share_book
Envoyer cet article par e-mail

Quatre soldats - Prix Médicis 2003

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Quatre soldats - Prix Médicis 2003

Quatre soldats - Prix Médicis 2003

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Quatre soldats - Prix Médicis 2003"

Voilà ce qui pourrait être une vaste fresque, déployée dans l'intime. Un coup de force littéraire en somme, correspondant assez bien à l'univers littéraire d'Hubert Mingarelli. Après Une rivière verte et silencieuse, La Dernière Neige et La Beauté des loutres, Quatre soldats rassemble en quelque deux cents pages des éléments de la vie, avec son poids de difficulté, de souffrances, de sacrifices, de drôlerie aussi. Des éléments puisés dans l'anodin, élevés dans un cadre rude : autour de l'année 1919, l'Armée rouge se replie en forêt, en butte aux forces roumaines et polonaises. On s'organise pour affronter l'hiver. Dans cette débâcle au ralenti, quatre soldats vont nouer une relation. Une cabane dans laquelle on se retrouve au chaud, des repas qu'on partage, des parties de dés, des rêves qu'on échange, comme celui de ce portrait féminin calé dans le creux d'une montre. Un quatuor à la marge du régiment, vécu et raconté par l'un d'eux, attentif, observateur, et auquel va s'ajouter un gamin. Cette intrusion difficile donnera aux soldats un autre élan de solidarité, articulé autour d'un gosse qui est le seul à savoir écrire. Ça laisse rêveur, admiratif un peu, ça donne envie de voir son nom couché sur une page… Si le décor est grandiose, Hubert Mingarelli se concentre sur ses personnages, traduit un âpre quotidien. De restrictions en contraintes, de marches épuisantes en réquisitions. Le tragique est peu visible en surface. Il est en dedans, discret. Ce qui n'enlève rien aux accents comiques de quelques situations. Il faut bien vivre, en tout cas survivre. Longtemps auteur jeunesse, Hubert Mingarelli a mis de côté ses gamins narrateurs pour déployer dans l'humilité les rapports humains. Même au bout de la nuit, dans les instants de précarité, il s'agit toujours de rompre avec la solitude. C'est subtil et sur le fil de l'émotion. Et probablement l'un des romans les plus réussis de l'année 2003. --Céline Darner --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 208  pages
  • Dimensions :  1.6cmx10.8cmx17.2cm
  • Poids : 117.9g
  • Editeur :   Seuil Paru le
  • Collection : Points
  • ISBN :  2020631199
  • EAN13 :  9782020631198
  • Classe Dewey :  800
  • Langue : Français

D'autres livres de Hubert Mingarelli

La lumière volée

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Élie, un jeune adolescent, est réfugié dans un cimetière. Pas n'importe quel cimetière. Celui du ghetto de Varsovie, dans lequel il s'est installé, appuyé contre la tombe de Joseph Cytrin. C'est à un homme mort et enterré qu'il confie ses [....]...

Le Bruit du vent

C'est l'histoire de Vincent, du moins le récit d'un moment de sa vie, à la fin de 1918, dans une petite île. 1918, c'est aussi la fin de la Grande Guerre, marquée par le retour du père, un retour des tranchées, tandis que l'adolescent rafistole passionnément, secrètement, un vieux canot. ...

La Lumière volée

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Élie, un jeune adolescent, est réfugié dans un cimetière. Pas n'importe quel cimetière. Celui du ghetto de Varsovie, dans lequel il s'est installé, appuyé contre la tombe de Joseph Cytrin. C'est à un homme mort et enterré qu'il confie ses angoisses, s...

Quatre soldats - Prix Médicis 2003

Voilà ce qui pourrait être une vaste fresque, déployée dans l'intime. Un coup de force littéraire en somme, correspondant assez bien à l'univers littéraire d'Hubert Mingarelli. Après Une rivière verte et silencieuse, La Dernière Neige et La Beauté des loutres, Quatre soldats rassemble en ...

Voir tous les livres de Hubert Mingarelli

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Voilà ce qui pourrait être une vaste fresque, déployée dans l'intime. Un coup de force littéraire en somme, correspondant assez bien à l'univers littéraire d'Hubert Mingarelli. Après Une rivière verte et silencieuse, La Dernière Neige et La Beauté des loutres, Quatre soldats rassemble en quelque deux cents pages des éléments de la vie, avec son poids de difficulté, de souffrances, de sacrifices, de drôlerie aussi. Des éléments puisés dans l'anodin, élevés dans un cadre rude : autour de l'année 1919, l'Armée rouge se replie en forêt, en butte aux forces roumaines et polonaises. On s'organise pour affronter l'hiver. Dans cette débâcle au ralenti, quatre soldats vont nouer une relation. Une cabane dans laquelle on se retrouve au chaud, des repas qu'on partage, des parties de dés, des rêves qu'on échange, comme celui de ce portrait féminin calé dans le creux d'une montre. Un quatuor à la marge du régiment, vécu et raconté par l'un d'eux, attentif, observateur, et auquel va s'ajouter un gamin. Cette intrusion difficile donnera aux soldats un autre élan de solidarité, articulé autour d'un gosse qui est le seul à savoir écrire. Ça laisse rêveur, admiratif un peu, ça donne envie de voir son nom couché sur une page… Si le décor est grandiose, Hubert Mingarelli se concentre sur ses personnages, traduit un âpre quotidien. De restrictions en contraintes, de marches épuisantes en réquisitions. Le tragique est peu visible en surface. Il est en dedans, discret. Ce qui n'enlève rien aux accents comiques de quelques situations. Il faut bien vivre, en tout cas survivre. Longtemps auteur jeunesse, Hubert Mingarelli a mis de côté ses gamins narrateurs pour déployer dans l'humilité les rapports humains. Même au bout de la nuit, dans les instants de précarité, il s'agit toujours de rompre avec la solitude. C'est subtil et sur le fil de l'émotion. Et probablement l'un des romans les plus réussis de l'année 2003. --Céline Darner --Ce texte fait référence à l'édition Broché .