share_book
Envoyer cet article par e-mail

Il ne faut jurer de rien ; On ne saurait penser à tout

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Il ne faut jurer de rien ; On ne saurait penser à tout

Il ne faut jurer de rien ; On ne saurait penser à tout

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Il ne faut jurer de rien ; On ne saurait penser à tout"

Sur un théâtre ancien, faisons des pièces ludiques. Tel pourrait être le mot d'ordre d'Alfred de Musset quand il s'adonne au proverbe, genre dont Il ne faut jurer de rien et On ne saurait penser à tout sont d'incontestables réussites. Impertinentes et drôles, ces pièces bousculent les formes théâtrales empesées et le sérieux des convenances. L'esprit fuse, les surprises succèdent aux quiproquos, les incongruités aux cocasseries. L'alacrité du ton, le sens du rythme et la verve de l'échange dépoussièrent les situations déjà vues et dégourdissent les dialogues. Avec Il ne faut jurer de rien (1836) et On ne saurait penser à tout (1849), voici venu le temps de la jubilation théâtrale Les deux pièces revendiquent un certain héritage intellectuel, assument une nostalgie littéraire, le génie de Musset transmuant un théâtre de société en une oeuvre dramatique originale et nouvelle. Il ne faut jurer de rien et On ne saurait penser à tout confirment la préférence pour la « fantaisie à la française », comédies où se croisent l'humour et l'esprit, deux qualités que Musset attribue au génie dramatique qu'il admire le plus, Molière. Dans nos deux pièces, cinq personnages se croisent (si l'on excepte les utilités). L'intrigue est en général assez mince. Dans Il ne faut jurer de rien et On ne saurait penser à tout, un mariage doit se conclure, mais, à la ligne droite des consentements mutuels, les jeunes héros préfèrent les courbes romanesques et les épreuves du coeur. On le voit, la mythologie personnelle de l'auteur et une pointe de marivaudage enrichissent le genre des proverbes. La part ludique des deux pièces n'exclut pas une lecture « sérieuse » des moeurs du couple « moderne ». C'est même ce qui singularise la poétique de Musset et le situe entre Molière et Oscar Wilde. Entre vérité du coeur et amusement de l'esprit, Musset travaille à la frontière d'un genre. Les deux pièces de Musset qui se caractérisent par leur sens du rythme, de la formule et de l'à-propos confèrent au présent de l'action densité et humour. Le sens du dialogue, constamment animé par une brillante énergie, imite la conversation mondaine pour mieux s'en démarquer. Jeux de mots et coq-à-l'âne démontrent la puissance de déflagration du langage. Constamment les incongruités interfèrent avec les propos sérieux ou simplement anodins. Les dialogues deviennent un peu fous. Bien des obstacles séparent les amoureux d'Il ne faut jurer de rien et d'On ne saurait penser à tout. Franchies une à une, grâce à « la transparence vagabonde », ces épreuves redonnent un sens à l'amour. Certes, personne n'est tout à fait dupe, et Musset le premier qui refusera d'épouser Aimée d'Alton, mais il est bon de croire au bonheur et de tourner la page à l'heure des confessions intimes.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 296  pages
  • Dimensions :  2.8cmx11.0cmx18.0cm
  • Poids : 358.3g
  • Editeur :   Gallimard Paru le
  • Collection : Folio Théâtre
  • ISBN :  2070349454
  • EAN13 :  9782070349456
  • Classe Dewey :  842
  • Langue : Français

D'autres livres de Alfred de Musset

Les Caprices de Marianne, suivi de "On ne badine pas avec l'amour"

Marianne ? Oh ! la vertu incarnée : fidèle à son vieux mari, indifférente à l'amour de Coelio... du moins pour l'instant ! Car il suffit que son prétendant fasse mine de l'avoir oubliée, et voilà qu'elle se sent prête à céder ! Elle résiste un jour, s'offre le suivant... La capricieuse M...

