share_book
Envoyer cet article par e-mail

Nous sommes tous des patients

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Nous sommes tous des patients

Nous sommes tous des patients

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Nous sommes tous des patients"

Pourquoi en sortant de l'hôpital ou de chez le médecin, nombre de patients se retrouvent plus démunis et inquiets qu'avant d'y entrer ? La question peut paraître anodine mais, en réalité, elle révèle un certain malaise, voire un paradoxe, selon lequel plus la science progresse et se spécialise, plus un fossé se creuse entre le monde médical et celui des patients. Dans Nous sommes tous des patients Catherine Nabokov interroge Martin Winckler, médecin, journaliste, écrivain, afin de dresser un état des lieux de la médecine en France, et de nous faire pénétrer dans les coulisses de cette "relation particulière" qui s'établit entre un patient et un médecin. À la lecture de cet ouvrage qui joue de la confrontation des points de vue et de nombreux exemples vécus, on se rendra compte que chacun des partis reproduit qu'il le veuille ou non une sorte de schéma bloquant : au médecin de dispenser ses connaissances comme s'il était omniscient, au patient de se conformer scrupuleusement à la parole sacrée du médecin. Or, la réalité de chaque maladie, qu'elle soit bénigne ou grave, exigerait une autre forme de relation fondée sur une collaboration et un échange entre le malade et son patient. Autrement dit sur une relation de confiance. Comment redéfinir notre rapport à la médecine pour le bien de tous ? Martin Winckler tente d'apporter des conseils et des solutions pour que le phénomène de la maladie ne soit désormais vécu ni comme une soumission culpabilisante ni comme un sentiment de dépossession de soi par la science. Il invite tous les acteurs de la santé à adopter une attitude loyale dans leur relation, et responsable, citoyenne, sur les questions de santé publique. Du même auteur : La Maladie de Sachs ; Mort in vitro. --Denis Gombert

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 220  pages
  • Dimensions :  2.0cmx14.0cmx22.0cm
  • Poids : 285.8g
  • Editeur :   Stock Paru le
  • Collection : Documents
  • ISBN :  2234054427
  • EAN13 :  9782234054424
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Pourquoi en sortant de l'hôpital ou de chez le médecin, nombre de patients se retrouvent plus démunis et inquiets qu'avant d'y entrer ? La question peut paraître anodine mais, en réalité, elle révèle un certain malaise, voire un paradoxe, selon lequel plus la science progresse et se spécialise, plus un fossé se creuse entre le monde médical et celui des patients. Dans Nous sommes tous des patients Catherine Nabokov interroge Martin Winckler, médecin, journaliste, écrivain, afin de dresser un état des lieux de la médecine en France, et de nous faire pénétrer dans les coulisses de cette "relation particulière" qui s'établit entre un patient et un médecin. À la lecture de cet ouvrage qui joue de la confrontation des points de vue et de nombreux exemples vécus, on se rendra compte que chacun des partis reproduit qu'il le veuille ou non une sorte de schéma bloquant : au médecin de dispenser ses connaissances comme s'il était omniscient, au patient de se conformer scrupuleusement à la parole sacrée du médecin. Or, la réalité de chaque maladie, qu'elle soit bénigne ou grave, exigerait une autre forme de relation fondée sur une collaboration et un échange entre le malade et son patient. Autrement dit sur une relation de confiance. Comment redéfinir notre rapport à la médecine pour le bien de tous ? Martin Winckler tente d'apporter des conseils et des solutions pour que le phénomène de la maladie ne soit désormais vécu ni comme une soumission culpabilisante ni comme un sentiment de dépossession de soi par la science. Il invite tous les acteurs de la santé à adopter une attitude loyale dans leur relation, et responsable, citoyenne, sur les questions de santé publique. Du même auteur : La Maladie de Sachs ; Mort in vitro. --Denis Gombert