share_book
Envoyer cet article par e-mail

Les Corps perdus

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Les Corps perdus

Les Corps perdus

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Les Corps perdus"

" Depuis quelque temps il ne dormait plus. Les yeux grand ouverts dans le noir, il guettait. C'était ainsi chaque matin. Il n'avait qu'une très vague idée de ce que cela signifie : le matin, ce n'était pour lui que cet affût, cette attente, assis dos à la paroi, jambes repliées, ses bras entourant ses genoux et les ramenant serrés sur sa poitrine, pour laisser le moins d'accès possible au froid qui se faisait plus vif à cette heure-là, et la tête renversée en arrière, les yeux fixés sur le couvercle que rien ne permettait encore de distinguer. Dans la nuit glacée où il était plongé, où il ne pouvait même apercevoir ses mains, pourtant à quelques centimètres de son visage, cela allait venir, naître comme chaque fois, un espoir jamais déçu et qui le, maintenait en vie jour après jour. Il aurait voulu saisir le moment exact de l'apparition, mais cet instant lui échappait toujours. C'était là, simplement, c'était là maintenant, ce fin liseré de lumière qui dessinait, trois mètres au-dessus de sa tête, le contour circulaire du couvercle. "

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 144  pages
  • Dimensions :  1.2cmx14.0cmx20.5cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Editions Gallimard Paru le
  • Collection : Blanche
  • ISBN :  2070770710
  • EAN13 :  9782070770717
  • Classe Dewey :  843.92
  • Langue : Français

D'autres livres de François Gantheret

Les corps perdus

Dans un pays du Maghreb, Andrès, journaliste, est prisonnier, détenu au fond d'un puits. Dans la montagne, Tamia survit dans l'espoir de retrouver son amant, incarcéré dans ce même bagne. Par miracle, une nuit, Andrès parvient à s'évader. Pris en charge par Tamia, il part avec elle à la ...

Prix : 63 DH
Libido omnibus et autres nouvelles du divan

Pourquoi n'y a-t-il, dans le tiroir, qu'une seule chaussette de chaque paire, et en quels limbes errent les jumelles disparues ? Homo sapiens triomphera-t-il des cafards ? Le Grand Chauve au Col Roulé est-il le dernier des serial killers ? La chouchou est-elle comestible, et comment doit-on la cons...

La nostalgie du présent : Psychanalyse et écriture

Ecrire, analyser : quoi de commun à ces deux activités? Lorsque c'est le même qui se livre à l'une et à l'autre, quelles ruptures en lui, entre fauteuil et table d'écriture, et quelles continuités? Psychanalyste et écrivain, l'auteur explore ici, dans une véritable autobiographie de la cré...

Voir tous les livres de François Gantheret

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

" Depuis quelque temps il ne dormait plus. Les yeux grand ouverts dans le noir, il guettait. C'était ainsi chaque matin. Il n'avait qu'une très vague idée de ce que cela signifie : le matin, ce n'était pour lui que cet affût, cette attente, assis dos à la paroi, jambes repliées, ses bras entourant ses genoux et les ramenant serrés sur sa poitrine, pour laisser le moins d'accès possible au froid qui se faisait plus vif à cette heure-là, et la tête renversée en arrière, les yeux fixés sur le couvercle que rien ne permettait encore de distinguer. Dans la nuit glacée où il était plongé, où il ne pouvait même apercevoir ses mains, pourtant à quelques centimètres de son visage, cela allait venir, naître comme chaque fois, un espoir jamais déçu et qui le, maintenait en vie jour après jour. Il aurait voulu saisir le moment exact de l'apparition, mais cet instant lui échappait toujours. C'était là, simplement, c'était là maintenant, ce fin liseré de lumière qui dessinait, trois mètres au-dessus de sa tête, le contour circulaire du couvercle. "