share_book
Envoyer cet article par e-mail

J'avoue que j'ai trahi : Essai libre sur la traduction

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
J'avoue que j'ai trahi : Essai libre sur la traduction

J'avoue que j'ai trahi : Essai libre sur la traduction

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "J'avoue que j'ai trahi : Essai libre sur la traduction"

Depuis la Renaissance, on a toujours associé traduction et trahison, traducteur et " traditeur ". Cet essai disserte librement sur ce thème, en puisant à une expérience exceptionnelle. Portraits et études se succèdent, laissant apparaître le visage éclairé des écrivains chers au "traître" : Cabrera Infante, Manuel Puig, Vargas Llosa, Zoé Valdés, et aussi Bryce Echenique, Onetti ou Donoso. Et même Picasso. Le texte se déroule comme une promenade dans la Vallée des Rois, mais sans jamais oublier le guide, dont la plume traduisante est le fil d'Ariane. Sans doute le visiteur, pardon, le lecteur retiendra-t-il un peu de cette leçon de culture hispanique, et beaucoup de cet étrange plumitif, créateur de l'ombre et voix du souffleur : le traducteur, cet infidèle invétéré.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 216  pages
  • Dimensions :  2.0cmx13.4cmx21.2cm
  • Poids : 281.2g
  • Editeur :   Editions L'harmattan Paru le
  • Collection : Recherches Amériques latines
  • ISBN :  2747585441
  • EAN13 :  9782747585446
  • Classe Dewey :  860.9980904
  • Langue : Français

D'autres livres de Albert Bensoussan

Fédérico Garcia Lorca

Chantre d'un paganisme solaire, Federico Garcia Lorca (1898-1936) est un homme comblé de tons les dons. Poète et dramaturge, mais aussi peintre, pianiste, conférencier. directeur d'une troupe de théâtre, il connaît tues rapidement dans le monde hispanique un succès foudroyant. Toute de grâce...

Prix : 103 DH
Ce que je sais de Vargas Llosa

Entre l'auteur et son traducteur, se sont tissés, au fil du temps, des liens étroits, solides, impérissables. Albert Bensoussan, qui commença à traduire Mario Vargas Llosa dans les années 1970, et reste, depuis, sa voix française, nous parle de cette relation amicale et complice, de ses heurs...

Le dernier devoir

Quand les portes de la mort s'ouvrent au passage du père, y a-t-il d'autre devoir pour le fils que d'emmailloter l'écorce desséchée, d'envelopper le corps de phrases et d'anecdotes, le momifier en mémoire et en majesté ? Pour le conduire à la demeure du temps aboli, l'enfant en se souvenant, ...

Voir tous les livres de Albert Bensoussan

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Depuis la Renaissance, on a toujours associé traduction et trahison, traducteur et " traditeur ". Cet essai disserte librement sur ce thème, en puisant à une expérience exceptionnelle. Portraits et études se succèdent, laissant apparaître le visage éclairé des écrivains chers au "traître" : Cabrera Infante, Manuel Puig, Vargas Llosa, Zoé Valdés, et aussi Bryce Echenique, Onetti ou Donoso. Et même Picasso. Le texte se déroule comme une promenade dans la Vallée des Rois, mais sans jamais oublier le guide, dont la plume traduisante est le fil d'Ariane. Sans doute le visiteur, pardon, le lecteur retiendra-t-il un peu de cette leçon de culture hispanique, et beaucoup de cet étrange plumitif, créateur de l'ombre et voix du souffleur : le traducteur, cet infidèle invétéré.