share_book
Envoyer cet article par e-mail

Paysages dévastés : Le théâtre et le sens de l'humain

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Paysages dévastés : Le théâtre et le sens de l'humain

Paysages dévastés : Le théâtre et le sens de l'humain

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Paysages dévastés : Le théâtre et le sens de l'humain"

Terreur de l'Ange : celle qu'il inspire, celle qu'il peut éprouver... Méditant l'Histoire, Walter Benjamin la compare à l'Angelus Novus de Paul Klee, le " visage tourné vers le passé ", là où ne cessent de s'amonceler " ruines sur ruines ". Heiner Müller reprend l'allégorie et place son Ange malchanceux en face d'un futur " qui s'amasse devant lui ", non moins désastreux que le passé benjaminien. Catherine Naugrette leur emboîte le pas, qui nous propose en quelque sorte de suivre le regard de l'Ange - aveugle à la beauté du monde - et d'envisager le théâtre contemporain à travers l'image - on pourrait presque dire le concept esthétique - d'un paysage dévasté. Du " rire impossible " à la mélancolie de l'après-Auschwitz, en passant par la " terreur belle ", le présent essai s'interroge sur les théâtres d'écrivains comme Beckett, Müller, Bond, Gabily ainsi que d'un metteur en scène comme Claude Régy, sur le travail de peintres comme Klee ou Kiefer, en tant qu'ils se donnent la tâche paradoxale d'aller à la rencontre de l'Autre et de retrouver l'humain - ce que, déjà, la Poétique d'Aristote appelait " le sens de l'humain " -, au coeur même des territoires dévastés de l'art et de l'Histoire

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 178  pages
  • Dimensions :  1.5cmx14.0cmx20.5cm
  • Poids : 222.3g
  • Editeur :   Circé Paru le
  • Collection : Penser le théâtre
  • ISBN :  2842421620
  • EAN13 :  9782842421625
  • Classe Dewey :  792.01
  • Langue : Français

D'autres livres de Catherine Naugrette

L'esthétique théâtrale

1. Problématique générale de l’esthétique théâtrale 2.  Le théâtre, le réel et le texte 3. Vers une poétique de la scène 4. Les esthétiques du XXe siècle...

L'esthétique théâtrale

Depuis l'Antiquité, qu'elle soit nommée comme telle ou incluse dans d'autres philosophies de l'art, l'esthétique théâtrale apparaît comme une pensée agissante qui interroge sans relâche l'art du théâtre et ses pratiques. L'objectif de ce livre est de faire découvrir les principales théor...

L'esthétique théâtrale

Depuis l'Antiquité, qu'elle soit nommée comme telle ou incluse dans d'autres philosophies de l'art, l'esthétique théâtrale apparaît comme une pensée agissante qui interroge sans relâche l'art du théâtre et ses pratiques. L'objectif de ce livre est de faire découvrir les principales théor...

Voir tous les livres de Catherine Naugrette

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Terreur de l'Ange : celle qu'il inspire, celle qu'il peut éprouver... Méditant l'Histoire, Walter Benjamin la compare à l'Angelus Novus de Paul Klee, le " visage tourné vers le passé ", là où ne cessent de s'amonceler " ruines sur ruines ". Heiner Müller reprend l'allégorie et place son Ange malchanceux en face d'un futur " qui s'amasse devant lui ", non moins désastreux que le passé benjaminien. Catherine Naugrette leur emboîte le pas, qui nous propose en quelque sorte de suivre le regard de l'Ange - aveugle à la beauté du monde - et d'envisager le théâtre contemporain à travers l'image - on pourrait presque dire le concept esthétique - d'un paysage dévasté. Du " rire impossible " à la mélancolie de l'après-Auschwitz, en passant par la " terreur belle ", le présent essai s'interroge sur les théâtres d'écrivains comme Beckett, Müller, Bond, Gabily ainsi que d'un metteur en scène comme Claude Régy, sur le travail de peintres comme Klee ou Kiefer, en tant qu'ils se donnent la tâche paradoxale d'aller à la rencontre de l'Autre et de retrouver l'humain - ce que, déjà, la Poétique d'Aristote appelait " le sens de l'humain " -, au coeur même des territoires dévastés de l'art et de l'Histoire