share_book
Envoyer cet article par e-mail

La santé, par quels moyens et à quels prix ?

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La santé, par quels moyens et à quels prix ?

La santé, par quels moyens et à quels prix ?

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La santé, par quels moyens et à quels prix ?"

Le point de vue des économistes dans le débat sur ta santé est réducteur. Mais tout réducteur qu'il soit, ce point de vue est aussi inévitable. En matière de santé comme ailleurs, nos sociétés ont à faire des choix que l'on qualifie habituellement d'économiques. La question de la bonne affectation des ressources entre les différents besoins de santé est donc " incontournable " : arbitrer entre ces besoins est tout aussi difficile qu'inévitable. On peut s'interroger sur les raisons profondes de l'introduction et de l'essor d'une problématique de concurrence dans des domaines où elle n'était peut-être pas initialement présente. Nous ne sommes plus dans des sociétés de subsistance. Nous sommes dans des sociétés dans lesquelles le nombre de biens et de services qui sont fournis s'est considérablement multiplié. Cette situation exacerbe les difficultés de toute planification. L'intervention " centrale " pour décider de ce qui doit être est de plus en plus difficile : comment décider d'en haut ce qui est bon pour une personne déterminée, dans un monde où cette personne fait des arbitrages complexes entre les postes de sa consommation. Certes cette diversité des choix possibles est inégalement accessible selon te revenu. Mais nous vivons dans un monde de biens multipliés, dont beaucoup relèvent de ce que l'on appelait autrefois le superflu et non du nécessaire. La légitimité des mécanismes de type décentralisé s'accroît, et avec elle s'affaiblit le tabou sur la recherche de profit. Ceci vaut, même si c'est de façon atténuée, pour te secteur de la santé, non seulement parce qu'une partie des soins relève de ce que l'on nomme parfois le confort, mais parce que te progrès s'accompagne d'un accroissement des biens mis à la disposition, les traitements par exemple, et d'une indétermination croissante du registre du nécessaire. Trois textes ouvrent ce livre, te deuxième d'un cycle sur la santé de Roger Guesnerie, L'inévitable regard économique : de Pierre-Yves Geoffard, La santé et ses " marchés " ; de Julian Le Grand, La question du choix dans les systèmes de santé: illusion ou solution ? Sous la rubrique " Contrepoints ", Claudine Attias-Donfut, Marie-Odile Bertetta Geffroy, Jean-Louis Bourtanges, Jean-Marc Ferry, Maurice Godelier, Joseph Maïla, Serge Marti débattent des analyses proposées. Dans ta postface, Roger Guesnerie revient sur les propositions, questions et critiques auxquelles elles ont donné lieu.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 135  pages
  • Dimensions :  1.2cmx13.4cmx21.4cm
  • Poids : 99.8g
  • Editeur :   Presses Universitaires De France - Puf Paru le
  • ISBN :  2130576508
  • EAN13 :  9782130576501
  • Classe Dewey :  330
  • Langue : Français

D'autres livres de  Roger Guesnerie

Les économistes peuvent-ils sauver la planète ?

Il ne fait plus guère de doute aujourd'hui que le changement climatique constitue le défi majeur du >oc siècle. Les prévisions des climatologues se sont brutalement assombries en quelques années à peine : le réchauffement a été plus rapide, et ses manifestations géophysiques plus graves qu...

Voir tous les livres de  Roger Guesnerie

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Le point de vue des économistes dans le débat sur ta santé est réducteur. Mais tout réducteur qu'il soit, ce point de vue est aussi inévitable. En matière de santé comme ailleurs, nos sociétés ont à faire des choix que l'on qualifie habituellement d'économiques. La question de la bonne affectation des ressources entre les différents besoins de santé est donc " incontournable " : arbitrer entre ces besoins est tout aussi difficile qu'inévitable. On peut s'interroger sur les raisons profondes de l'introduction et de l'essor d'une problématique de concurrence dans des domaines où elle n'était peut-être pas initialement présente. Nous ne sommes plus dans des sociétés de subsistance. Nous sommes dans des sociétés dans lesquelles le nombre de biens et de services qui sont fournis s'est considérablement multiplié. Cette situation exacerbe les difficultés de toute planification. L'intervention " centrale " pour décider de ce qui doit être est de plus en plus difficile : comment décider d'en haut ce qui est bon pour une personne déterminée, dans un monde où cette personne fait des arbitrages complexes entre les postes de sa consommation. Certes cette diversité des choix possibles est inégalement accessible selon te revenu. Mais nous vivons dans un monde de biens multipliés, dont beaucoup relèvent de ce que l'on appelait autrefois le superflu et non du nécessaire. La légitimité des mécanismes de type décentralisé s'accroît, et avec elle s'affaiblit le tabou sur la recherche de profit. Ceci vaut, même si c'est de façon atténuée, pour te secteur de la santé, non seulement parce qu'une partie des soins relève de ce que l'on nomme parfois le confort, mais parce que te progrès s'accompagne d'un accroissement des biens mis à la disposition, les traitements par exemple, et d'une indétermination croissante du registre du nécessaire. Trois textes ouvrent ce livre, te deuxième d'un cycle sur la santé de Roger Guesnerie, L'inévitable regard économique : de Pierre-Yves Geoffard, La santé et ses " marchés " ; de Julian Le Grand, La question du choix dans les systèmes de santé: illusion ou solution ? Sous la rubrique " Contrepoints ", Claudine Attias-Donfut, Marie-Odile Bertetta Geffroy, Jean-Louis Bourtanges, Jean-Marc Ferry, Maurice Godelier, Joseph Maïla, Serge Marti débattent des analyses proposées. Dans ta postface, Roger Guesnerie revient sur les propositions, questions et critiques auxquelles elles ont donné lieu.