share_book
Envoyer cet article par e-mail

Bagdad zone rouge

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Bagdad zone rouge

Bagdad zone rouge

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Bagdad zone rouge"

" Rouler! Rouler dans Bagdad, indéfiniment, sans vraie raison, si ce n'est que tu veux voir, voir ce qui se passe, même s'il ne se passe rien de sensationnel. Tu ne te lasses pas de regarder à quoi ressemble une ville morte, figée dans la peur, une ville où personne n'est censé se promener. Rouler dans cette ville, c'est se laisser aller à l'envoûtement du spectacle qui défile devant tes yeux, comme au cinéma. Sauf que tu es à Bagdad-la-mystérieuse, Bagdad-la-maudite, Bagdad l'oubliée. Rouler à défaut de pouvoir faire autre chose, rouler pour se convaincre qu'on existe, que la ville n'est pas un mirage, qu'elle fonctionne cahin-caha et que tu en témoigneras. Rouler, ici, c'est comme prendre un tranquillisant, ou un excitant, ou peut-être bien les deux, ça dépend. Car rouler c'est se perdre, et c'est aussi se laisser aller à franchir courageusement d'invisibles frontières "

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 279  pages
  • Dimensions :  2.6cmx13.6cmx21.4cm
  • Poids : 399.2g
  • Editeur :   Fayard Paru le
  • Collection : LITT.GENE.
  • ISBN :  2213635366
  • EAN13 :  9782213635361
  • Classe Dewey :  956
  • Langue : Français

D'autres livres de Anne Nivat

Islamistes

L'auteur, journaliste en poste à Moscou, est allée au Pakistan, en Afghanistan et en Irak interroger les populations (musulmans, moudjahidine, talibans, militants islamistes) sur leur mode de vie, leurs préoccupations depuis le 11/9/2001, et surout la façon dont elles perçoivent les Occidentaux...

Prix : 81 DH
Les brouillards de la guerre: Dernière mission en Afghanistan

Interrogée lors d’une émission de télévision québécoise sur ses reportages hors normes dans des guerres où il ne fait pas bon être journaliste, Anne Nivat séduit si bien son auditoire que, le lendemain, elle est invitée par un officier canadien, sur le point de partir en mission de comba...

La Maison haute : Des Russes d'aujourd'hui

Véritable curiosité architecturale, la Maison haute, un des sept gratte-ciel de Moscou, est une ville dans la ville. Edifiée en 1952 par des détenus du goulag, elle est l'un des emblèmes de l'" épopée " stalinienne. Pour approcher au mieux la Russie d'aujourd'hui, Anne Nivat s'est intéressé...

Prix : 85 DH
Lendemains de guerre en Afghanistan et en Irak

Lendemains de guerre n'est pas une nouvelle analyse géopolitique de la situation " post-11 septembre " en Afghanistan et en Irak. Ce n'est pas non plus un pamphlet anti-américain. Ce livre est un long " grand reportage " dans le style qui n'a cessé d'être le mien depuis que je me suis intéress...

Voir tous les livres de Anne Nivat

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

" Rouler! Rouler dans Bagdad, indéfiniment, sans vraie raison, si ce n'est que tu veux voir, voir ce qui se passe, même s'il ne se passe rien de sensationnel. Tu ne te lasses pas de regarder à quoi ressemble une ville morte, figée dans la peur, une ville où personne n'est censé se promener. Rouler dans cette ville, c'est se laisser aller à l'envoûtement du spectacle qui défile devant tes yeux, comme au cinéma. Sauf que tu es à Bagdad-la-mystérieuse, Bagdad-la-maudite, Bagdad l'oubliée. Rouler à défaut de pouvoir faire autre chose, rouler pour se convaincre qu'on existe, que la ville n'est pas un mirage, qu'elle fonctionne cahin-caha et que tu en témoigneras. Rouler, ici, c'est comme prendre un tranquillisant, ou un excitant, ou peut-être bien les deux, ça dépend. Car rouler c'est se perdre, et c'est aussi se laisser aller à franchir courageusement d'invisibles frontières "