share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les égyptiens (Ancien prix éditeur : 45,50 Euros)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les égyptiens (Ancien prix éditeur : 45,50 Euros)

Les égyptiens (Ancien prix éditeur : 45,50 Euros)

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les égyptiens (Ancien prix éditeur : 45,50 Euros)"

Lorsque Bonaparte débarque à Alexandrie, le 1er juillet 1798, il ne sait pas que la campagne militaire qui commence va donner naissance à une science nouvelle, l'égyptologie. Certes l'Égypte n'était pas un pays inconnu : depuis la Renaissance, des voyageurs européens l'avaient visitée et avaient décrit ses " merveilles ". Mais les hiéroglyphes demeurant incompréhensibles, les informations qu'ils rapportaient relevaient plus de la légende que de l'histoire. Les savants que Bonaparte avait adjoints à son armée réalisent un remarquable bilan du pays en inventoriant de façon exhaustive sa population, sa faune, sa flore et... ses antiquités. Mais ce n'est qu'avec J.-F. Champollion et le déchiffrement de l'écriture hiéroglyphique, en 1822, que progresse véritablement la connaissance de l'Égypte ancienne. Ce n'était qu'un début. De nos jours, la compréhension des textes, la mise au jour et la restauration des monuments nous rendent la civilisation égyptienne de plus en plus accessible. La durée de cette civilisation est l'une des plus longues de l'histoire : depuis l'aube du IIIe millénaire av. J.-C. jusqu'au milieu du Ier millénaire ap. J.-C. Sa permanence est peut-être due, au moins en partie, à la force de l'institution pharaonique, un pouvoir absolu de droit divin. Sans doute de nombreuses vicissitudes l'ont marquée, en particulier les invasions étrangères qui finiront par entraîner sa fin. Tout au long de cette longue histoire, la société égyptienne demeure étonnamment stable, fortement structurée et hiérarchisée, étroitement encadrée par une bureaucratie omniprésente. C'est aussi une société profondément marquée par une vision religieuse du monde, où il importe avant tout de maintenir sur terre, grâce aux rites, la présence bienveillante des dieux.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 239  pages
  • Dimensions :  2.6cmx25.0cmx34.4cm
  • Poids : 2141.0g
  • Editeur :   Chne Paru le
  • Collection : Histoire
  • ISBN :  2842775171
  • EAN13 :  9782842775179
  • Classe Dewey :  932
  • Langue : Français

D'autres livres de  Roger Lichtenberg

Momies d'Egypte et d'ailleurs : La mort refusée

Archéologues et médecins, les auteurs de ce livre ont tenté d'appréhender les motivations qui ont poussé de nombreux peuples dans le monde, de l'Egypte à l'Amérique, à préserver les corps de la destruction. Un ouvrage de référence richement illustré d'une centaine de photographies saisis...

Les momies : Un voyage dans l'éternité

Depuis Hérodote, les voyageurs anciens avaient été frappés par ce pays étrange qui " ne faisait rien comme les autres " et conservait à ses morts l'apparence de la vie. Grâce à leurs témoignages et à celui des Arabes, l'Occident a toujours su que l'Egypte ancienne était le pays des momies...

Voir tous les livres de  Roger Lichtenberg

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Lorsque Bonaparte débarque à Alexandrie, le 1er juillet 1798, il ne sait pas que la campagne militaire qui commence va donner naissance à une science nouvelle, l'égyptologie. Certes l'Égypte n'était pas un pays inconnu : depuis la Renaissance, des voyageurs européens l'avaient visitée et avaient décrit ses " merveilles ". Mais les hiéroglyphes demeurant incompréhensibles, les informations qu'ils rapportaient relevaient plus de la légende que de l'histoire. Les savants que Bonaparte avait adjoints à son armée réalisent un remarquable bilan du pays en inventoriant de façon exhaustive sa population, sa faune, sa flore et... ses antiquités. Mais ce n'est qu'avec J.-F. Champollion et le déchiffrement de l'écriture hiéroglyphique, en 1822, que progresse véritablement la connaissance de l'Égypte ancienne. Ce n'était qu'un début. De nos jours, la compréhension des textes, la mise au jour et la restauration des monuments nous rendent la civilisation égyptienne de plus en plus accessible. La durée de cette civilisation est l'une des plus longues de l'histoire : depuis l'aube du IIIe millénaire av. J.-C. jusqu'au milieu du Ier millénaire ap. J.-C. Sa permanence est peut-être due, au moins en partie, à la force de l'institution pharaonique, un pouvoir absolu de droit divin. Sans doute de nombreuses vicissitudes l'ont marquée, en particulier les invasions étrangères qui finiront par entraîner sa fin. Tout au long de cette longue histoire, la société égyptienne demeure étonnamment stable, fortement structurée et hiérarchisée, étroitement encadrée par une bureaucratie omniprésente. C'est aussi une société profondément marquée par une vision religieuse du monde, où il importe avant tout de maintenir sur terre, grâce aux rites, la présence bienveillante des dieux.