share_book
Envoyer cet article par e-mail

La fin de tout

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La fin de tout

La fin de tout

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La fin de tout"

La fin de tout : dix nouvelles où l'on retrouve le brio de Jay McInerney. Par exemple, celle dont le héros, un Américain de passage à Paris, se fait draguer outrageusement par une jeune femme lors d'une soirée, sous les yeux du petit ami de l'allumeuse, qui l'a pris pour une célébrité. Au matin, il ne restera plus au narrateur qu'à se demander pour qui il a été pris. Ou encore « Le Business », qui met en scène un jeune auteur ambitieux attiré par le miroir aux alouettes de Hollywood. Il n'en retirera que du chagrin, de l'argent et des désillusions. On pense à Fitzgerald, bien sûr, pour la légèreté et le désenchantement. Mais aussi à des écrivains plus sombres, comme Truman Capote et Nathanael West. McInerney a gardé intacts ses talents, son esprit et son sens du dialogue. Avec, en plus, une sorte d'inquiétude diffuse, reflet de cette fin de siècle incertaine et de désastres à venir. Jay McInerney incarne, avec Bret Easton Ellis, une littérature américaine désinvolte et élégante. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .

Détails sur le produit

  • Reliure : Poche
  • 214  pages
  • Dimensions :  1.6cmx10.8cmx17.8cm
  • Poids : 140.6g
  • Editeur :   Seuil Paru le
  • Collection : Points
  • ISBN :  2020685302
  • EAN13 :  9782020685306
  • Classe Dewey :  850
  • Langue : Français

D'autres livres de Jay McInerney

Toute ma vie

" Pourquoi attendre ? ", telle est la devise d'Alison Poole. A vingt ans, cette fille à papa a pour meilleure amie sa carte de crédit. Elle plaque ses études et devient comédienne ; c'en est trop pour son père. Il lui coupe les vivres. Alison se perd dans la nuit new-yorkaise : sex, drugs, rock...

Prix : 75 DH
La belle vie

Deux enfants, des amis célèbres, une bonne situation, un loft à Manhattan : Corrine et Russel ont tout pour être heureux. Ce parfait exemple du rêve américain est soudain brisé par l'onde de choc de l'après 11-Septembre 2001. Croyances et espoirs, convictions et sentiments, le fric, le [....

Trente ans et des poussières

A peine trente ans et déjà mariés : Russell, éditeur, et Corrine, courtière en Bourse, n'ont pas de temps à perdre. Dans le New York des années 1980, seule compte la réussite. Et ils ont réussi un sans-faute. Séduisants, ambitieux, pas encore riches mais bien décidés à le devenir, [....

Bright Lights, Big City

Une jeune homme déambule dans le New York des années 1980, ce New York flamboyant qui semble ne vivre que la nuit. Il est vérificateur dans un journal prestigieux et son travail l'ennuie, l'amour de sa vie vient de le quitter. Dans le dédale de Manhattan, dans la chaleur des clubs, dans [.......

Voir tous les livres de Jay McInerney

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

La fin de tout : dix nouvelles où l'on retrouve le brio de Jay McInerney. Par exemple, celle dont le héros, un Américain de passage à Paris, se fait draguer outrageusement par une jeune femme lors d'une soirée, sous les yeux du petit ami de l'allumeuse, qui l'a pris pour une célébrité. Au matin, il ne restera plus au narrateur qu'à se demander pour qui il a été pris. Ou encore « Le Business », qui met en scène un jeune auteur ambitieux attiré par le miroir aux alouettes de Hollywood. Il n'en retirera que du chagrin, de l'argent et des désillusions. On pense à Fitzgerald, bien sûr, pour la légèreté et le désenchantement. Mais aussi à des écrivains plus sombres, comme Truman Capote et Nathanael West. McInerney a gardé intacts ses talents, son esprit et son sens du dialogue. Avec, en plus, une sorte d'inquiétude diffuse, reflet de cette fin de siècle incertaine et de désastres à venir. Jay McInerney incarne, avec Bret Easton Ellis, une littérature américaine désinvolte et élégante. --Ce texte fait référence à l'édition Broché .