share_book
Envoyer cet article par e-mail

Comment le désir de naître vient au foetus : L'Inconscient archaïque

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Comment le désir de naître vient au foetus : L'Inconscient archaïque

Comment le désir de naître vient au foetus : L'Inconscient archaïque

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Comment le désir de naître vient au foetus : L'Inconscient archaïque"

«Il n'est jamais trop tôt pour parler à un être humain. C'est un être de parole, dès la vie foetale, et moi je comprendrais très bien qu'une mère et un père parlent à la personne du foetus qui est dans l'utérus de la mère», écrivait Françoise Dolto dans les années 1970. Depuis lors, les recherches sur le foetus n'ont fait que renforcer le bien-fondé du point de vue de la célèbre psychanalyste. En médecine néonatale, la clinique des grands prématurés s'oriente vers une réflexion incluant le lien qui relie l'enfant à ses géniteurs, et certains services de soins intensifs s'adjoignent le concours d'un psychanalyste. Les connaissances acquises sur le développement sensoriel embryonnaire et foetal, celles développées par l'haptonomie sur les besoins affectifs de l'enfant in utero, et par la psychanalyse contemporaine sur les traumatismes précoces, suscitent de nouvelles représentations. L'enfant in utero serait-il en passe de quitter son statut d'être végétatif, de bouton de fleur, pour entrer de plein droit dans notre continent d'humanité ? Un espace jusqu'ici totalement clos se dévoile à la pensée. On savait le foetus «vivant», mais animé par quelle sorte de vie ? On le voit désormais désirant, percevant, communiquant, mémorisant. Au coeur de sa nuit foetale, il a des grâces et des tourments, il connaît bonheurs et malheurs. Sous l'éclairage inattendu que nous offrent ces nouveaux savoirs, la vie prénatale devient un sujet de réflexion permanent, passionnant à explorer. Et finalement, cette vie nous questionne : quelle est donc la part du foetus en nous-mêmes ?

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 171  pages
  • Dimensions :  1.4cmx12.8cmx19.8cm
  • Poids : 199.6g
  • Editeur :   Desclée De Brouwer Paru le
  • Collection : Psychologie grand public
  • ISBN :  2220046176
  • EAN13 :  9782220046174
  • Classe Dewey :  150
  • Langue : Français

D'autres livres de Nina Canault

Comment paye-t-on les fautes de ses ancêtres : L'inconscient transgénérationnel

" À votre avis, qu'est-ce qu'une faute ? Une erreur de jugement, une mauvaise action ? ", demandai-je au psychanalyste Didier Dumas. Sa réponse me prit au dépourvu : " La faute ? Mais c'est une carence de paroles, une impossibilité à dire, à s'assumer comme un être humain, un être de langage...

Comment paye-t-on les fautes de ses ancêtres ?

"Les parents ont mangé des raisins verts et les enfants ont souffert sur trois ou quatre générations", est-t-il déjà dit dans la Bible. Ainsi voit-on s'éterniser des dettes ancestrales ou s'organiser réparations et revanches en vendettas familiales, régionales et culturelles, voire en bains ...

Voir tous les livres de Nina Canault

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

«Il n'est jamais trop tôt pour parler à un être humain. C'est un être de parole, dès la vie foetale, et moi je comprendrais très bien qu'une mère et un père parlent à la personne du foetus qui est dans l'utérus de la mère», écrivait Françoise Dolto dans les années 1970. Depuis lors, les recherches sur le foetus n'ont fait que renforcer le bien-fondé du point de vue de la célèbre psychanalyste. En médecine néonatale, la clinique des grands prématurés s'oriente vers une réflexion incluant le lien qui relie l'enfant à ses géniteurs, et certains services de soins intensifs s'adjoignent le concours d'un psychanalyste. Les connaissances acquises sur le développement sensoriel embryonnaire et foetal, celles développées par l'haptonomie sur les besoins affectifs de l'enfant in utero, et par la psychanalyse contemporaine sur les traumatismes précoces, suscitent de nouvelles représentations. L'enfant in utero serait-il en passe de quitter son statut d'être végétatif, de bouton de fleur, pour entrer de plein droit dans notre continent d'humanité ? Un espace jusqu'ici totalement clos se dévoile à la pensée. On savait le foetus «vivant», mais animé par quelle sorte de vie ? On le voit désormais désirant, percevant, communiquant, mémorisant. Au coeur de sa nuit foetale, il a des grâces et des tourments, il connaît bonheurs et malheurs. Sous l'éclairage inattendu que nous offrent ces nouveaux savoirs, la vie prénatale devient un sujet de réflexion permanent, passionnant à explorer. Et finalement, cette vie nous questionne : quelle est donc la part du foetus en nous-mêmes ?