share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les hauts revenus en France au XXe siècle : Intégralités et redistributions, 1901-1998

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les hauts revenus en France au XXe siècle : Intégralités et redistributions, 1901-1998

Les hauts revenus en France au XXe siècle : Intégralités et redistributions, 1901-1998

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les hauts revenus en France au XXe siècle : Intégralités et redistributions, 1901-1998"

Selon Thomas Piketty, l'impôt a réduit les inégalités et stimulé l'esprit d'entreprise. Est-ce encore vrai ? Gloire à Joseph Caillaux. Sans l'impôt sur le revenu (IR), qu'il a créé en 1914, la France serait restée un pays de rentiers. Mais haro sur Laurent Fabius. En persuadant Lionel Jospin d'accepter de baisser les taux supérieurs de notre impôt sur le revenu, il donne un coup de main aux riches pour doper leur patrimoine. Voici très grossièrement résumée la thèse de Thomas Piketty. En moins de trois ans, ce jeune normalien, passé par le prestigieux MIT et membre du Conseil d'analyse économique (CAE) mis en place par le Premier ministre, a réussi à devenir le contempteur des titulaires de hauts revenus... et des « libéraux de gauche » de la majorité plurielle aujourd'hui ralliés à la baisse des prélèvements obligatoires. En 1998, déjà à contre-courant, Piketty soutenait que les baisses d'impôt sur le revenu n'avaient aucun effet économique - sinon de procurer un avantage injustifié aux contribuables aisés - et qu'elles vidaient les caisses de l'Etat. Cette fois, Thomas Piketty veut démontrer que les impôts sur le revenu et sur les successions, relativement élevés en France, ont permis de limiter l'accumulation du capital dans les mêmes mains durant tout le XXe siècle. Et qu'ils ont donc permis l'émergence de nouvelles générations d'entrepreneurs.De ce fait, les rentiers ont dû « manger » une partie de leur patrimoine pour maintenir leur niveau de vie. Pour arriver à ces constats, l'auteur a épluché, avec une petite équipe de fonctionnaires et de collaborateurs, les revenus et le patrimoine des Français jusqu'en 1998. Un travail considérable et méticuleux repris dans le livre, qui donne d'ailleurs à ce dernier un caractère aride et complexe. L'intérêt de l'ouvrage tient évidemment plus dans la thèse qu'il défend que dans le plaisir de la lecture. Il s'agit d'une vigoureuse réhabilitation de l'efficacité économique de l'impôt, qui tranche avec l'opinion largement dominante prêchant la neutralité fiscale au nom de cette même efficacité. Indirectement, Piketty rend également hommage aux hommes politiques. Si les inégalités se sont réduites en France, ce n'est pas par un processus économique naturel et spontané, mais par la volonté de gouvernements successifs d'utiliser l'arme fiscale. Historiquement, les démonstrations de Piketty sont sans doute justes. Mais la thèse a une faille d'importance : comment peut-on soutenir qu'aujourd'hui un impôt lourd favorise la méritocratie ? Un cadre ou un jeune créateur d'entreprise sans patrimoine personnel ou familial, qui ne peut réussir par son seul travail, verra immanquablement ses revenus salariaux laminés par l'IR. En maintenant des taux élevés, les rentiers seront peut-être un peu moins fortunés, mais les autres pourront-ils un jour devenir riches. --Patrick Coquidé --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 1056  pages
  • Dimensions :  4.0cmx11.0cmx17.8cm
  • Poids : 639.6g
  • Editeur :   Hachette Littératures Paru le
  • Collection : Pluriel
  • ISBN :  2012792928
  • EAN13 :  9782012792920
  • Langue : Français

D'autres livres de Thomas Piketty

Les Hauts revenus en France au XXe siècle

Selon Thomas Piketty, l'impôt a réduit les inégalités et stimulé l'esprit d'entreprise. Est-ce encore vrai ? Gloire à Joseph Caillaux. Sans l'impôt sur le revenu (IR), qu'il a créé en 1914, la France serait restée un pays de rentiers. Mais haro sur Laurent Fabius. En persuadant Lionel Jos...

Introduction à la théorie de la redistribution des richesses

La théorie de la redistribution des richesses a pour origines des réflexions portant à la fois sur les sources des inégalités, les institutions permettant de redistribuer, la nature de la redistribution équitable et les comportements conduisant au choix collectif d'une redistribution. Ce livre...

Economie des inégalités

Thomas Piketty est économiste, ancien élève de l'Ecole normale supérieure, directeur d'études à l'Ecole des hautes éudes en sciences sociales et chercheur au CEPREMAP....

Voir tous les livres de Thomas Piketty

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Selon Thomas Piketty, l'impôt a réduit les inégalités et stimulé l'esprit d'entreprise. Est-ce encore vrai ? Gloire à Joseph Caillaux. Sans l'impôt sur le revenu (IR), qu'il a créé en 1914, la France serait restée un pays de rentiers. Mais haro sur Laurent Fabius. En persuadant Lionel Jospin d'accepter de baisser les taux supérieurs de notre impôt sur le revenu, il donne un coup de main aux riches pour doper leur patrimoine. Voici très grossièrement résumée la thèse de Thomas Piketty. En moins de trois ans, ce jeune normalien, passé par le prestigieux MIT et membre du Conseil d'analyse économique (CAE) mis en place par le Premier ministre, a réussi à devenir le contempteur des titulaires de hauts revenus... et des « libéraux de gauche » de la majorité plurielle aujourd'hui ralliés à la baisse des prélèvements obligatoires. En 1998, déjà à contre-courant, Piketty soutenait que les baisses d'impôt sur le revenu n'avaient aucun effet économique - sinon de procurer un avantage injustifié aux contribuables aisés - et qu'elles vidaient les caisses de l'Etat. Cette fois, Thomas Piketty veut démontrer que les impôts sur le revenu et sur les successions, relativement élevés en France, ont permis de limiter l'accumulation du capital dans les mêmes mains durant tout le XXe siècle. Et qu'ils ont donc permis l'émergence de nouvelles générations d'entrepreneurs.De ce fait, les rentiers ont dû « manger » une partie de leur patrimoine pour maintenir leur niveau de vie. Pour arriver à ces constats, l'auteur a épluché, avec une petite équipe de fonctionnaires et de collaborateurs, les revenus et le patrimoine des Français jusqu'en 1998. Un travail considérable et méticuleux repris dans le livre, qui donne d'ailleurs à ce dernier un caractère aride et complexe. L'intérêt de l'ouvrage tient évidemment plus dans la thèse qu'il défend que dans le plaisir de la lecture. Il s'agit d'une vigoureuse réhabilitation de l'efficacité économique de l'impôt, qui tranche avec l'opinion largement dominante prêchant la neutralité fiscale au nom de cette même efficacité. Indirectement, Piketty rend également hommage aux hommes politiques. Si les inégalités se sont réduites en France, ce n'est pas par un processus économique naturel et spontané, mais par la volonté de gouvernements successifs d'utiliser l'arme fiscale. Historiquement, les démonstrations de Piketty sont sans doute justes. Mais la thèse a une faille d'importance : comment peut-on soutenir qu'aujourd'hui un impôt lourd favorise la méritocratie ? Un cadre ou un jeune créateur d'entreprise sans patrimoine personnel ou familial, qui ne peut réussir par son seul travail, verra immanquablement ses revenus salariaux laminés par l'IR. En maintenant des taux élevés, les rentiers seront peut-être un peu moins fortunés, mais les autres pourront-ils un jour devenir riches. --Patrick Coquidé --Ce texte fait référence à l'édition Broché .