share_book
Envoyer cet article par e-mail

Se distraire à en mourir

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Se distraire à en mourir

Se distraire à en mourir

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Se distraire à en mourir"

Neil Postman (1931-2003), critique et théoricien de la communication, diri- geait le département culture et communication de l’université de New York. Le livre de Neil Postman est  un classique de l’étude de  l’impact des médias sur la  société. Refusant les thèses de  la manipulation, il montre que  pour l’essentiel les médias agissent moins en fonction des  contenus qu’ils transmettent qu’à travers la forme de cette  transmission : celle de programmes dont la fonction essentiel le est le divertissement. Rappelant que la construction  de l’espace public démocratique fut étroitement liée à la  diffusion de l’écrit, il montre comment la concurrence que  lui fait le divertissement audiovisuel ruine progressivement  cet espace public de discussion au profit d’un espace public  voué à la distraction, où tout se vaut. Dans le même temps  où l’enfance se voit dénier son insouciance et la liberté de  s’amuser, les adultes sont traités comme des enfants et priés  de se divertir sans rien prendre au sérieux.  Ces analyses invitent à réfléchir sur la responsabilité qui est  la nôtre dans ce que Michel Rocard, dans sa préface, appelle  un combat de civilisation.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 256  pages
  • Dimensions :  1.4cmx11.0cmx17.6cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Fayard/Pluriel Paru le
  • Collection : Pluriel
  • ISBN :  201279548X
  • EAN13 :  9782012795488
  • Classe Dewey :  791
  • Langue : Français

D'autres livres de Neil Postman

Se distraire à en mourir

L'esprit d'une culture peut se flétrir de deux manières. Dans la première - celle d'Orwell -, la culture devient une prison. Dans la seconde, celle de Huxley la culture devient une caricature. (...) Huxley nous enseigne qu'à une époque de technologie avancée, la dévastation spirituelle risque...

The End of Education: Redefining the Value of School

Claiming that our current educational system teaches students to worship technology and consumerism, Postman argues for more humanistic "narratives" as the basis for schools. Copyright 1996 Reed Business Information, Inc....

Voir tous les livres de Neil Postman

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Neil Postman (1931-2003), critique et théoricien de la communication, diri- geait le département culture et communication de l’université de New York. Le livre de Neil Postman est  un classique de l’étude de  l’impact des médias sur la  société. Refusant les thèses de  la manipulation, il montre que  pour l’essentiel les médias agissent moins en fonction des  contenus qu’ils transmettent qu’à travers la forme de cette  transmission : celle de programmes dont la fonction essentiel le est le divertissement. Rappelant que la construction  de l’espace public démocratique fut étroitement liée à la  diffusion de l’écrit, il montre comment la concurrence que  lui fait le divertissement audiovisuel ruine progressivement  cet espace public de discussion au profit d’un espace public  voué à la distraction, où tout se vaut. Dans le même temps  où l’enfance se voit dénier son insouciance et la liberté de  s’amuser, les adultes sont traités comme des enfants et priés  de se divertir sans rien prendre au sérieux.  Ces analyses invitent à réfléchir sur la responsabilité qui est  la nôtre dans ce que Michel Rocard, dans sa préface, appelle  un combat de civilisation.