share_book
Envoyer cet article par e-mail

Une enfance en enfer : Cambodge, 17 avril 1975 - 8 mars 1980

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Une enfance en enfer : Cambodge, 17 avril 1975 - 8 mars 1980

Une enfance en enfer : Cambodge, 17 avril 1975 - 8 mars 1980

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Une enfance en enfer : Cambodge, 17 avril 1975 - 8 mars 1980"

Le 17 avril 1975, les Khmers rouges prennent Phnom Penh et donnent l'ordre d'évacuer la ville. Malay, qui vivait jusque-là une enfance heureuse avec ses huit frères et sueurs, est déporté avec toute sa famille et des centaines de milliers de citadins. Sur la route jonchée de cadavres qui le mène en exil, il comprend mal ce qui est entrain de se passer : il n'a que neuf ans. Commence alors la longue descente aux enfers de la " rééducation rurale " : cinq années d'errance, de répression et de souffrances au cours desquelles Malay va perdre presque tous ses proches. De sa voix poignante d'enfant, il raconte la famine organisée, la maladie, le travail forcé, même pour les garçons de son âge, dans des chantiers dédiés à l'édification délirante d'un " Kampuchéa démocratique " - le prix en fût-il la destruction du peuple cambodgien. Il dit la désagrégation des liens sociaux devant la misère et les morts successives. Et sa solitude quand, après la mort de ses aînés, il devient, à douze ans, chef de famille. Brutalement arraché à l'enfance, pris dans la tourmente de la déshumanisation, Molay lutte jusqu'au bout pour rester vivant et humain. Cette force admirable irradie son témoignage, et rappelle de façon bouleversante que, trente ans après, les tortionnaires khmers rouges n'ont toujours pas été jugés pour leurs crimes, empêchant la réconciliation de tout un peuple.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 300  pages
  • Dimensions :  2.3cmx13.5cmx21.5cm
  • Poids : 358.3g
  • Editeur :   Robert Laffont Paru le
  • ISBN :  2221103106
  • EAN13 :  9782221103104
  • Classe Dewey :  959.6042
  • Langue : Français

D'autres livres de Malay Phcar

Une enfance en enfer : Cambodge, 17 avril 1975 - 8 mars 1980

Le 17 avril 1975, les Khmers rouges prennent Phnom Penh et donnent l'ordre d'évacuer la ville. Malay, qui vivait jusque-là une enfance heureuse avec ses huit frères et soeurs, est déporté avec toute sa famille et des centaines de milliers de citadins. Sur la route jonchée de cadavres, il compr...

Voir tous les livres de Malay Phcar

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le 17 avril 1975, les Khmers rouges prennent Phnom Penh et donnent l'ordre d'évacuer la ville. Malay, qui vivait jusque-là une enfance heureuse avec ses huit frères et sueurs, est déporté avec toute sa famille et des centaines de milliers de citadins. Sur la route jonchée de cadavres qui le mène en exil, il comprend mal ce qui est entrain de se passer : il n'a que neuf ans. Commence alors la longue descente aux enfers de la " rééducation rurale " : cinq années d'errance, de répression et de souffrances au cours desquelles Malay va perdre presque tous ses proches. De sa voix poignante d'enfant, il raconte la famine organisée, la maladie, le travail forcé, même pour les garçons de son âge, dans des chantiers dédiés à l'édification délirante d'un " Kampuchéa démocratique " - le prix en fût-il la destruction du peuple cambodgien. Il dit la désagrégation des liens sociaux devant la misère et les morts successives. Et sa solitude quand, après la mort de ses aînés, il devient, à douze ans, chef de famille. Brutalement arraché à l'enfance, pris dans la tourmente de la déshumanisation, Molay lutte jusqu'au bout pour rester vivant et humain. Cette force admirable irradie son témoignage, et rappelle de façon bouleversante que, trente ans après, les tortionnaires khmers rouges n'ont toujours pas été jugés pour leurs crimes, empêchant la réconciliation de tout un peuple.