share_book
Envoyer cet article par e-mail

An Essay on the History of Civil Society - Nature, histoire et civilisation

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
An Essay on the History of Civil Society - Nature, histoire et civilisation

An Essay on the History of Civil Society - Nature, histoire et civilisation

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "An Essay on the History of Civil Society - Nature, histoire et civilisation"

Contemporain de Smith, Ferguson propose, dans cet Essay on the History of Civil Society paru en 1767, une vision du progrès et de la civilisation qui tranche singulièrement avec la conception libérale des libertés et de la société de marché. Loin de faire une apologie sans discernement de l'individu autonome et rationnel qui rapporte tout à lui-même et ne concède de restrictions à ses libertés que celles qui permettent à l'État régalien d'assurer la stabilité des propriétés et la paix indispensable à l'accomplissement de ses intérêts, Ferguson montre que la civilisation, dans ses effets heureux, suppose un développement harmonieux des liens sociaux qui rattachent l'homme-citoyen au bien commun et à la société politique. Les excès de l'individualisme aiguillonné par un intérêt que rien ne vient contrer et les formes d'abêtissement entrainées par l'excès de la division du travail qui métamorphose l'heureuse et inventive complémentarité dans le travail en une forme toujours plus abstraite et aliénante de dépendance viennent contrebalancer la positivité du mouvement de l'improvement. Isolé pour ne pas dire esseulé, l'individu perd le sens de son implication politique dans le bien commun ; il risque alors de devenir le témoin impuissant du grand retour aux despotismes.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 176  pages
  • Dimensions :  1.8cmx14.4cmx19.8cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   Presses Universitaires De France - Puf Paru le
  • Collection : CNED Anglais
  • ISBN :  2130591914
  • EAN13 :  9782130591917
  • Classe Dewey :  420
  • Langue : Français

D'autres livres de  Claude Gautier

L'expérience

Chaque volume de la collection Thema propose une approche pluraliste d'une notion susceptibled'être mise au programme des enseignements de philosophie générale. Il consiste dans un ensemble limité de contributions vouées chacune à l'analyse et à l'interprétation d'un moment significatif [...

David Hume et la question de la société civile

Dès lors que l'histoire des États cesse de se confondre avec celle du droit de la puissance souveraine, qu'il devient possible d'écrire une histoire qui ne soit pas celle du souverain, mais celle de « groupes », de « sociétés » ou de « nations », alors le concept moderne de « [....]...

Normativités du sens commun

Nous proposons dans ce volume une approche pluridisciplinaire du sens commun. Fruit d'un travail collectif organisé au CURAPP et dans le cadre du programme scientifique ASC (" Apprentissage et sens commun ", Région Picardie et Union Européenne), les articles ici présentés, par la diversité de ...

Voir tous les livres de  Claude Gautier

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Contemporain de Smith, Ferguson propose, dans cet Essay on the History of Civil Society paru en 1767, une vision du progrès et de la civilisation qui tranche singulièrement avec la conception libérale des libertés et de la société de marché. Loin de faire une apologie sans discernement de l'individu autonome et rationnel qui rapporte tout à lui-même et ne concède de restrictions à ses libertés que celles qui permettent à l'État régalien d'assurer la stabilité des propriétés et la paix indispensable à l'accomplissement de ses intérêts, Ferguson montre que la civilisation, dans ses effets heureux, suppose un développement harmonieux des liens sociaux qui rattachent l'homme-citoyen au bien commun et à la société politique. Les excès de l'individualisme aiguillonné par un intérêt que rien ne vient contrer et les formes d'abêtissement entrainées par l'excès de la division du travail qui métamorphose l'heureuse et inventive complémentarité dans le travail en une forme toujours plus abstraite et aliénante de dépendance viennent contrebalancer la positivité du mouvement de l'improvement. Isolé pour ne pas dire esseulé, l'individu perd le sens de son implication politique dans le bien commun ; il risque alors de devenir le témoin impuissant du grand retour aux despotismes.