share_book
Envoyer cet article par e-mail

Voyages en enfer : De l'art paléochrétien à nos jours

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Voyages en enfer : De l'art paléochrétien à nos jours

Voyages en enfer : De l'art paléochrétien à nos jours

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Voyages en enfer : De l'art paléochrétien à nos jours"

Que l'on soit croyant ou non, la mort est une réalité inéluctable. Ensuite ? Irons-nous ailleurs ? au Paradis ou en Enfer ? C'est une question que presque toutes les civilisations se sont posée et qui a intéressé bien des artistes. En effet, la représentation de l'Enfer dans l'art couvre une vaste période allant de l'époque paléochrétienne au XX` siècle et montre clairement que ce fut pour le Moyen Âge et dans une moindre mesure pour la Renaissance un sujet de prédilection sans précédent. Le thème se raréfie dès la seconde moitié du XVI° siècle pour revenir en force dans la littérature du XIX° siècle : on a cette fois affaire à toutes sortes de diables. Puis au XX` siècle, la notion de l'Enfer après la mort disparaît tant on considère que l'Enfer est sur terre. Ses représentations sont davantage le reflet de l'actualité. À travers une illustration variée, cet ouvrage original nous entraîne dans ce voyage fantastique en Enfer où souvent le sourire l'emporte sur l'effroi.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 199  pages
  • Dimensions :  2.0cmx24.6cmx30.2cm
  • Poids : 1519.5g
  • Editeur :   Citadelles Et Mazenod Paru le
  • Collection : Citadel.Ferme
  • ISBN :  2850882038
  • EAN13 :  9782850882036
  • Classe Dewey :  704.948
  • Langue : Français

D'autres livres de Monique Blanc

Voyages en enfer : de l'art paléochrétien à nos jours

24,5 × 30,5 cm. 200 pages reliées sous jaquette. 160 illustrations couleur. Les spéculations sur l Enfer et les tourments éternels infligés aux âmes pécheresses ont fait l objet d une vaste littérature et de nombreuses représentations dès les débuts de l ère chrétienne (architecture, en...

Voir tous les livres de Monique Blanc

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Que l'on soit croyant ou non, la mort est une réalité inéluctable. Ensuite ? Irons-nous ailleurs ? au Paradis ou en Enfer ? C'est une question que presque toutes les civilisations se sont posée et qui a intéressé bien des artistes. En effet, la représentation de l'Enfer dans l'art couvre une vaste période allant de l'époque paléochrétienne au XX` siècle et montre clairement que ce fut pour le Moyen Âge et dans une moindre mesure pour la Renaissance un sujet de prédilection sans précédent. Le thème se raréfie dès la seconde moitié du XVI° siècle pour revenir en force dans la littérature du XIX° siècle : on a cette fois affaire à toutes sortes de diables. Puis au XX` siècle, la notion de l'Enfer après la mort disparaît tant on considère que l'Enfer est sur terre. Ses représentations sont davantage le reflet de l'actualité. À travers une illustration variée, cet ouvrage original nous entraîne dans ce voyage fantastique en Enfer où souvent le sourire l'emporte sur l'effroi.