share_book
Envoyer cet article par e-mail

Tu ne t'aimes pas

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Tu ne t'aimes pas

Tu ne t'aimes pas

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Tu ne t'aimes pas"

"Nous si nombreux... incernables... incommensurables..." Nathalie Sarraute convoque chacun de ces "je" qui nous compose et leur donne à tous la parole. Elle déplore les vols et viols de nos pluripersonnalités commis par l'entourage... une pluralité vite réduite à un singulier menteur, erroné, assassin. Elle se demande comment l'on peut s'aimer soi-même, ce qui implique de "se sentir si nets, si simples". Comment enfin est-il possible, en toutes circonstances, de rester à l'écoute de cette constellation de nous-même ? L'écrivain livre sa propre "multitude" dans une manière de colloque, non dénué d'humour, au cours duquel les "moi" devisent, analysent, s'apostrophent, se raillent, se corrigent, avec amitié, mais avec un constant souci de dire le vrai. Tu ne t'aimes pas (1989) est un bel exemple de cet "autre monde, furtif, apeuré, tremblant" de la "sous-conversation" décrit dans L'Usage de la parole (1980). Admiratrice de Proust et de Woolf, Sarraute aime à reconstituer chacun des "courants" de la conscience, comme elle l'explique dans son important essai, L'Ère du soupçon (1956). --Laure Anciel

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 214  pages
  • Dimensions :  2.0cmx13.6cmx20.4cm
  • Poids : 59.0g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : Blanche
  • ISBN :  2070716953
  • EAN13 :  9782070716951
  • Classe Dewey :  843.914
  • Langue : Français

D'autres livres de Nathalie Sarraute

Ouvrez

" Des mots, des êtres vivants parfaitement autonomes, sont les protagonistes de chacun de ces drames. Dès que viennent des mots du dehors, une paroi est dressée. Seuls les mots capables de recevoir convenablement les visiteurs restent de ce côté. Tous les autres s'en vont et sont pour plus de ...

Prix : 76 DH

Prix : 69 DH

Portrait d'un inconnu

Sous l'apparence conventionnelle de deux personnages - un vieil " avare " et sa fille - sous leurs attitudes, leurs paroles, leurs pensées, celui qui raconte cette histoire découvre un monde invisible. C'est comme une vision au microscope. Mais ce qui se révèle ainsi et tellement complexe, ...

Prix : 69 DH
Tu ne t'aimes pas

"Nous si nombreux... incernables... incommensurables..." Nathalie Sarraute convoque chacun de ces "je" qui nous compose et leur donne à tous la parole. Elle déplore les vols et viols de nos pluripersonnalités commis par l'entourage... une pluralité vite réduite à un singulier menteur, erroné,...

Prix : 76 DH

Voir tous les livres de Nathalie Sarraute

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

"Nous si nombreux... incernables... incommensurables..." Nathalie Sarraute convoque chacun de ces "je" qui nous compose et leur donne à tous la parole. Elle déplore les vols et viols de nos pluripersonnalités commis par l'entourage... une pluralité vite réduite à un singulier menteur, erroné, assassin. Elle se demande comment l'on peut s'aimer soi-même, ce qui implique de "se sentir si nets, si simples". Comment enfin est-il possible, en toutes circonstances, de rester à l'écoute de cette constellation de nous-même ? L'écrivain livre sa propre "multitude" dans une manière de colloque, non dénué d'humour, au cours duquel les "moi" devisent, analysent, s'apostrophent, se raillent, se corrigent, avec amitié, mais avec un constant souci de dire le vrai. Tu ne t'aimes pas (1989) est un bel exemple de cet "autre monde, furtif, apeuré, tremblant" de la "sous-conversation" décrit dans L'Usage de la parole (1980). Admiratrice de Proust et de Woolf, Sarraute aime à reconstituer chacun des "courants" de la conscience, comme elle l'explique dans son important essai, L'Ère du soupçon (1956). --Laure Anciel