share_book
Envoyer cet article par e-mail

Temps de chien, numéro 172

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Temps de chien, numéro 172

Temps de chien, numéro 172

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Temps de chien, numéro 172"

Avec " Temps de chien ", Patrice Nganang passe l'humanité miséreuse des bas-fonds de Yaoundé au filtre d'un regard de chien. Un pari audacieux que le jeune auteur remporte haut la main. Du grand style. Et pour nous, une belle rencontre. Pour raconter la misère du sous-quartier de Yaoundé, le nouvel enfant terrible de la littérature camerounaise, Patrice Nganang, a choisi le regard de la plus humble et de la plus méprisée des créatures du règne animal. Celui de Mboudjak, le chien pouilleux, victime et juge implacable du petit peuple de " Madagascar " - le bourg de bric et de broc où la classe moyenne brisée par la crise échoue, lamentable, pareille aux débris qui jonchent les bidonvilles. Loin – très loin – de son âge d'or, Mossa Yo, le maître de Mboudjak, petit fonctionnaire happé par les réformes structurelles, passe sa hargne sur le cabot. Rejeté par ses compères errants pour domesticité incurable, battu, trahi par des humains détestables, le meilleur ami de l'homme a trouvé sa revanche. Mais non, il ne s'agit pas de " préparer la révolution canine " en fuyant dans la forêt, " loin de tout regard humain " (Mboudjak sait que cette " conscience de race, ne (le) sauverait pas de l'animalité du premier chasseur " ). " Pour échapper au crime des hommes ", Mboudjak va " au contraire trouver le courage de revenir dans le cercle dangereux de leurs définitions, pour exiger justice". Beau parcours d'un chien humaniste qui prend des postures christiques, prêt à endurer toutes les vicissitudes de l'homme pour témoigner de sa profonde misère. Maintenant que Mossa Yo s'est reconverti en barman du " Client est roi ", mateur frustré de jeunesses aux hanches enchanteresses, Mboudjak tient un observatoire de choix. Préférence accordée à la phase sombre des socles à bière dans ce Cameroun élu champion des dessous de tables par Transparency International : " J'observe le monde par le bas. Ainsi je saisis les hommes au moment même de leur séparation de la boue. (...) Les dessous de table me permettent toujours de surprendre les hommes dans ces lâchetés qu'ils cachent à d'autres membres de leur race ". Où diable cette démarche rédemptrice mènera notre aimable sac à puces ? Motus. On ne va pas vous raconter l'histoire. Sorte d'hybride entre l'hymne à l'amour et le roman picaresque. " Lisez-ça là ", ne fût-ce que pour vous régaler de cette verve croustillante et nerveuse comme un coup de langue. Le jeune auteur enrichit la langue de Molière de néologismes " camfranglais " et de vociférations bamilékées, avec une fraîcheur et une habileté des plus réjouissantes. Juré, " Bébélé ! ", ça vaut son pesant de cacahuètes. -- Xavier Kiple -- --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 366  pages
  • Dimensions :  2.6cmx11.2cmx16.2cm
  • Poids : 299.4g
  • Editeur :   Les Editions Du Rocher Paru le
  • Collection : Motif
  • ISBN :  2842614194
  • EAN13 :  9782842614195
  • Classe Dewey :  843.92
  • Langue : Français

D'autres livres de Patrice Nganang

La république de l'imagination : Lettres au benjamin

L'Afrique rêve-t-elle encore ? Terre traversée par l'infamie tout au long de son histoire récente et actuelle -- esclavage, colonisation, dictatures, libéralisme sauvage -, ses enfants pensent-ils encore y bâtir leurs rêves ? Et y fonder leurs avenirs ? L'homme meurt en ceux qui se taisent dev...

Temps de chien

Avec " Temps de chien ", Patrice Nganang passe l'humanité miséreuse des bas-fonds de Yaoundé au filtre d'un regard de chien. Un pari audacieux que le jeune auteur remporte haut la main. Du grand style. Et pour nous, une belle rencontre. Pour raconter la misère du sous-quartier de Yaoundé, le ...

L'invention du beau regard : Contes citadins

Deux contes cruels, tels que les racontent les ambianceurs dans les rues, les bars, les gargotes et les chantiers du Cameroun. C'est d'abord l'histoire du commissaire Antoine Débonnaire Eloundou qui, après des années de service, invente tous les artifices possibles pour ne pas partir à la retrai...

Mont Plaisant

En 1931, Sara arrive au Mont Plaisant, quartier de Yaoundé, offerte en cadeau au sultan Njoya chassé de ses terres du Bamoun par l'occupant français. Elle a neuf ans, a été arrachée à sa mère pour rendre confortable l'exil du sultan. Elle doit rejoindre les 300 femmes de Njoya, lorsque des c...

Voir tous les livres de Patrice Nganang

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Avec " Temps de chien ", Patrice Nganang passe l'humanité miséreuse des bas-fonds de Yaoundé au filtre d'un regard de chien. Un pari audacieux que le jeune auteur remporte haut la main. Du grand style. Et pour nous, une belle rencontre. Pour raconter la misère du sous-quartier de Yaoundé, le nouvel enfant terrible de la littérature camerounaise, Patrice Nganang, a choisi le regard de la plus humble et de la plus méprisée des créatures du règne animal. Celui de Mboudjak, le chien pouilleux, victime et juge implacable du petit peuple de " Madagascar " - le bourg de bric et de broc où la classe moyenne brisée par la crise échoue, lamentable, pareille aux débris qui jonchent les bidonvilles. Loin – très loin – de son âge d'or, Mossa Yo, le maître de Mboudjak, petit fonctionnaire happé par les réformes structurelles, passe sa hargne sur le cabot. Rejeté par ses compères errants pour domesticité incurable, battu, trahi par des humains détestables, le meilleur ami de l'homme a trouvé sa revanche. Mais non, il ne s'agit pas de " préparer la révolution canine " en fuyant dans la forêt, " loin de tout regard humain " (Mboudjak sait que cette " conscience de race, ne (le) sauverait pas de l'animalité du premier chasseur " ). " Pour échapper au crime des hommes ", Mboudjak va " au contraire trouver le courage de revenir dans le cercle dangereux de leurs définitions, pour exiger justice". Beau parcours d'un chien humaniste qui prend des postures christiques, prêt à endurer toutes les vicissitudes de l'homme pour témoigner de sa profonde misère. Maintenant que Mossa Yo s'est reconverti en barman du " Client est roi ", mateur frustré de jeunesses aux hanches enchanteresses, Mboudjak tient un observatoire de choix. Préférence accordée à la phase sombre des socles à bière dans ce Cameroun élu champion des dessous de tables par Transparency International : " J'observe le monde par le bas. Ainsi je saisis les hommes au moment même de leur séparation de la boue. (...) Les dessous de table me permettent toujours de surprendre les hommes dans ces lâchetés qu'ils cachent à d'autres membres de leur race ". Où diable cette démarche rédemptrice mènera notre aimable sac à puces ? Motus. On ne va pas vous raconter l'histoire. Sorte d'hybride entre l'hymne à l'amour et le roman picaresque. " Lisez-ça là ", ne fût-ce que pour vous régaler de cette verve croustillante et nerveuse comme un coup de langue. Le jeune auteur enrichit la langue de Molière de néologismes " camfranglais " et de vociférations bamilékées, avec une fraîcheur et une habileté des plus réjouissantes. Juré, " Bébélé ! ", ça vaut son pesant de cacahuètes. -- Xavier Kiple -- --Ce texte fait référence à l'édition Broché .