share_book
Envoyer cet article par e-mail

Gouverner par la peur

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Gouverner par la peur

Gouverner par la peur

  (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Gouverner par la peur"

De toutes parts montent les discours de la peur, des peurs. Peur de l'insécurité, de la précarité, du chômage. De la violence, de la marginalisation, d'être délocalisé. Peur de l'ouvrier chinois, du plombier polonais, de son collègue de travail, du terroriste. Peur aussi de ce que l'on mange, de ce que l'on boit, de son corps. Peur du changement climatique. Peur intime et peur publique. Peur de tout. Cette montée de la parole collective sur l'angoisse pourrait être positive : connaître et énoncer ses peurs, c'est déjà les combattre. Il suffirait de changer de regard, de déchausser les lunettes de la morosité ambiante pour prendre une mesure apaisée des évolutions positives comme des risques encourus par nos sociétés contemporaines. Or c'est tout le contraire qui se passe : loin de se réduire, nos peurs grandissent chaque jour un peu plus. Pourquoi a-t-on tant de mal à les affronter, dans un contexte qui est loin de s'être autant détérioré qu'on voudrait nous le faire croire ? L'exploitation de l'angoisse rapporte, et parfois beaucoup, au sens propre. Mais qui a intérêt à gouverner par la peur ? Quelles formes de résistance et quelles alternatives peut-on y opposer ?

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 174  pages
  • Dimensions :  1.8cmx13.6cmx21.0cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   Fayard Paru le
  • Collection : Transversales
  • ISBN :  2213632871
  • EAN13 :  9782213632872
  • Classe Dewey :  320
  • Langue : Français

D'autres livres de  Bernard Maris

Capitalisme et pulsion de mort

Professeur à l’Université du Québec à Montréal, Gilles Dostaler est spécialiste de l’histoire de la pensée économique, en particulier de Keynes Bernard Maris est journaliste économique, chroniqueur à France Inter et auteur de l’Antimanuel d’économie (Bréal).La crise [....]...

La bourse ou la vie

Quel type de société nous réservent les chantres des fonds de pension, des stock-options et de la Bourse pour tous ? Que se cache-t-il derrière l'avenir radieux promis par la nouvelle économie ? Le capitalisme, toujours en quête de nouveaux marchés, ne risque-t-il pas de dissoudre le modèl...

Malheur aux vaincus : Ah, si les riches pouvaient rester entre riches

La mondialisation triomphe, les inégalités explosent. Un phénomène de sélection-exclusion a fragilisé les plus faibles dans un processus cumulatif qui ne pouvait que renforcer les handicaps du Sud par rapport au Nord, des défavorisés par rapport aux riches. Darwin est à l'œuvre : tout est ...

Capitalisme et pulsion de mort

Agrégé d'économie, journaliste connu pour ses talents de polémiste, Bernard Maris est notamment l'auteur de Malheur aux vaincus, La Bourse ou la vie et Antimanuel d'économie. Spécialiste renommé de l'histoire de la pensée économique, Gilles Dostaler a publié plusieurs ouvrages de référen...

Voir tous les livres de  Bernard Maris

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

De toutes parts montent les discours de la peur, des peurs. Peur de l'insécurité, de la précarité, du chômage. De la violence, de la marginalisation, d'être délocalisé. Peur de l'ouvrier chinois, du plombier polonais, de son collègue de travail, du terroriste. Peur aussi de ce que l'on mange, de ce que l'on boit, de son corps. Peur du changement climatique. Peur intime et peur publique. Peur de tout. Cette montée de la parole collective sur l'angoisse pourrait être positive : connaître et énoncer ses peurs, c'est déjà les combattre. Il suffirait de changer de regard, de déchausser les lunettes de la morosité ambiante pour prendre une mesure apaisée des évolutions positives comme des risques encourus par nos sociétés contemporaines. Or c'est tout le contraire qui se passe : loin de se réduire, nos peurs grandissent chaque jour un peu plus. Pourquoi a-t-on tant de mal à les affronter, dans un contexte qui est loin de s'être autant détérioré qu'on voudrait nous le faire croire ? L'exploitation de l'angoisse rapporte, et parfois beaucoup, au sens propre. Mais qui a intérêt à gouverner par la peur ? Quelles formes de résistance et quelles alternatives peut-on y opposer ?