share_book
Envoyer cet article par e-mail

Dario Argento : Magicien de la peur

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Dario Argento : Magicien de la peur

Dario Argento : Magicien de la peur

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Dario Argento : Magicien de la peur"

Dans la plupart des histoires du cinéma italien, l'oeuvre de Dario Argento tient bien peu de place malgré une quinzaine de films et une carrière longue d'une trentaine d'année, puisqu'il réalise son premier film L'Oiseau au plumage de cristal en 1969. Pourtant, des cinéastes et non des moindres, comme John Carpenter et Brian de Palma, avouent une admiration pour lui, et aujourd'hui de nombreux cinéphiles redécouvrent l'oeuvre et lui vouent même parfois une sorte de culte. Aimer ou ne pas aimer Dario Argento constitue le signe de reconnaissance de tout un pan de la cinéphilie contemporaine. Fils d'un père producteur et d'une mère photographe, Dario Argento naît en 1940. D'abord critique au Paese sera, à 28 ans, il co-écrit le scénario de Il était une fois dans l'Ouest avec Sergio Leone. Il démarre sa carrière à la fin de cette décennie triomphante du cinéma italien qui a vu naître un cinéma de genre prolifique, et au début des années de plomb marquées par les attentats de la mafia et de la camora. Ses films, marqués par ces influences, ont été qualifiés de "thriller spaghetti", en italien "giallo", où le fantastique et l'horreur se côtoient, où la violence se teinte de sadisme, où des forces invisibles et inquiétantes font plier les individus, à la frontière de la folie. Argento est un inventeur de formes, ses films empruntent autant aux grands peintres maniéristes du XVIè siècle qu'au roman-photo italien des années 60. C'est un cinéaste du collage, où la musique de Verdi sert de toile sonore à une séquence gore ; il a ce goût de la greffe impure, de l'expérimentation, du mélange constant entre matières nobles (opéra) et triviales (le porno-soft). Il réaffirme sans cesse sa croyance en les pouvoirs d'illusion du cinéma, en quête du sublime, au risque du mauvais goût. L'oeuvre d'Argento constitue une sorte de chaînon manquant de l'histoire du cinéma, une synthèse entre la modernité (celle du cinéma italien des années 60, mais aussi celle de la Nouvelle Vague) et le cinéma de genre. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 189  pages
  • Dimensions :  1.2cmx16.4cmx23.0cm
  • Poids : 480.8g
  • Editeur :   Cahiers Du Cinéma Paru le
  • Collection : Auteurs
  • ISBN :  2866425197
  • EAN13 :  9782866425197
  • Classe Dewey :  791.43
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Baptiste Thoret

Le cinéma américain des années 70

À la fin des années 60, le succès de Bonnie & Clyde d'Arthur Penn et d'EasyRiderde Dennis Hopper révèle l'existence d'un public jeune, exigeant, politisé par la guerre du Vietnam et souvent engagé dans les mouvements contestataires. Le moment est venu pour une nouvelle génération de prendre...

Cinéma contemporain

Le cinéma est un art populaire, aisé à diffuser et qui rassemble le plus large des publics. A l'heure des sorties de films mondiales, de l'explosion des dessins animés familiaux destinés aux enfants comme à leurs parents, le cinéma semble moins élitiste et moins codifié que les autres forme...

Talk about cinema

This fresh, engaging volume—one of six in the Talk About series—provides the key ideas for a better understanding of today's cinematic style and the reference terms that are crucial to film studies, by challenging preconceived ideas and clichés about cinema. It defines the main notions of contemp...

Voir tous les livres de Jean-Baptiste Thoret

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Dans la plupart des histoires du cinéma italien, l'oeuvre de Dario Argento tient bien peu de place malgré une quinzaine de films et une carrière longue d'une trentaine d'année, puisqu'il réalise son premier film L'Oiseau au plumage de cristal en 1969. Pourtant, des cinéastes et non des moindres, comme John Carpenter et Brian de Palma, avouent une admiration pour lui, et aujourd'hui de nombreux cinéphiles redécouvrent l'oeuvre et lui vouent même parfois une sorte de culte. Aimer ou ne pas aimer Dario Argento constitue le signe de reconnaissance de tout un pan de la cinéphilie contemporaine. Fils d'un père producteur et d'une mère photographe, Dario Argento naît en 1940. D'abord critique au Paese sera, à 28 ans, il co-écrit le scénario de Il était une fois dans l'Ouest avec Sergio Leone. Il démarre sa carrière à la fin de cette décennie triomphante du cinéma italien qui a vu naître un cinéma de genre prolifique, et au début des années de plomb marquées par les attentats de la mafia et de la camora. Ses films, marqués par ces influences, ont été qualifiés de "thriller spaghetti", en italien "giallo", où le fantastique et l'horreur se côtoient, où la violence se teinte de sadisme, où des forces invisibles et inquiétantes font plier les individus, à la frontière de la folie. Argento est un inventeur de formes, ses films empruntent autant aux grands peintres maniéristes du XVIè siècle qu'au roman-photo italien des années 60. C'est un cinéaste du collage, où la musique de Verdi sert de toile sonore à une séquence gore ; il a ce goût de la greffe impure, de l'expérimentation, du mélange constant entre matières nobles (opéra) et triviales (le porno-soft). Il réaffirme sans cesse sa croyance en les pouvoirs d'illusion du cinéma, en quête du sublime, au risque du mauvais goût. L'oeuvre d'Argento constitue une sorte de chaînon manquant de l'histoire du cinéma, une synthèse entre la modernité (celle du cinéma italien des années 60, mais aussi celle de la Nouvelle Vague) et le cinéma de genre. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.