share_book
Envoyer cet article par e-mail

Voyage autour de ma chambre, suivi de "Le Lépreux de la cité d'Aoste" (non massicoté)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Voyage autour de ma chambre, suivi de "Le Lépreux de la cité d'Aoste" (non massicoté)

Voyage autour de ma chambre, suivi de "Le Lépreux de la cité d'Aoste" (non massicoté)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Voyage autour de ma chambre, suivi de "Le Lépreux de la cité d'Aoste" (non massicoté)"

Que l'on ne s'y trompe pas. Il n'y a rien, dans le voyage de Xavier de Maistre, qui puisse rappeler l'univers concentrationnaire du Joueur d'échec de Stephan Zweig. Aucune allusion non plus à un quelconque isolement psychiatrique, une dérive de dingos, manière Anne Vergne comme dans L'apéro des dingos. Au contraire, ce trajet en huis clos est une invitation à la rêverie, un batifolage autour des mots et de la philosophie. Ecrite à la fin du XVIIIè siècle, cette flânerie goûteuse, épicurienne, s'élabore autour d'un langage heureux, raffiné et délicat. Pour avoir participé à un duel, l'auteur-narrateur, alors jeune officier, se voit consigné dans sa chambre. Six semaines, soit quarante-deux jours (correspondant aux quarante-deux courts chapitres) dans un lieu confortable et familier. Certaines étapes du voyage s'appuient sur un des éléments mobiliers, support de rêverie ou simple description d'un objet que le quotidien a érodé de son sens. Ainsi interroge Xavier de Maistre à propos de son lit : "Est-il un théâtre qui prête plus à l'imagination, qui réveille de plus tendres idées, que le meuble où je m'oublie quelquefois ?". L'auteur reçoit également des visites de Joanneti, son serviteur, et de Rosine, son "animal de compagnie". En son coeur même, il se sent double, entre "la bête" et l'âme. Schizophrénie sans folie, à la manière d'un Faust partagé entre bien et mal. Si de sombres idées viennent parfois obscurcir la parole de l'auteur, il s'en excuse... Légèrement suranné, le langage de Xavier de Maistre convoque à un autre voyage, avec les mots et dans le temps.--Sylvaine Jeminet--

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 160  pages
  • Dimensions :  1.6cmx12.8cmx15.6cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   José Corti Paru le
  • Collection : romantique
  • ISBN :  2714300901
  • EAN13 :  9782714300904
  • Classe Dewey :  843.6
  • Langue : Français

D'autres livres de Xavier de Maistre

Voyage autour de ma chambre

Que l'on ne s'y trompe pas. Il n'y a rien, dans le voyage de Xavier de Maistre, qui puisse rappeler l'univers concentrationnaire du Joueur d'échec de Stephan Zweig. Aucune allusion non plus à un quelconque isolement psychiatrique, une dérive de dingos, manière Anne Vergne comme dans L'apéro ...

Voir tous les livres de Xavier de Maistre

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Que l'on ne s'y trompe pas. Il n'y a rien, dans le voyage de Xavier de Maistre, qui puisse rappeler l'univers concentrationnaire du Joueur d'échec de Stephan Zweig. Aucune allusion non plus à un quelconque isolement psychiatrique, une dérive de dingos, manière Anne Vergne comme dans L'apéro des dingos. Au contraire, ce trajet en huis clos est une invitation à la rêverie, un batifolage autour des mots et de la philosophie. Ecrite à la fin du XVIIIè siècle, cette flânerie goûteuse, épicurienne, s'élabore autour d'un langage heureux, raffiné et délicat. Pour avoir participé à un duel, l'auteur-narrateur, alors jeune officier, se voit consigné dans sa chambre. Six semaines, soit quarante-deux jours (correspondant aux quarante-deux courts chapitres) dans un lieu confortable et familier. Certaines étapes du voyage s'appuient sur un des éléments mobiliers, support de rêverie ou simple description d'un objet que le quotidien a érodé de son sens. Ainsi interroge Xavier de Maistre à propos de son lit : "Est-il un théâtre qui prête plus à l'imagination, qui réveille de plus tendres idées, que le meuble où je m'oublie quelquefois ?". L'auteur reçoit également des visites de Joanneti, son serviteur, et de Rosine, son "animal de compagnie". En son coeur même, il se sent double, entre "la bête" et l'âme. Schizophrénie sans folie, à la manière d'un Faust partagé entre bien et mal. Si de sombres idées viennent parfois obscurcir la parole de l'auteur, il s'en excuse... Légèrement suranné, le langage de Xavier de Maistre convoque à un autre voyage, avec les mots et dans le temps.--Sylvaine Jeminet--