share_book
Envoyer cet article par e-mail

Ni Rome ni Genève : Des fidèles entre deux chaires en France au XVIe siècle

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Ni Rome ni Genève : Des fidèles entre deux chaires en France au XVIe siècle

Ni Rome ni Genève : Des fidèles entre deux chaires en France au XVIe siècle

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Ni Rome ni Genève : Des fidèles entre deux chaires en France au XVIe siècle"

Les préjugés des sources de l'histoire religieuse au XVIe siècle, pour la plupart confessionnelles , se retrouvent encore, sous une couleur scientifique, dans bien des études contemporaines. Un moyen de s'en libérer était de dépasser l'histoire ecclésiastique et dogmatique pour tenter de faire droit aux institutions : ces chrétiens qui ne se reconnaissent pas dans les orthodoxies de plus en plus contraignantes élaborée alors par les Eglises rivales. Entre les citadelles confessionnelles, en effet, se dessine ce que, par analogie avec la situation de l'époque, on est tenté d'appeler "le plat pays de la croyance", un espace qu'on aurait tort de croire vide, une utopie ecclésiologique qui peut très bien en fait être localisée, et arpentée. L'image rend compte aussi d'une dépendance à l'égard des confessions que les "nicodémites" tels Marguerite de Navarre peuvent encore ignorer, jusqu'en 1550, mais qui s'impose à la génération suivante, celle des "moyenneurs" tels Michel de L'Hospital ou le cardinal de Lorraine. Plus tard, après la conversion d'Henri IV sur laquelle un éclairage nouveau est porté, l'indifférence non pas religieuse mais bien confessionnelle des "iréniques" tels Pierre de L'Estoile relativise cette dépendance, sans jamais la nier , toutefois. Car, tout au long du siècle, ces chrétiens, loin d'être sans Eglise, fidèles malgré tout, semblent voués par les intransigeances de l'un et l'autre bord à être entre deux chaires.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 679  pages
  • Dimensions :  4.2cmx17.2cmx24.2cm
  • Poids : 1138.5g
  • Editeur :   Honoré Champion Paru le
  • Collection : Bibliothèque littéraire de la Renaissance
  • ISBN :  2852036738
  • EAN13 :  9782852036734
  • Classe Dewey :  944
  • Langue : Français

D'autres livres de Thierry Wanegffelen

L'Edit de Nantes : Une histoire européenne de la tolérance du XVIe au XXe siècle

Il y a quatre siècles, par la proclamation de l'édit de Nantes, Henri IV mettait un terme à près de 40 années de guerres de Religion en instaurant dans son royaume, entre la majorité catholique et des protestants très minoritaires (5 à 7 % des Français), une coexistence pacifique qui devait...

Voir tous les livres de Thierry Wanegffelen

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Les préjugés des sources de l'histoire religieuse au XVIe siècle, pour la plupart confessionnelles , se retrouvent encore, sous une couleur scientifique, dans bien des études contemporaines. Un moyen de s'en libérer était de dépasser l'histoire ecclésiastique et dogmatique pour tenter de faire droit aux institutions : ces chrétiens qui ne se reconnaissent pas dans les orthodoxies de plus en plus contraignantes élaborée alors par les Eglises rivales. Entre les citadelles confessionnelles, en effet, se dessine ce que, par analogie avec la situation de l'époque, on est tenté d'appeler "le plat pays de la croyance", un espace qu'on aurait tort de croire vide, une utopie ecclésiologique qui peut très bien en fait être localisée, et arpentée. L'image rend compte aussi d'une dépendance à l'égard des confessions que les "nicodémites" tels Marguerite de Navarre peuvent encore ignorer, jusqu'en 1550, mais qui s'impose à la génération suivante, celle des "moyenneurs" tels Michel de L'Hospital ou le cardinal de Lorraine. Plus tard, après la conversion d'Henri IV sur laquelle un éclairage nouveau est porté, l'indifférence non pas religieuse mais bien confessionnelle des "iréniques" tels Pierre de L'Estoile relativise cette dépendance, sans jamais la nier , toutefois. Car, tout au long du siècle, ces chrétiens, loin d'être sans Eglise, fidèles malgré tout, semblent voués par les intransigeances de l'un et l'autre bord à être entre deux chaires.