share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les Jongleurs de Mots : De François Villon à Raymond Devos

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les Jongleurs de Mots : De François Villon à Raymond Devos

Les Jongleurs de Mots : De François Villon à Raymond Devos

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les Jongleurs de Mots : De François Villon à Raymond Devos"

De Villon à Devos, cent et une plumes ont fait valser la langue et secoué les mots de la tribu. Plumes malicieuses ou turbulentes, saccageuses ou friponnes, hilarantes ou aventurières, rassemblées dans ce florilège égoïste et drolatique. C'est Patrice Delbourg qui bat les cartes de ce grand jeu des 7 familles : Les tueurs à gags : prescripteurs de pastilles contre l'amertume, de toutes les matières c'est l'humour qu'ils préfèrent. Alphonse Allais, Francis Blanche, Fernand Raynaud, René Goscinny... Les saltimbanques de la satire : versés dans l'étrange entreprise de faire s'esclaffer les honnêtes gens, leur comique a souvent mauvaise réputation. Molière, La Fontaine, Georges Feydeau, Pierre Desproges... Les bricoleurs du lexique : où passe leur langue, le verbe ne repousse pas. Henri Michaux, Boby Lapointe, Georges Perec, Serge Gainsbourg... Les truculents sarcastiques : des fatrasies médiévales aux écrans noirs de nos nuits blanches, ils jettent leurs pavés dans la mare du bon sens. François Rabelais, Louis-Ferdinand Céline, Jacques Perret, Michel Audiard... Les tragiques absolus : ils cotisaient à la fratrie des misanthropes, leur existence s'est achevée par un boum. André Frédérique, Chaval, Jacques Rigaut, Romain Gary... Les euphoriques de l'aphorisme : leurs maximes sont des objets d'orfèvrerie, des projectiles imparables que l'ironiste tire sur sa cible. Alfred Capus, Félix Fénéon, Jules Renard, Jean Yanne... Les princes sans rire : passés soigneusement à côté du bonheur, il ne leur suffit pas de mettre les rieurs de leur côté. Léon Bloy, Paul Léautaud, Emil Cioran, Louis Calafèrte... Paroliers et chansonniers, poètes et romanciers, aphoristes et fabulistes... Six siècles d'impertinence s'affichent ici en majesté. Entrer dans le cercle des jongleurs disparus !

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 602  pages
  • Dimensions :  4.0cmx17.2cmx23.6cm
  • Poids : 1161.2g
  • Editeur :   Ecriture Paru le
  • Collection : ECRITURE&COMM.
  • ISBN :  2909240800
  • EAN13 :  9782909240800
  • Classe Dewey :  800
  • Langue : Français

D'autres livres de Patrice Delbourg

Le petit livre des exquis mots

Du cordonnier qui travaille " à la petite semelle " au banquier qui a " pognon sur rue ", en passant par " l'opticien à sa mémère ", Patrice Delbourg nous propose ici un choix de calembours à usage quotidien. Que ce soit dans le domaine religieux (" un attrape-bigot "), culinaire (" Brocoli ...

Comme disait Alphonse Allais

Né en 1854 de " parents français mais honnêtes ", Alphonse Allais reste à ce jour le plus pillé des écrivains français, au point qu'on l'a surnommé " la Vache Allais ", bien que l'hydropathe de la butte ne crachât point sur l'absinthe. En un quart de siècle, le moustachu a publié la bagat...

Un soir d'aquarium

Novembre 1963. Kennedy tombe à Dallas et la chanson à texte bat de l'aile devant la déferlante yé-yé. Quelques enseignes de cabarets clignotent encore au fronton des Grands Boulevards de la capitale. Dans les débuts d'une Ve République bien maussade, un certain Gabin Delahy, vieil enfant à l...

L'homme aux lacets défaits

Automne 1888. Le scandale de Panama débute, l'emprunt russe se lance, Jack l'éventreur trucide pour de bon dans le quartier londonien de Whitechapel. Le coeur de Paris bruisse de cent petits métiers divers, le général Boulanger s'en va, la Tour Eiffel s'érige. Enfant du Marais, ingénieur éle...

Voir tous les livres de Patrice Delbourg

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

De Villon à Devos, cent et une plumes ont fait valser la langue et secoué les mots de la tribu. Plumes malicieuses ou turbulentes, saccageuses ou friponnes, hilarantes ou aventurières, rassemblées dans ce florilège égoïste et drolatique. C'est Patrice Delbourg qui bat les cartes de ce grand jeu des 7 familles : Les tueurs à gags : prescripteurs de pastilles contre l'amertume, de toutes les matières c'est l'humour qu'ils préfèrent. Alphonse Allais, Francis Blanche, Fernand Raynaud, René Goscinny... Les saltimbanques de la satire : versés dans l'étrange entreprise de faire s'esclaffer les honnêtes gens, leur comique a souvent mauvaise réputation. Molière, La Fontaine, Georges Feydeau, Pierre Desproges... Les bricoleurs du lexique : où passe leur langue, le verbe ne repousse pas. Henri Michaux, Boby Lapointe, Georges Perec, Serge Gainsbourg... Les truculents sarcastiques : des fatrasies médiévales aux écrans noirs de nos nuits blanches, ils jettent leurs pavés dans la mare du bon sens. François Rabelais, Louis-Ferdinand Céline, Jacques Perret, Michel Audiard... Les tragiques absolus : ils cotisaient à la fratrie des misanthropes, leur existence s'est achevée par un boum. André Frédérique, Chaval, Jacques Rigaut, Romain Gary... Les euphoriques de l'aphorisme : leurs maximes sont des objets d'orfèvrerie, des projectiles imparables que l'ironiste tire sur sa cible. Alfred Capus, Félix Fénéon, Jules Renard, Jean Yanne... Les princes sans rire : passés soigneusement à côté du bonheur, il ne leur suffit pas de mettre les rieurs de leur côté. Léon Bloy, Paul Léautaud, Emil Cioran, Louis Calafèrte... Paroliers et chansonniers, poètes et romanciers, aphoristes et fabulistes... Six siècles d'impertinence s'affichent ici en majesté. Entrer dans le cercle des jongleurs disparus !