share_book
Envoyer cet article par e-mail

Gustave Le Gray, 1820-1884 (Ancien Prix éditeur : 69,95 euros)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Gustave Le Gray, 1820-1884 (Ancien Prix éditeur : 69,95 euros)

Gustave Le Gray, 1820-1884 (Ancien Prix éditeur : 69,95 euros)

Collectif


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Gustave Le Gray, 1820-1884 (Ancien Prix éditeur : 69,95 euros)"

Redécouvert par les spécialistes depuis une trentaine d'années, Le Gray demeurait encore ignoré du grand public jusqu'à la vente, en 1999, de la collection d'André et Marie-Thérèse Jammes, où sa marine Grande Vague (1857), atteignant une enchère record, fit de lui le photographe le plus coté sur le marché. Cette reconstitution inédite et magistrale de son oeuvre, à l'initiative de la BNF, est le fruit d'un travail de plusieurs années dans les collections publiques et privées du monde entier ; elle donne la mesure de la contribution capitale de cet artiste à l'histoire de la photographie et donc à l'histoire de l'art du XIXe siècle. Gustave Le Gray se forme d'abord à la peinture. Elève de Paul Delaroche, il le suit à Rome en 1843. A peine arrivé, il épouse la fille de sa logeuse, Palmira Leonardi, une beauté classique qui lui donnera de nombreux enfants mais le rendra malheureux. Son retour à Paris en 1847 voit ses débuts dans la photographie, qui suscite alors la curiosité de l'élite intellectuelle et artistique. Passionné par la chimie, il expérimente et met au point le négatif sur verre au collodion en 1850 et le négatif sur papier ciré sec en 1851. De nombreux élèves, savants, peintres, écrivains, se prennent bientôt dans son atelier-laboratoire de Montmartre. Les commandes affluent : portraits, dont celui du futur Napoléon III, reproductions de tableaux pour Ingres ou Ary Scheffer, inventaire des monuments en péril dans le cadre de la Mission héliographique, en 1851. Il sillonne aussi la forêt de Fontainebleau en compagnie des premiers peintres de Barbizon. En 1855, Le Gray s'installe dans un luxueux atelier du boulevard des Capucines. Là, de 1856 à 1859, il réalise ses oeuvres les plus magistrales. Portraits, bien sûr : l'aristocratie et le monde politique défilent chez lui. Commandes pour l'empereur : Le Gray fixe notamment les images de l'inauguration du camp militaire de Châlons-sur-Marne. OEuvre personnelle également : vues de Fontainebleau, marines prises sur les côtes de Bretagne, Normandie, Méditerranée, nus, vues de Paris. Les marines connaissent un succès retentissant en France et en Angleterre, le nom de Le Gray est partout. Brusque revirement de situation : à cause de sa mauvaise gestion financière, il doit abandonner son atelier. En mai 1860, Alexandre Dumas l'embarque avec lui en Méditerranée sur sa goélette l'Emma : à Palerme, où, en pleine insurrection, Dumas retrouve Garibaldi, Le Gray photographie ruines et barricades. L'aventure se poursuit à Malte, Beyrouth, Baalbek... En 1861 on le retrouve à Alexandrie faisant le portrait des voyageurs de marque comme le comte de Chambord ou le prince de Galles. Bientôt installé au Caire dans une maison arabe du XVIIIe siècle, il reçoit des commandes du vice-roi et devient professeur de dessin à l'Ecole militaire. Il meurt en 1884 dans la pauvreté, avec à ses côtés une jeune Grecque de vingt ans qui vient de lui donner un fils. Ses photographies sont éblouissantes de maîtrise technique, d'équilibre, de finesse du détail et de richesse chromatique. Nourries de références picturales, elles rappellent Paul Delaroche, Caspar David Friedrich, Raffet, Ingres, les lithographes romantiques, la peinture d'histoire, mais elles préfigurent également des thèmes nouveaux - qu'on retrouvera sous le pinceau de Monet ou Courbet.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 398  pages
  • Dimensions :  3.8cmx25.0cmx30.4cm
  • Poids : 2558.3g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • ISBN :  2070117189
  • EAN13 :  9782070117185
  • Classe Dewey :  770
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Redécouvert par les spécialistes depuis une trentaine d'années, Le Gray demeurait encore ignoré du grand public jusqu'à la vente, en 1999, de la collection d'André et Marie-Thérèse Jammes, où sa marine Grande Vague (1857), atteignant une enchère record, fit de lui le photographe le plus coté sur le marché. Cette reconstitution inédite et magistrale de son oeuvre, à l'initiative de la BNF, est le fruit d'un travail de plusieurs années dans les collections publiques et privées du monde entier ; elle donne la mesure de la contribution capitale de cet artiste à l'histoire de la photographie et donc à l'histoire de l'art du XIXe siècle. Gustave Le Gray se forme d'abord à la peinture. Elève de Paul Delaroche, il le suit à Rome en 1843. A peine arrivé, il épouse la fille de sa logeuse, Palmira Leonardi, une beauté classique qui lui donnera de nombreux enfants mais le rendra malheureux. Son retour à Paris en 1847 voit ses débuts dans la photographie, qui suscite alors la curiosité de l'élite intellectuelle et artistique. Passionné par la chimie, il expérimente et met au point le négatif sur verre au collodion en 1850 et le négatif sur papier ciré sec en 1851. De nombreux élèves, savants, peintres, écrivains, se prennent bientôt dans son atelier-laboratoire de Montmartre. Les commandes affluent : portraits, dont celui du futur Napoléon III, reproductions de tableaux pour Ingres ou Ary Scheffer, inventaire des monuments en péril dans le cadre de la Mission héliographique, en 1851. Il sillonne aussi la forêt de Fontainebleau en compagnie des premiers peintres de Barbizon. En 1855, Le Gray s'installe dans un luxueux atelier du boulevard des Capucines. Là, de 1856 à 1859, il réalise ses oeuvres les plus magistrales. Portraits, bien sûr : l'aristocratie et le monde politique défilent chez lui. Commandes pour l'empereur : Le Gray fixe notamment les images de l'inauguration du camp militaire de Châlons-sur-Marne. OEuvre personnelle également : vues de Fontainebleau, marines prises sur les côtes de Bretagne, Normandie, Méditerranée, nus, vues de Paris. Les marines connaissent un succès retentissant en France et en Angleterre, le nom de Le Gray est partout. Brusque revirement de situation : à cause de sa mauvaise gestion financière, il doit abandonner son atelier. En mai 1860, Alexandre Dumas l'embarque avec lui en Méditerranée sur sa goélette l'Emma : à Palerme, où, en pleine insurrection, Dumas retrouve Garibaldi, Le Gray photographie ruines et barricades. L'aventure se poursuit à Malte, Beyrouth, Baalbek... En 1861 on le retrouve à Alexandrie faisant le portrait des voyageurs de marque comme le comte de Chambord ou le prince de Galles. Bientôt installé au Caire dans une maison arabe du XVIIIe siècle, il reçoit des commandes du vice-roi et devient professeur de dessin à l'Ecole militaire. Il meurt en 1884 dans la pauvreté, avec à ses côtés une jeune Grecque de vingt ans qui vient de lui donner un fils. Ses photographies sont éblouissantes de maîtrise technique, d'équilibre, de finesse du détail et de richesse chromatique. Nourries de références picturales, elles rappellent Paul Delaroche, Caspar David Friedrich, Raffet, Ingres, les lithographes romantiques, la peinture d'histoire, mais elles préfigurent également des thèmes nouveaux - qu'on retrouvera sous le pinceau de Monet ou Courbet.