share_book
Envoyer cet article par e-mail

La peur en Occident, XIVe-XVIIIe siècles

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La peur en Occident, XIVe-XVIIIe siècles

La peur en Occident, XIVe-XVIIIe siècles

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La peur en Occident, XIVe-XVIIIe siècles"

L'homme, un animal qui a peur ? C'est à cette question que tente de répondre un des ouvrages majeurs consacrés à la civilisation française. Jean Delumeau, spécialiste des questions religieuses et de la Renaissance, établit ainsi une histoire inattendue des mentalités de l'Occident entre le XIVe et le XVIIIe siècles, à l'aube des Temps modernes. S'appuyant sur un vaste champ d'observation - historique, certes, mais aussi économique, sociologique, psychanalytique, physiologique et anthropologique -, l'historien brosse le portrait d'une société européenne traumatisée par la peste, les guerres, les querelles religieuses et l'insécurité permanente. Deux parties, riches en documents et en témoignages, lui suffisent pour dresser une typologie des peurs du plus grand nombre, mais également pointer l'instrumentalisation de la peur, notamment par l'Église, aux niveaux collectif et individuel. Aventure intellectuelle sans modèle, cet essai, qui nuance l'image souvent trop idéalisée de la Renaissance, permet de mieux comprendre les racines du besoin de sécurité dans nos sociétés contemporaines. --Sylvain Lefort --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 485  pages
  • Dimensions :  3.8cmx15.2cmx23.0cm
  • Poids : 521.6g
  • Editeur :   Fayard Paru le
  • ISBN :  2213005567
  • EAN13 :  9782213005560
  • Classe Dewey :  900
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean Delumeau

La civilisation de la Renaissance

Une redéfinition de la Renaissance, voici ce à quoi s'attèle avec brio Jean Delumeau, déjà responsable d'une histoire de La Peur en Occident qui a fait date. Pour ce faire, l'historien superpose trois angles d'approche pour restituer cette période comprise entre l'âge des cathédrales et [...

La Peur en Occident

L'homme, un animal qui a peur ? C'est à cette question que tente de répondre un des ouvrages majeurs consacrés à la civilisation française. Jean Delumeau, spécialiste des questions religieuses et de la Renaissance, établit ainsi une histoire inattendue des mentalités de l'Occident entre ...

Naissance et affirmation de la Réforme

Lorsqu'il commenta l'Épître aux Romains (1515-1516), Luther avait, semble-t-il, déjà découvert le thème central de sa théologie. Identifiant péché et tentation, il fut désormais convaincu que l'homme reste toute sa vie indigne du salut. Le péché originel a été trop profond et trop grav...

Voir tous les livres de Jean Delumeau

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

L'homme, un animal qui a peur ? C'est à cette question que tente de répondre un des ouvrages majeurs consacrés à la civilisation française. Jean Delumeau, spécialiste des questions religieuses et de la Renaissance, établit ainsi une histoire inattendue des mentalités de l'Occident entre le XIVe et le XVIIIe siècles, à l'aube des Temps modernes. S'appuyant sur un vaste champ d'observation - historique, certes, mais aussi économique, sociologique, psychanalytique, physiologique et anthropologique -, l'historien brosse le portrait d'une société européenne traumatisée par la peste, les guerres, les querelles religieuses et l'insécurité permanente. Deux parties, riches en documents et en témoignages, lui suffisent pour dresser une typologie des peurs du plus grand nombre, mais également pointer l'instrumentalisation de la peur, notamment par l'Église, aux niveaux collectif et individuel. Aventure intellectuelle sans modèle, cet essai, qui nuance l'image souvent trop idéalisée de la Renaissance, permet de mieux comprendre les racines du besoin de sécurité dans nos sociétés contemporaines. --Sylvain Lefort --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.