share_book
Envoyer cet article par e-mail

Comment la France a perdu l'Afrique

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Comment la France a perdu l'Afrique

Comment la France a perdu l'Afrique

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Comment la France a perdu l'Afrique"

La crise en Côte d'Ivoire est à la présence française en Afrique ce que la prise de la Bastille fut à l'Ancien Régime : le symbole de la fin. Insensiblement d'abord, puis à un rythme qui est allé s'accélérant pour culminer en cette funeste nuit de novembre 2004, quand l'armée française ouvrit le feu sur une foule de " patriotes " à Abidjan, la France a perdu " son " Afrique, celle où, de Dakar à Libreville en passant par Djibouti, N'Djamena, Brazzaville et Antananarivo, elle aimait à penser qu'elle était aimée. À présent la France rapatrie ses ressortissants sous les huées, sinon sous les balles. Ailleurs, elle est déjà partie en catimini, à la fin de la guerre froide, quand l'Afrique a été abandonnée à son sort : effondrement de l'État, guerres, sida... L'aide a été amputée, les coopérants ont été retirés. Seule l'armée française est restée enfermée dans ses bases, garde prétorienne de régimes indéfendables. Après avoir été pendant plus de quarante ans le " gendarme de l'Afrique ", la France s'est recyclée en " gardien de la paix ". De plus en plus souvent, les États-Unis et la Chine dament le pion à une " vieille " France gênée aux entournures par le génocide au Rwanda, le scandale Elf, les turpitudes de la " Françafrique "... Il est loin le temps où la " mission civilisatrice " sur le continent noir était une affaire entendue, l'un des rares sujets d'accord entre droite et gauche. À l'heure du divorce, l'ancienne puissance coloniale se trouve dans une situation intenable : qu'elle intervienne, comme en Côte d'Ivoire, et on dénonce son " ingérence ". Qu'elle s'abstienne, et on lui reproche son " indifférence ". Dans ce livre sans concessions, remarquablement documenté et étayé d'innombrables exemples et témoignages, Stephen Smith et Antoine Glaser pointent les erreurs, les lâchetés et les ambiguïtés qui ont émaillé la politique africaine de la France, et lui ont fait perdre ce " pré carré " qu'elle rêvait de façonner à son image.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 278  pages
  • Dimensions :  2.4cmx15.0cmx23.0cm
  • Poids : 399.2g
  • Editeur :   Calmann-Lévy Paru le
  • Collection : C-LEVY
  • ISBN :  270213596X
  • EAN13 :  9782702135969
  • Classe Dewey :  327.604 4
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La crise en Côte d'Ivoire est à la présence française en Afrique ce que la prise de la Bastille fut à l'Ancien Régime : le symbole de la fin. Insensiblement d'abord, puis à un rythme qui est allé s'accélérant pour culminer en cette funeste nuit de novembre 2004, quand l'armée française ouvrit le feu sur une foule de " patriotes " à Abidjan, la France a perdu " son " Afrique, celle où, de Dakar à Libreville en passant par Djibouti, N'Djamena, Brazzaville et Antananarivo, elle aimait à penser qu'elle était aimée. À présent la France rapatrie ses ressortissants sous les huées, sinon sous les balles. Ailleurs, elle est déjà partie en catimini, à la fin de la guerre froide, quand l'Afrique a été abandonnée à son sort : effondrement de l'État, guerres, sida... L'aide a été amputée, les coopérants ont été retirés. Seule l'armée française est restée enfermée dans ses bases, garde prétorienne de régimes indéfendables. Après avoir été pendant plus de quarante ans le " gendarme de l'Afrique ", la France s'est recyclée en " gardien de la paix ". De plus en plus souvent, les États-Unis et la Chine dament le pion à une " vieille " France gênée aux entournures par le génocide au Rwanda, le scandale Elf, les turpitudes de la " Françafrique "... Il est loin le temps où la " mission civilisatrice " sur le continent noir était une affaire entendue, l'un des rares sujets d'accord entre droite et gauche. À l'heure du divorce, l'ancienne puissance coloniale se trouve dans une situation intenable : qu'elle intervienne, comme en Côte d'Ivoire, et on dénonce son " ingérence ". Qu'elle s'abstienne, et on lui reproche son " indifférence ". Dans ce livre sans concessions, remarquablement documenté et étayé d'innombrables exemples et témoignages, Stephen Smith et Antoine Glaser pointent les erreurs, les lâchetés et les ambiguïtés qui ont émaillé la politique africaine de la France, et lui ont fait perdre ce " pré carré " qu'elle rêvait de façonner à son image.