta elle-même, l’héroïne de Patricia Cornwell confrontée à des morts sans nom, n’avoue-t-elle pas que la confection de sauce tomate pour agrémenter pâtes et pizzas lui détend les nerfs ? Ces créatures de papier pour la plupart bien en chair – du léger embonpoint d’Hercule Poirot aux 130 kilos de Nero Wolfe, jusqu’à l’obésité du commissaire Richard Séléna, l’Outremangeur de Tonino Benacquista – vouent souvent à la gastronomie un véritable culte, à la manière du détective barcelonais Pepe Carvalho. Selon le créateur de ce dernier, Manuel Vázquez Montalbán, dans Les Recettes de Carvalho, la cuisine serait même un rempart élevé contre le côté obscur de l’humanité : « Si nous dévorions l’animal mort ou la laitue arrachée tels quels, d’aucuns diraient que nous sommes sauvages. Maintenant, si nous faisons mariner la bête en vue de l’accommoder plus tard avec des herbes de Provence et un verre de vin vieux, alors nous avons mis en œuvre une délicate opération culturelle, fondée à parts égales sur la brutalité et sur la mort. » C’est un fait, les plus célèbres enquêteurs de la littérature policière sont passés maîtres dans l’art de « cuisiner » les coupables et de décortiquer leur modus operandi, afin de leur faire « manger le morceau ».