share_book
Envoyer cet article par e-mail

Pouvoirs, Eglise et société dans les royaumes de France, Bourgogne et Germanie : Aux Xe et XIe siècles (888 - vers 1110)

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Pouvoirs, Eglise et société dans les royaumes de France, Bourgogne et Germanie : Aux Xe et XIe siècles (888 - vers 1110)

Pouvoirs, Eglise et société dans les royaumes de France, Bourgogne et Germanie : Aux Xe et XIe siècles (888 - vers 1110)

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Pouvoirs, Eglise et société dans les royaumes de France, Bourgogne et Germanie :..."

Le XIe siècle a vu s'opérer en Europe des transformations très profondes, commencées dès le milieu du Xe siècle, mais surtout sensibles après l'an mille, de sorte que, vers 1100, l'Europe différait de celle des temps carolingiens. L'immensité du territoire impérial céda la place à un "encellulement" seigneurial, lent ou brutal selon les régions et en fonction des crises politiques et dynastiques locales. Cependant, les principautés tenues par des réseaux familiaux, s'efforcèrent d'imiter un modèle royal s'appuyant sur des centres de pouvoirs castraux et religieux. Si le rêve unitaire échoua, l'Eglise échappa en partie à ce cloisonnement par sa vision universaliste. Moines, seigneurs et paysans furent les acteurs d'une société en mouvement dans laquelle les réformes s'engagèrent dans tous les domaines dans une perspective de Paix. La lumière du Xe siècle fut presque une Renaissance. Elle reprit une tradition carolingienne élitiste qui avait avorté pour produire ses effets et les étendre à des masses d'hommes plus importantes et à des territoires nouveaux. Ce n'était encore qu'un modeste début dont l'accélération allait se poursuivre jusqu'au XIIIe siècle. Le passage de l'an mille n'est pas à proprement parler un tournant; c'est un démarrage préparé depuis longtemps.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 350  pages
  • Dimensions :  2.2cmx16.0cmx23.8cm
  • Poids : 598.7g
  • Editeur :   Editions Du Temps Paru le
  • Collection : Questions d'histoire
  • ISBN :  2842744535
  • EAN13 :  9782842744533
  • Classe Dewey :  940.1
  • Langue : Français

D'autres livres de Jean-Pierre Arrignon

La Russie médiévale

Les Guides Belles Lettres des Civilisations proposent un voyage dans le temps et l'espace (Egypte, Grèce, Rome, Inde, Chine, Japon...) et s'adressent aux étudiants, aux curieux d'histoire et de civilisations, aux voyageurs... Ouvrages pratiques et raisonnés de culture générale sur les principal...

Voir tous les livres de Jean-Pierre Arrignon

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Le XIe siècle a vu s'opérer en Europe des transformations très profondes, commencées dès le milieu du Xe siècle, mais surtout sensibles après l'an mille, de sorte que, vers 1100, l'Europe différait de celle des temps carolingiens. L'immensité du territoire impérial céda la place à un "encellulement" seigneurial, lent ou brutal selon les régions et en fonction des crises politiques et dynastiques locales. Cependant, les principautés tenues par des réseaux familiaux, s'efforcèrent d'imiter un modèle royal s'appuyant sur des centres de pouvoirs castraux et religieux. Si le rêve unitaire échoua, l'Eglise échappa en partie à ce cloisonnement par sa vision universaliste. Moines, seigneurs et paysans furent les acteurs d'une société en mouvement dans laquelle les réformes s'engagèrent dans tous les domaines dans une perspective de Paix. La lumière du Xe siècle fut presque une Renaissance. Elle reprit une tradition carolingienne élitiste qui avait avorté pour produire ses effets et les étendre à des masses d'hommes plus importantes et à des territoires nouveaux. Ce n'était encore qu'un modeste début dont l'accélération allait se poursuivre jusqu'au XIIIe siècle. Le passage de l'an mille n'est pas à proprement parler un tournant; c'est un démarrage préparé depuis longtemps.