share_book
Envoyer cet article par e-mail

La dernière reine : Victoria, 1819-1901

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La dernière reine : Victoria, 1819-1901

La dernière reine : Victoria, 1819-1901

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Description de "La dernière reine : Victoria, 1819-1901"

Victoria appartient à cette sorte de souverains pour qui, comme Louis XIV, un long règne a coïncidé avec l'apogée de la puissance de leur pays. C'est pourquoi on parle de l'époque, voire du siècle victorien, adjectif devenu synonyme de puritanisme austère et hypocrite. Mais Victoria l'était-elle elle-même ? Le récit alerte et vivant de Philippe Alexandre et Béatrix de l'Aulnoit dégage au contraire la figure méconnue d'une reine amante passionnée, éperdument amoureuse d'un mari dont la mort la laissa inconsolable ; mais aussi mère attentive pour ses neuf enfants, fine politique, et qui plus est, aquarelliste… On découvre, en entrant ainsi dans les coulisses de l'histoire, un personnage complexe et fascinant, qui régna soixante-quatre ans durant sur un empire qui couvrit près du quart des terres émergées, et dont elle aurait pu dire, comme Charles Quint, que le soleil ne s'y couchait jamais. --Thomas Ferrier

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 421  pages
  • Dimensions :  3.8cmx15.0cmx23.2cm
  • Poids : 680.4g
  • Editeur :   Robert Laffont Paru le
  • ISBN :  2221090640
  • EAN13 :  9782221090640
  • Classe Dewey :  941.081092
  • Langue : Français

D'autres livres de Philippe Alexandre

Des fourchettes dans les étoiles: Brève histoire de la gastronomie française

Les virtuoses de la gastronomie ont fait davantage pour la gloire de la France que les maréchaux de Napoléon. Ils ont mis à genoux les tsars de Russie, les rois d’Angleterre et les milliardaires américains. Leur histoire est comme l’envers de la nôtre. Aux guerres, aux famines, aux [.......

Le Roi Carême

Antonin Carême est l'inconnu le plus illustre de la cuisine française. Il a pourtant été le metteur en scène de fêtes parmi les plus fabuleuses de notre histoire et a, dans le même temps, jeté les bases de la cuisine « diététique ». De cet enfant de la Révolution et des rues de Paris, n...

Dictionnaire amoureux de la politique

"Ah ! vous aimez la politique ?" Et l'on vous foudroie du regard. Si l'on en croit experts et sondages, entre les français et la politique, ce serait le grand désamour. Mais à la première péripétie, à la première réplique, sans parler des grandes batailles que sont les élections président...

En sortir ou pas

Tout sépare Philippe Alexandre et Jacques Delors. La formation, la fonction, l'engagement. Pourtant, ensemble, ils ont écrit ce livre. Sans complaisance ni parti pris. Parce que, au-delà des querelles de clocher, ils ont la conviction que l'avenir de la France est en jeu. Vieille nation, au coeur...

Voir tous les livres de Philippe Alexandre

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Victoria appartient à cette sorte de souverains pour qui, comme Louis XIV, un long règne a coïncidé avec l'apogée de la puissance de leur pays. C'est pourquoi on parle de l'époque, voire du siècle victorien, adjectif devenu synonyme de puritanisme austère et hypocrite. Mais Victoria l'était-elle elle-même ? Le récit alerte et vivant de Philippe Alexandre et Béatrix de l'Aulnoit dégage au contraire la figure méconnue d'une reine amante passionnée, éperdument amoureuse d'un mari dont la mort la laissa inconsolable ; mais aussi mère attentive pour ses neuf enfants, fine politique, et qui plus est, aquarelliste… On découvre, en entrant ainsi dans les coulisses de l'histoire, un personnage complexe et fascinant, qui régna soixante-quatre ans durant sur un empire qui couvrit près du quart des terres émergées, et dont elle aurait pu dire, comme Charles Quint, que le soleil ne s'y couchait jamais. --Thomas Ferrier