share_book
Envoyer cet article par e-mail

Montagne-Sainte-Geneviève, côté cour : Editions Champ Libre 2 (1972-1974)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Montagne-Sainte-Geneviève, côté cour : Editions Champ Libre 2 (1972-1974)

Montagne-Sainte-Geneviève, côté cour : Editions Champ Libre 2 (1972-1974)

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Montagne-Sainte-Geneviève, côté cour : Editions Champ Libre 2 (1972-1974)"

En 1969, Gérard Guégan crée avec Gérard Lebovici, célèbre impresario qui sera assassiné en 1984, les éditions Champ Libre. Montagne-Sainte-Geneviève, côté cour poursuit et clôt la chronique de cette aventure humaine singulière, dont Cité Champagne, paru en 2006, racontait comme un roman les trois premières années. C'est donc, en deux volumes, l'épopée des lendemains de 68, l'histoire vive, personnelle, des passions et des désirs dans un temps où " l'affectivité réglait les montres ", où amitié, amour et politique allaient ensemble, où tout semblait possible. De 1972 à 1974, année qui voit la mort de Pompidou et la victoire de Giscard sur Mitterrand, Champ Libre, désormais installé rue de la Montagne-Sainte-Geneviève, multiplie les projets. Tandis que Le Saux, directeur artistique, continue d'attenter au bon goût, que l'inénarrable Pétris cultive le scandale en traduisant à tour de bras Boulgakov, Chklovski, James et Spinrad, Raphaël Sorin joue les rabatteurs et se heurte non sans drôlerie à Floriana Lebovici, en charge de la presse. On discute de cinéma comme de littérature, de l'art de la guerre comme de la sexualité sans entraves, de Léo Ferré comme des Doors. On côtoie Manchette, Vaneigem, Boudard, Sangla, de Roux, Thirion, Burroughs, Herbart, Khayati, Schuhl ou Warhol. Et si, avec Guégan, on fait la chasse à un ancien colonel SS, on manque, avec Lebovici, de se faire abattre par un braqueur intempestif... Hélas ! l'argent d'abord, puis les non-dits, les mésalliances vont irrémédiablement sonner le glas de l'utopie. Deux clans se sont formés qui s'opposent de plus en plus : les moujiks (Guégan, Le Saux, Sorin, Guiomar, etc.) et les koulaks (les Lebovici, au-dessus desquels plane l'éminence grise Debord, surnommé... " Tout-à-l'ego "). Si bien qu'en novembre 74, une époque, celle des complicités créatrices, s'achève.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 509  pages
  • Dimensions :  4.0cmx15.4cmx22.8cm
  • Poids : 598.7g
  • Editeur :   Grasset & Fasquelle Paru le
  • ISBN :  2246711614
  • EAN13 :  9782246711612
  • Classe Dewey :  074
  • Langue : Français

D'autres livres de Gérard Guégan

Fontenoy ne reviendra plus

« Comme je viens d’une époque, voire d’un monde, où chacun jurait de rester éternellement fidèle à ses convictions, je me suis souvent demandé pourquoi tant de figures énergiques avaient ensuite, et sans trop tarder, tourné la page de leur jeunesse. Cette question – qu’est-ce qui...

Cité Champagne, Esc. i, appt. 289, 95-Argenteuil : Editions Champ Libre, Tome 1 (1968-1971)

Juste après 68, la révolution parut soudainement à portée de main. Sur la manière d'y parvenir, chacun avait sa théorie, mais, dans la pratique, tous voulaient vivre sans temps morts. Plus question de changer le monde sans se changer soi-même. Ni de croupir derrière la vitre en attendant les...

Voir tous les livres de Gérard Guégan

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

En 1969, Gérard Guégan crée avec Gérard Lebovici, célèbre impresario qui sera assassiné en 1984, les éditions Champ Libre. Montagne-Sainte-Geneviève, côté cour poursuit et clôt la chronique de cette aventure humaine singulière, dont Cité Champagne, paru en 2006, racontait comme un roman les trois premières années. C'est donc, en deux volumes, l'épopée des lendemains de 68, l'histoire vive, personnelle, des passions et des désirs dans un temps où " l'affectivité réglait les montres ", où amitié, amour et politique allaient ensemble, où tout semblait possible. De 1972 à 1974, année qui voit la mort de Pompidou et la victoire de Giscard sur Mitterrand, Champ Libre, désormais installé rue de la Montagne-Sainte-Geneviève, multiplie les projets. Tandis que Le Saux, directeur artistique, continue d'attenter au bon goût, que l'inénarrable Pétris cultive le scandale en traduisant à tour de bras Boulgakov, Chklovski, James et Spinrad, Raphaël Sorin joue les rabatteurs et se heurte non sans drôlerie à Floriana Lebovici, en charge de la presse. On discute de cinéma comme de littérature, de l'art de la guerre comme de la sexualité sans entraves, de Léo Ferré comme des Doors. On côtoie Manchette, Vaneigem, Boudard, Sangla, de Roux, Thirion, Burroughs, Herbart, Khayati, Schuhl ou Warhol. Et si, avec Guégan, on fait la chasse à un ancien colonel SS, on manque, avec Lebovici, de se faire abattre par un braqueur intempestif... Hélas ! l'argent d'abord, puis les non-dits, les mésalliances vont irrémédiablement sonner le glas de l'utopie. Deux clans se sont formés qui s'opposent de plus en plus : les moujiks (Guégan, Le Saux, Sorin, Guiomar, etc.) et les koulaks (les Lebovici, au-dessus desquels plane l'éminence grise Debord, surnommé... " Tout-à-l'ego "). Si bien qu'en novembre 74, une époque, celle des complicités créatrices, s'achève.