share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Temps des cerises : Journal de Mathilde 1870-1871

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Temps des cerises : Journal de Mathilde 1870-1871

Le Temps des cerises : Journal de Mathilde 1870-1871

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Temps des cerises : Journal de Mathilde 1870-1871"

Partage le journal intime de Mathilde, et vis avec elle les événements de la Commune de Paris, aux côtés de Louise Michel. " 4 septembre 1871. je n'en peux plus... Toute la journée, nous avons battu le pavé de Paris. Les nouvelles passaient de bouche en bouche: la déchéance de l'Empire venait d'être proclamée, il fallait courir place de la Concorde! Là, sous un ciel éclatant, roulait une véritable mer humaine. "Vive la République!" Ce cri fusait de toutes parts. Moi aussi, je criais, soulevée de fièvre et d'espérance. Louise Michel me tenait la main, ses joues sillonnées de larmes. Elle était splendide, terrible et splendide comme cette révolution qu'elle appelait de ses voeux depuis si longtemps, et qui était en train de se faire, là, devant elle! "

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 156  pages
  • Dimensions :  1.8cmx13.0cmx18.8cm
  • Poids : 1401.6g
  • Editeur :   Gallimard-Jeunesse Paru le
  • Collection : Mon Histoire
  • ISBN :  2070577260
  • EAN13 :  9782070577262
  • Classe Dewey :  843.92
  • Langue : Français

D'autres livres de Christine Féret-Fleury

Chaân La caverne des trois soleils

3500 ans avant notre ère, au coeur de la Préhistoire... Avec son amie Lûn, Châan est en quête de nouvelles terres pour y installer le village du Peuple du Lac. Au cours d'un tremblement de terre, Lûn se blesse et les deux jeunes filles sont séparées du reste de la troupe. Elles doivent déso...

Prix : 71 DH
Un refuge pour les animaux, Tome 7

Léo et Zoé se retrouvent seuls au refuge avec leur mère, coincés par une tempête de neige ! Plus d'électricité, plus de téléphone, plus d'eau... Pas facile de s'occuper des animaux dans ces conditions. Et quand ils décident d'aller chercher de l'aide, ils découvrent un aigle blessé. Comm...

Prix : 77 DH

En Selle !, Tome 20

Pour la première fois, Alix, qui rêve de devenir pianiste, va jouer en public ! A l'issue du récital, un agent lui propose un contrat pour enregistrer un CD. Mais il lui faudra vivre à Paris. Le choix est difficile : Alix vient juste de commencer le débourrage de Mékong, son poulain. Si elle ...

Prix : 57 DH
En selle ! Tome 6

Un cheval à lui, rien qu'à lui ! Luc est aux anges ! Ses grands-parents lui offrent le plus beau des cadeaux : Tao. Il part avec lui, pour sa première randonnée dans les Alpes. Nuit en bivouac, observation des oiseaux, le tout avec ses meilleurs amis ! Mais le séjour tourne au cauchemar lorsque...

Prix : 57 DH

Voir tous les livres de Christine Féret-Fleury

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Partage le journal intime de Mathilde, et vis avec elle les événements de la Commune de Paris, aux côtés de Louise Michel. " 4 septembre 1871. je n'en peux plus... Toute la journée, nous avons battu le pavé de Paris. Les nouvelles passaient de bouche en bouche: la déchéance de l'Empire venait d'être proclamée, il fallait courir place de la Concorde! Là, sous un ciel éclatant, roulait une véritable mer humaine. "Vive la République!" Ce cri fusait de toutes parts. Moi aussi, je criais, soulevée de fièvre et d'espérance. Louise Michel me tenait la main, ses joues sillonnées de larmes. Elle était splendide, terrible et splendide comme cette révolution qu'elle appelait de ses voeux depuis si longtemps, et qui était en train de se faire, là, devant elle! "