share_book
Envoyer cet article par e-mail

Loin des humains

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Loin des humains

Loin des humains

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Loin des humains"

Jacques Lafleur, dont la gorge a été ouverte d'un coup de sécateur dans le jardin envahi par les ronces de sa soeur Jeanne, n'avait-il pas raté sa vie ? Eternel vagabond, faisant preuve d'une ambition limitée, marginal dans l'âme, il avait pris pension chez Jeanne après avoir réchappé de justesse à l'explosion de l'usine AZF. Il semblait pourtant avoir trouvé un havre de paix auparavant chez son frère Pierre, spécialiste des reptiles, et sa femme Valérie. Mais les choses s'étaient gâtées et Jacques était reparti dans ses errances. Pour quelle raison ? C'est ce que se demande le capitaine Félix Dutrey qui est chargé de l'enquête. Le policier se sent coupable vis-à-vis d'une de ses collègues qu'il a - littéralement - envoyée au feu et qui en a gardé des cicatrices indélébiles (voir Mourir n'est peut-être pas la pire des choses). Félix comprend la personnalité de Jacques et son mal de vivre ; il va tenter de reconstituer le puzzle de son assassinat. Ce puzzle, Rémi le recompose de son côté. En effectuant le tri des ordures auquel il est préposé, il récupère les cahiers qui constituent le journal de Jacques et que sa soeur avait jetés par peur de leur contenu. Et il décide d'intervenir. Pour faire, lui aussi, partie de l'histoire. Le nouveau roman de Pascal Dessaint aurait pu aussi s'intituler Mourir n'est peut-être pas la pire des choses. Dans la lignée très noire de Bouche d'ombre, il décrit un noeud de vipères familial et social et analyse sans aucun cynisme, presque avec compassion, le moment précis dans la vie des hommes où ils choisissent de s'éloigner de l'humain. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 280  pages
  • Dimensions :  2.2cmx11.2cmx17.0cm
  • Poids : 158.8g
  • Editeur :   Rivages Paru le
  • Collection : Rivages/Noir
  • ISBN :  2743616601
  • EAN13 :  9782743616601
  • Classe Dewey :  843.92
  • Langue : Français

D'autres livres de Pascal Dessaint

Les derniers jours d'un homme

« Quand on voit des maisons semblables, que rien ou presque ne distingue, on peut se dire que les gens derrière les façades se ressemblent aussi, qu'ils connaissent la même misère et ont cédé de la même façon au fatalisme, et que dès lors, ça pourrait les rendre solidaires, à tout le ...

L'Appel de l'huître : Chroniques vertes et vagabondes

" ...La douceur d'une cuisse de fille, la lumière du soleil sur le rocher ou sur les feuilles, la sensation de la musique, l'écorce d'un arbre, l'usure du granite et du sable, la chute d'une eau claire dans une fontaine, la hardiesse du vent - qu'y a-t-il d'autre ? De quoi d'autre avons-nous besoi...

Les Paupières de Lou

Vous allez entrer dans un appartement qui n'est pas grand et dont le voisin est bruyant. Vous allez voir un écrivain public se raccrocher à l'illusion de partager une vie privée avec une femme publique, un chat blasé et une caille incontinente. Vous allez voir l'oiseau ne rien respecter, et l'ho...

De quoi tenir dix jours

Seul. Au bord. Du monde, de soi, des autres. Comme entre deux eaux. Et là, surtout, ne rien faire. Sauf peut-être se laisser aller... à sa colère, ses penchants - ses vices - parfois même ses désirs. Mais l'air de rien. En somme un genre de folie. Quelque chose qui dirait la fureur de tous ces...

Voir tous les livres de Pascal Dessaint

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Jacques Lafleur, dont la gorge a été ouverte d'un coup de sécateur dans le jardin envahi par les ronces de sa soeur Jeanne, n'avait-il pas raté sa vie ? Eternel vagabond, faisant preuve d'une ambition limitée, marginal dans l'âme, il avait pris pension chez Jeanne après avoir réchappé de justesse à l'explosion de l'usine AZF. Il semblait pourtant avoir trouvé un havre de paix auparavant chez son frère Pierre, spécialiste des reptiles, et sa femme Valérie. Mais les choses s'étaient gâtées et Jacques était reparti dans ses errances. Pour quelle raison ? C'est ce que se demande le capitaine Félix Dutrey qui est chargé de l'enquête. Le policier se sent coupable vis-à-vis d'une de ses collègues qu'il a - littéralement - envoyée au feu et qui en a gardé des cicatrices indélébiles (voir Mourir n'est peut-être pas la pire des choses). Félix comprend la personnalité de Jacques et son mal de vivre ; il va tenter de reconstituer le puzzle de son assassinat. Ce puzzle, Rémi le recompose de son côté. En effectuant le tri des ordures auquel il est préposé, il récupère les cahiers qui constituent le journal de Jacques et que sa soeur avait jetés par peur de leur contenu. Et il décide d'intervenir. Pour faire, lui aussi, partie de l'histoire. Le nouveau roman de Pascal Dessaint aurait pu aussi s'intituler Mourir n'est peut-être pas la pire des choses. Dans la lignée très noire de Bouche d'ombre, il décrit un noeud de vipères familial et social et analyse sans aucun cynisme, presque avec compassion, le moment précis dans la vie des hommes où ils choisissent de s'éloigner de l'humain. --Ce texte fait référence à une édition épuisée ou non disponible de ce titre.