share_book
Envoyer cet article par e-mail

Journal d'une institutrice clandestine

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Journal d'une institutrice clandestine

Journal d'une institutrice clandestine

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Journal d'une institutrice clandestine"

Je suis une jeune institutrice : ma troisième année d'enseignement vient de se boucler. Je sais, le terme de " clandestine " peut faire sourire. Pourtant, j'insiste. J'efface soigneusement le tableau quand je quitte ma classe pour qu'on ne voie pas trace de mon travail, je fais recouvrir de papier kraft les manuels avec lesquels mes élèves apprennent à lire - et que j'ai achetés sur mes deniers. Je tais soigneusement mes convictions et beaucoup de mes méthodes. Elles n'ont pas l'heur de plaire à certains de mes collègues et, en tout cas, elles répugnent franchement aux membres de l'Inspection. En fait, dès mon entrée à l'Institut universitaire déformation des maîtres (IUFM), j'ai presque aussitôt compris que je n'avais rien à en attendre. Nous avons passé en tout et pour tout six heures sur l'année à l'enseignement de la lecture et de l'écriture ! Le credo des formateurs se résumait à : " Le maître ne doit pas être un référent pour l'apprenant (l'enfant). " J'ai donc résolu de me comporter en reporter clandestin. De septembre à janvier, j'ai tenu un journal tous les soirs, pour résumer mes journées et mes impressions. Quand l'année s'est achevée, j'étais épuisée, je ne me sentais pas du tout formée au métier, mais j'étais au moins indemne moralement. J'applique aujourd'hui des méthodes pédagogiques auxquelles j'ai longuement réfléchi, qui sont aussi précisément celles que l'IUFM voue aux gémonies, mais je vois mes élèves apprendre et en être fiers. Un document authentique et passionnant : les réflexions stupéfaites, incisives et incroyablement lucides d'une jeune institutrice, pour la première fois confrontée à l'école, telle qu'elle est conçue aujourd'hui. On croit rêver parfois...

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 280  pages
  • Dimensions :  3.0cmx14.2cmx21.8cm
  • Poids : 421.8g
  • Editeur :   Editions Ramsay Paru le
  • ISBN :  2841146669
  • EAN13 :  9782841146666
  • Classe Dewey :  370
  • Langue : Français

D'autres livres de Rachel Boutonnet

Pourquoi et comment j'enseigne le b.a.-ba : Conseils et récits d'instits à l'usage des collègues débutants et des parents curieux

Après le succès de journal d'une institutrice clandestine, Rachel Boutonnet a reçu des centaines de lettres d'instituteurs et de parents déboussolés, en quête de repères. Elle a donc décidé de partager ici ce que lui ont appris ses cinq ans de métier et l'expérience de ses collègues. Ell...

Journal d'une institutrice clandestine

Je suis une jeune institutrice : ma troisième année d'enseignement vient de se boucler. Je sais, le terme de " clandestine " peut faire sourire. Pourtant, j'insiste. J'efface soigneusement le tableau quand je quitte ma classe pour qu'on ne voie pas trace de mon travail, je fais recouvrir de papier...

Voir tous les livres de Rachel Boutonnet

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Je suis une jeune institutrice : ma troisième année d'enseignement vient de se boucler. Je sais, le terme de " clandestine " peut faire sourire. Pourtant, j'insiste. J'efface soigneusement le tableau quand je quitte ma classe pour qu'on ne voie pas trace de mon travail, je fais recouvrir de papier kraft les manuels avec lesquels mes élèves apprennent à lire - et que j'ai achetés sur mes deniers. Je tais soigneusement mes convictions et beaucoup de mes méthodes. Elles n'ont pas l'heur de plaire à certains de mes collègues et, en tout cas, elles répugnent franchement aux membres de l'Inspection. En fait, dès mon entrée à l'Institut universitaire déformation des maîtres (IUFM), j'ai presque aussitôt compris que je n'avais rien à en attendre. Nous avons passé en tout et pour tout six heures sur l'année à l'enseignement de la lecture et de l'écriture ! Le credo des formateurs se résumait à : " Le maître ne doit pas être un référent pour l'apprenant (l'enfant). " J'ai donc résolu de me comporter en reporter clandestin. De septembre à janvier, j'ai tenu un journal tous les soirs, pour résumer mes journées et mes impressions. Quand l'année s'est achevée, j'étais épuisée, je ne me sentais pas du tout formée au métier, mais j'étais au moins indemne moralement. J'applique aujourd'hui des méthodes pédagogiques auxquelles j'ai longuement réfléchi, qui sont aussi précisément celles que l'IUFM voue aux gémonies, mais je vois mes élèves apprendre et en être fiers. Un document authentique et passionnant : les réflexions stupéfaites, incisives et incroyablement lucides d'une jeune institutrice, pour la première fois confrontée à l'école, telle qu'elle est conçue aujourd'hui. On croit rêver parfois...