share_book
Envoyer cet article par e-mail

Pourquoi la mafia a gagné : Les classes dirigeantes italiennes et la lutte contre la mafia (1861-2008)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Pourquoi la mafia a gagné : Les classes dirigeantes italiennes et la lutte contre la mafia (1861-2008)

Pourquoi la mafia a gagné : Les classes dirigeantes italiennes et la lutte contre la mafia (1861-2008)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Pourquoi la mafia a gagné : Les classes dirigeantes italiennes et la lutte contre la mafia..."

Depuis cent cinquante ans, la mafia est au centre de la réalité nationale italienne, traversant trois époques et régimes distincts, le libéralisme, le fascisme et la république. Le constat est aussi amer qu'inquiétant : malgré les coups qui leur ont été portés, malgré l'action déterminée d'un certain nombre de personnalités d'exception comme les juges Falcone et Borsellino, les organisations mafieuses n'ont pas cessé de se développer. Bénéficiant de compromis, de complaisances, de collusions avec des représentants de tous bords du monde légal, elles gouvernent aujourd'hui trois régions de la péninsule, la Sicile, la Campanie et la Calabre. Quelles sont tes raisons historiques qui expliquent leur importance et leur persistance en Italie? Pourquoi, d'Andreotti à Berlusconi, la mafia a-t-elle toujours été envisagée comme un simple problème d'ordre public et non comme un phénomène économique et social majeur? Quel a été le rôle de la CIA, de la loge P2, des cadres de la Démocratie chrétienne ou du parti socialiste, des autorités du Vatican, de la haute finance milanaise et des grands groupes de communication ? Pourquoi, en refusant si longtemps d'en reconnaître jusqu'à l'existence, les classes dirigeantes italiennes, et plus particulièrement la classe politique, ont-elles finalement laissé gagner la mafia? Telles sont les questions posées par Nicola Tranfaglia. Se limitant à Cosa Nostra (qui a valeur de modèle), il nous livre ici la première étude historique approfondie sur les complicités entre le pouvoir et la "pieuvre". Les réponses sont claires. La réalité dépasse bien souvent la fiction.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 234  pages
  • Dimensions :  2.2cmx14.6cmx21.0cm
  • Poids : 322.1g
  • Editeur :   Tallandier Paru le
  • ISBN :  284734621X
  • EAN13 :  9782847346213
  • Classe Dewey :  364.106 0945
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Depuis cent cinquante ans, la mafia est au centre de la réalité nationale italienne, traversant trois époques et régimes distincts, le libéralisme, le fascisme et la république. Le constat est aussi amer qu'inquiétant : malgré les coups qui leur ont été portés, malgré l'action déterminée d'un certain nombre de personnalités d'exception comme les juges Falcone et Borsellino, les organisations mafieuses n'ont pas cessé de se développer. Bénéficiant de compromis, de complaisances, de collusions avec des représentants de tous bords du monde légal, elles gouvernent aujourd'hui trois régions de la péninsule, la Sicile, la Campanie et la Calabre. Quelles sont tes raisons historiques qui expliquent leur importance et leur persistance en Italie? Pourquoi, d'Andreotti à Berlusconi, la mafia a-t-elle toujours été envisagée comme un simple problème d'ordre public et non comme un phénomène économique et social majeur? Quel a été le rôle de la CIA, de la loge P2, des cadres de la Démocratie chrétienne ou du parti socialiste, des autorités du Vatican, de la haute finance milanaise et des grands groupes de communication ? Pourquoi, en refusant si longtemps d'en reconnaître jusqu'à l'existence, les classes dirigeantes italiennes, et plus particulièrement la classe politique, ont-elles finalement laissé gagner la mafia? Telles sont les questions posées par Nicola Tranfaglia. Se limitant à Cosa Nostra (qui a valeur de modèle), il nous livre ici la première étude historique approfondie sur les complicités entre le pouvoir et la "pieuvre". Les réponses sont claires. La réalité dépasse bien souvent la fiction.