share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Prince foudroyé : La vie de Nicolas de Staël

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Prince foudroyé : La vie de Nicolas de Staël

Le Prince foudroyé : La vie de Nicolas de Staël

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Prince foudroyé : La vie de Nicolas de Staël"

Son unique obsession était la peinture : elle était son souffle, son sang. Quand Nicolas de Staël (1914-1955) se donna la mort, à quarante et un ans, il laissait plus de mille tableaux, autant de dessins, et l'énigme d'une vie menée au galop. Insolent et généreux, Staël savait masquer sous le rire les failles d'une enfance brisée par la révolution russe de 1917 et les rigueurs d'un exil polonais. La reconnaissance arriva des États-Unis, alors qu'il avait trente-neuf ans. Trop tôt ou trop tard : il s'était déjà réfugié en Provence, écrasé de gloire, fraternisant avec René Char, brûlant sa vie. Sa morale tenait en quelques mots : " Il faut travailler beaucoup, une tonne de passion et cent grammes de patience. " Voici la chevauchée de ce prince foudroyé.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 440  pages
  • Dimensions :  2.6cmx11.0cmx17.6cm
  • Poids : 40.8g
  • Editeur :   Le Livre De Poche Paru le
  • Collection : Références
  • ISBN :  2253084646
  • EAN13 :  9782253084648
  • Classe Dewey :  750
  • Langue : Français

D'autres livres de Laurent Greilsamer

L'Éclair au front

Il portait en lui de terribles tempêtes et un fond de chaos. Il allait, tel un colosse en liberté, amoureux des femmes et de l'amour, obsédé de poésie. Mais que sait-on vraiment de lui ? Il concédait un passage chez ses frères surréalistes. Il admettait avoir organisé la Résistance armée ...

Prix : 328 DH
La Favorite

Laurent Greilsamer est journaliste au Monde. Auteur de biographies remarquables, il a notamment publié Hubert Beuve-Mery (Fayard, 1990), Le Prince foudroyé : La vie de Nicolas de Staël (Fayard, 1998), Où vont les juges? (Fayard, 2002), avec Daniel Schneidermann, L'Éclair au front : La vie d...

Prix : 108 DH

Le dictionnaire Michelet : Un voyage dans l'histoire et la géographie françaises

Proposer le meilleur d'une oeuvre immense et donner envie de lire Michelet : tel est l'esprit de ce dictionnaire. Pour le composer, j'ai puisé dans sa monumentale Histoire de France, dans son impérissable Histoire de la Révolution française et dans tous ses livres oubliés où foisonnent défini...

Voir tous les livres de Laurent Greilsamer

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Son unique obsession était la peinture : elle était son souffle, son sang. Quand Nicolas de Staël (1914-1955) se donna la mort, à quarante et un ans, il laissait plus de mille tableaux, autant de dessins, et l'énigme d'une vie menée au galop. Insolent et généreux, Staël savait masquer sous le rire les failles d'une enfance brisée par la révolution russe de 1917 et les rigueurs d'un exil polonais. La reconnaissance arriva des États-Unis, alors qu'il avait trente-neuf ans. Trop tôt ou trop tard : il s'était déjà réfugié en Provence, écrasé de gloire, fraternisant avec René Char, brûlant sa vie. Sa morale tenait en quelques mots : " Il faut travailler beaucoup, une tonne de passion et cent grammes de patience. " Voici la chevauchée de ce prince foudroyé.