share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le manteau de la Vierge

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le manteau de la Vierge

Le manteau de la Vierge

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le manteau de la Vierge"

« J'aurais voulu raconter ton histoire dans notre dialecte, le judéotunisien, ce baragouin sans grammaire où se mêlent l'arabe, l'hébreu, l'espagnol, l'italien et le grec. Mais il sombrera avec nous, car, au contraire du yiddish, il ne donna jamais un livre imprimé. Alors je me suis résolue à broyer les mots de mon enfance jusqu'à les réduire en poudre pour fabriquer du français, comme les peintres du Quattrocento pilaient le lapis-lazuli, préparant ainsi le coûteux bleu céleste dont, par tradition, ils coloriaient le manteau de la Vierge.»Une langue disparaît, un peuple aussi. Une femme écrit le roman de sa mère, incarnation malgré elle d'une communauté chassée de sa terre jusque sur les pentes de Belleville. Des Juifs de Tunisie, que reste-t-il ? Sinon quelques souvenirs déformés par le prisme du folklore méditerranéen et du malentendu historique - quand il aurait fallu comprendre leur mélancolie native et leur sentiment de déshérence. Dans ce livre de l'exil, d'une nostalgie universelle, Émile Brami les réhabilite, les sauve peut-être.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 217  pages
  • Dimensions :  2.8cmx13.8cmx21.0cm
  • Poids : 598.7g
  • Editeur :   Fayard Paru le
  • Collection : LITT.GENE.
  • ISBN :  2213631859
  • EAN13 :  9782213631851
  • Classe Dewey :  843.92
  • Langue : Français

D'autres livres de Emile Brami

Céline à rebours

Finira-t-on jamais de prendre parti « pour ou contre » Céline ? Celui qu'André Gide appelait le « maboul » s'en est plutôt bien sorti, mais au prix d'une notoriété de Diogène infréquentable, d'imprécateur furieux et de dangereux affabulateur. On en oublierait presque l'écrivain, qui n'a...

Prix : 117 DH
Massacre pour une Bagatelle

Les meurtres d un avocat d affaire et d un libraire d ancien, sans doute causés par la réapparition d un manuscrit inédit de Louis-Ferdinand Céline, contraignent l inspecteur Raoul Marquis a explorer des univers inconnus de lui : la librairie d ancien, le monde de l édition, et celui des passio...

Amis de la poésie...

À. la suite d'un malentendu, j'acceptai de participer à un salon littéraire au château de Pontiac. J'ai beau rêver de gloire, je ne m'attendais pas à une haie d'honneur à la descente du train. Et encore moins à ce qu'elle fût formée par les enfants de l'organisatrice déguisés en scouts v...

Art brut

Bègue, manchot, vivant depuis quarante ans dans le pavillon de l'hôpital psychiatrique où il a été soigné pendant la guerre, le "Père Mimile" est une énigme. A la source de quels cauchemars ce peintre renommé puise-t-il son inspiration ? De quels traumatismes ses toiles témoignent-elles ? ...

Voir tous les livres de Emile Brami

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

« J'aurais voulu raconter ton histoire dans notre dialecte, le judéotunisien, ce baragouin sans grammaire où se mêlent l'arabe, l'hébreu, l'espagnol, l'italien et le grec. Mais il sombrera avec nous, car, au contraire du yiddish, il ne donna jamais un livre imprimé. Alors je me suis résolue à broyer les mots de mon enfance jusqu'à les réduire en poudre pour fabriquer du français, comme les peintres du Quattrocento pilaient le lapis-lazuli, préparant ainsi le coûteux bleu céleste dont, par tradition, ils coloriaient le manteau de la Vierge.»Une langue disparaît, un peuple aussi. Une femme écrit le roman de sa mère, incarnation malgré elle d'une communauté chassée de sa terre jusque sur les pentes de Belleville. Des Juifs de Tunisie, que reste-t-il ? Sinon quelques souvenirs déformés par le prisme du folklore méditerranéen et du malentendu historique - quand il aurait fallu comprendre leur mélancolie native et leur sentiment de déshérence. Dans ce livre de l'exil, d'une nostalgie universelle, Émile Brami les réhabilite, les sauve peut-être.