share_book
Envoyer cet article par e-mail

La régularité. : Habitude, disposition et savoir-faire dans l'explication de l'action

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La régularité. : Habitude, disposition et savoir-faire dans l'explication de l'action

La régularité. : Habitude, disposition et savoir-faire dans l'explication de l'action

Collectif,   (Auteur),   (Auteur)


Prix : 317,00 DH TTC


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La régularité. : Habitude, disposition et savoir-faire dans l'explication de l'action"

Toute explication de l'action met en jeu une régularité des conduites. On peut sans doute la rapporter à une machinerie sous-jacente, mais force est de convenir que les conduites humaines ne manifestent pas la " belle régularité " d'un mécanisme. Elles sont tout à la fois variables, indéterminées, adaptatrices et uniformes, standardisées. Comment rendre compte de cette ambivalence ? L'une des réponses consiste à recourir à des notions apparemment plus adéquates, au moins en apparence, à la plasticité du domaine des pratiques. Elle introduit une série de notions différenciées, mais reliées entre elles par un "air de famille" : tradition, norme, règle, habitude, disposition, routine, capacité, savoir-faire, etc. Peut-on réellement concilier les significations et les fonctions attribuées à de telles notions ? Quel est leur pouvoir explicatif en sciences sociales ? Quelle description de la détermination pratique permettent-elles ? Cet ordre de réponse place une forme particulière de savoir à la source des pratiques: un savoir non propositionnel, qu'il s'agisse de connaissance pratique, de savoir-faire ou de savoir tacite. Mais peut-on encore parler de savoir dès lors que la distinction vrai/faux ne s'applique plus ? Et comment décrire plus précisément la structure et le fonctionnement de tels modes de connaissance ?

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 353  pages
  • Dimensions :  2.2cmx15.2cmx22.4cm
  • Poids : 521.6g
  • Editeur :   Editions De L'ecole Pratiques De Hautes Etudes En Sciences Sociales Paru le
  • Collection : Raisons pratiques
  • ISBN :  271321789X
  • EAN13 :  9782713217890
  • Classe Dewey :  301
  • Langue : Français

D'autres livres de Christiane Chauviré

Le vocabulaire de Wittgenstein

Ce vocabulaire présente les notions fondamentales mises en œuvre par Wittgenstein (1859-1951) dans sa première comme dans sa seconde philosophie, lesquelles sont dans une certaine continuité. Le questionnement de Wittgenstein est tout d'abord allé " des fondements de la logique à la nature ...

Le vocabulaire de Bourdieu

Ce vocabulaire présente les notions fondamentales de la pensée de Bourdieu, pour la plupart dérivées de la grande tradition philosophique, notamment la célèbre notion d'habitus. Tout en cherchant à construire une sociologie capable de dépasser à la fois le structuralisme et le [....]...

Prix : 64 DH

Voir le visible : La Seconde Philosophie de Wittgenstein

On a longtemps considéré Wittgenstein comme un anti-mentaliste qui niait l'existence ou l'intérêt des processus ou états mentaux. En réalité il lutte contre des mythes par exemple celui de l'intériorité et non pas contre le sujet intériorité. La seule façon d'échapper à l'emprise des m...

Voir tous les livres de Christiane Chauviré

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Toute explication de l'action met en jeu une régularité des conduites. On peut sans doute la rapporter à une machinerie sous-jacente, mais force est de convenir que les conduites humaines ne manifestent pas la " belle régularité " d'un mécanisme. Elles sont tout à la fois variables, indéterminées, adaptatrices et uniformes, standardisées. Comment rendre compte de cette ambivalence ? L'une des réponses consiste à recourir à des notions apparemment plus adéquates, au moins en apparence, à la plasticité du domaine des pratiques. Elle introduit une série de notions différenciées, mais reliées entre elles par un "air de famille" : tradition, norme, règle, habitude, disposition, routine, capacité, savoir-faire, etc. Peut-on réellement concilier les significations et les fonctions attribuées à de telles notions ? Quel est leur pouvoir explicatif en sciences sociales ? Quelle description de la détermination pratique permettent-elles ? Cet ordre de réponse place une forme particulière de savoir à la source des pratiques: un savoir non propositionnel, qu'il s'agisse de connaissance pratique, de savoir-faire ou de savoir tacite. Mais peut-on encore parler de savoir dès lors que la distinction vrai/faux ne s'applique plus ? Et comment décrire plus précisément la structure et le fonctionnement de tels modes de connaissance ?