share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'empire du kitsch

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'empire du kitsch

L'empire du kitsch

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'empire du kitsch"

" Art et littérature populaires et commerciaux faits de chromos, de couvertures de magazines, d'illustrations, d'images publicitaires, de littérature à bon marché, de bandes dessinées, de musique de bastringue, de danse à claquettes, de films hollywoodiens, etc. ". C'est ainsi que Clement Greenberg définissait le kitsch. Suffit-il pour autant de dénigrer le kitsch, de le vilipender pour le rendre détestable aux yeux de celui qui, selon l'expression d'Hermann Broch, aime à le " produire " et à le " consommer " quel qu'en soit le prix ? Certes non, car rien, à l'heure où triomphent le libéralisme libertaire et l'individualisme postmoderne, n'est en mesure de freiner son expansion et d'atténuer sa puissance séductrice. Et c'est bien cette offensive que Valérie Arrault tente de démasquer. Subtilement, elle analyse avec humour les rapports parfois ambigus, d'attraction et de répulsion mêlées, qu'exercent le phénomène Las Vegas, le richissime objet transitionnel qu'est la poupée Barbie et Disneyland, ce monde féerique et fantasmatique de Mickey dans lequel, comme le notait déjà Walter Benjamin, l'homme d'aujourd'hui est assuré de ne vivre aucune véritable expérience esthétique et intellectuelle. Mieux encore : l'art contemporain le plus actuel se fait kitsch, comme le montrent les oeuvres et les actions de Jeff Koons ou de Pierre et Gilles, attestant la puissance hégémonique du phénomène et signant ainsi sa victoire planétaire.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 300  pages
  • Dimensions :  2.0cmx15.6cmx23.8cm
  • Poids : 480.8g
  • Editeur :   Klincksieck Paru le
  • Collection : Esthétique
  • ISBN :  2252037520
  • EAN13 :  9782252037522
  • Classe Dewey :  709.04013
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" Art et littérature populaires et commerciaux faits de chromos, de couvertures de magazines, d'illustrations, d'images publicitaires, de littérature à bon marché, de bandes dessinées, de musique de bastringue, de danse à claquettes, de films hollywoodiens, etc. ". C'est ainsi que Clement Greenberg définissait le kitsch. Suffit-il pour autant de dénigrer le kitsch, de le vilipender pour le rendre détestable aux yeux de celui qui, selon l'expression d'Hermann Broch, aime à le " produire " et à le " consommer " quel qu'en soit le prix ? Certes non, car rien, à l'heure où triomphent le libéralisme libertaire et l'individualisme postmoderne, n'est en mesure de freiner son expansion et d'atténuer sa puissance séductrice. Et c'est bien cette offensive que Valérie Arrault tente de démasquer. Subtilement, elle analyse avec humour les rapports parfois ambigus, d'attraction et de répulsion mêlées, qu'exercent le phénomène Las Vegas, le richissime objet transitionnel qu'est la poupée Barbie et Disneyland, ce monde féerique et fantasmatique de Mickey dans lequel, comme le notait déjà Walter Benjamin, l'homme d'aujourd'hui est assuré de ne vivre aucune véritable expérience esthétique et intellectuelle. Mieux encore : l'art contemporain le plus actuel se fait kitsch, comme le montrent les oeuvres et les actions de Jeff Koons ou de Pierre et Gilles, attestant la puissance hégémonique du phénomène et signant ainsi sa victoire planétaire.