Prix : 23 DH
A quoi rêvent les jeunes filles, suivi de La nuit vénitienne et de Les marrons du feu

" J'ai de la passion, et n'ai point d'éloquence. Mes rivaux, sous mes yeux, sauront plaire et charmer. Je resterai muet ; - moi, je ne sais qu'aimer. " Un amant muet, sans doute n'est-ce pas exactement ce à quoi rêvent les jeunes filles... Laërte le sait bien, qui cherche à imposer le timide Si...

Prix : 23 DH

Lorenzaccio

Lorenzino, Lorenzetta, Renzo, Renzino : Musset module à l'infini les surnoms et les masques pour désigner Lorenzo de Médicis, androgyne à l'aspect maladif qui nourrit en secret un projet terrible. Lorenzaccio, cousin et favori du duc Alexandre, est un modèle de débauche qui a pourtant ses en...

Prix : 25 DH
Lorenzaccio

Lorenzino, Lorenzetta, Renzo, Renzino : Musset module à l'infini les surnoms et les masques pour désigner Lorenzo de Médicis, androgyne à l'aspect maladif qui nourrit en secret un projet terrible. Lorenzaccio, cousin et favori du duc Alexandre, est un modèle de débauche qui a pourtant ses en...

Prix : 14 DH

Voir tous les livres de Alfred de Musset

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Sur un théâtre ancien, faisons des pièces ludiques. Tel pourrait être le mot d'ordre d'Alfred de Musset quand il s'adonne au proverbe, genre dont Il ne faut jurer de rien et On ne saurait penser à tout sont d'incontestables réussites. Impertinentes et drôles, ces pièces bousculent les formes théâtrales empesées et le sérieux des convenances. L'esprit fuse, les surprises succèdent aux quiproquos, les incongruités aux cocasseries. L'alacrité du ton, le sens du rythme et la verve de l'échange dépoussièrent les situations déjà vues et dégourdissent les dialogues. Avec Il ne faut jurer de rien (1836) et On ne saurait penser à tout (1849), voici venu le temps de la jubilation théâtrale Les deux pièces revendiquent un certain héritage intellectuel, assument une nostalgie littéraire, le génie de Musset transmuant un théâtre de société en une oeuvre dramatique originale et nouvelle. Il ne faut jurer de rien et On ne saurait penser à tout confirment la préférence pour la « fantaisie à la française », comédies où se croisent l'humour et l'esprit, deux qualités que Musset attribue au génie dramatique qu'il admire le plus, Molière. Dans nos deux pièces, cinq personnages se croisent (si l'on excepte les utilités). L'intrigue est en général assez mince. Dans Il ne faut jurer de rien et On ne saurait penser à tout, un mariage doit se conclure, mais, à la ligne droite des consentements mutuels, les jeunes héros préfèrent les courbes romanesques et les épreuves du coeur. On le voit, la mythologie personnelle de l'auteur et une pointe de marivaudage enrichissent le genre des proverbes. La part ludique des deux pièces n'exclut pas une lecture « sérieuse » des moeurs du couple « moderne ». C'est même ce qui singularise la poétique de Musset et le situe entre Molière et Oscar Wilde. Entre vérité du coeur et amusement de l'esprit, Musset travaille à la frontière d'un genre. Les deux pièces de Musset qui se caractérisent par leur sens du rythme, de la formule et de l'à-propos confèrent au présent de l'action densité et humour. Le sens du dialogue, constamment animé par une brillante énergie, imite la conversation mondaine pour mieux s'en démarquer. Jeux de mots et coq-à-l'âne démontrent la puissance de déflagration du langage. Constamment les incongruités interfèrent avec les propos sérieux ou simplement anodins. Les dialogues deviennent un peu fous. Bien des obstacles séparent les amoureux d'Il ne faut jurer de rien et d'On ne saurait penser à tout. Franchies une à une, grâce à « la transparence vagabonde », ces épreuves redonnent un sens à l'amour. Certes, personne n'est tout à fait dupe, et Musset le premier qui refusera d'épouser Aimée d'Alton, mais il est bon de croire au bonheur et de tourner la page à l'heure des confessions intimes.