share_book
Envoyer cet article par e-mail

Multinationales du coeur : La politique des ONG

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Multinationales du coeur : La politique des ONG

Multinationales du coeur : La politique des ONG

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Multinationales du coeur : La politique des ONG"

Greenpeace, Médecins sans frontières, Oxfam, WWF... Autant de titres souvent synonymes de vertu, de courage et d'engagement. Les ONG semblent avoir investi, dans l'imaginaire occidental, la place laissée vacante par les grands récits collectifs et les utopies politiques. Pourtant, à l'épreuve des faits, ces représentations révèlent soudain leur romantique candeur. Non gouvernementales , les ONG n'en sont pas moins, pour les gouvernements, un utile relais pour continuer la politique par d'autres moyens, notamment sur le terrain de l'aide au développement ou de l'urgence humanitaire. Réputées étrangères au marché et à la sphère du profit, elles ne craignent pourtant plus de collaborer avec des multinationales, de s'impliquer dans des fonds d'investissement dits éthiques, d'intervenir comme des organismes bancaires dans des programmes de micro-crédit ou d'organiser des opérations commerciales de grande envergure. Faut-il les en blâmer ? Ce n'est pas certain. Leur nouveau professionnalisme peut être gage de performances accrues ; leur médiation permettre de contourner des nomenclatures corrompues ; leur opportunisme médiatique peut contraindre les puissants de ce monde à plus de responsabilité et de transparence. Reste que la politique des ONG repose de plus en plus sur ce déphasage entre le mythe et la pratique, le premier garantissant l'afflux des dons privés et le lien avec un réseau de militants bénévoles particulièrement précieux, la seconde recherchant avant tout l'expertise et la performance. Faute d'assumer pleinement leurs choix, les ONG courent cependant le risque de se voir peu à peu détrônées dans l'ordre de la vertu par les mouvements et les réseaux anti-mondialisation dont elles singent souvent, quoique bien maladroitement, la radicalité.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 96  pages
  • Dimensions :  0.8cmx13.8cmx19.8cm
  • Poids : 199.6g
  • Editeur :   Seuil Paru le
  • Collection : République des idées
  • ISBN :  202063256X
  • EAN13 :  9782020632560
  • Classe Dewey :  361.77
  • Langue : Français

D'autres livres de Thierry Pech

Le Temps des riches

Les riches ont largué les amarres : ils ont fait sécession du reste de la société. Leurs gains sontdésormais sans commune mesure avec ceux de leurs contemporains et ils échappent toujoursdavantage aux filets de la solidarité. Cette situation n'est pas seulement moralement discutable [....]...

Voir tous les livres de Thierry Pech

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Greenpeace, Médecins sans frontières, Oxfam, WWF... Autant de titres souvent synonymes de vertu, de courage et d'engagement. Les ONG semblent avoir investi, dans l'imaginaire occidental, la place laissée vacante par les grands récits collectifs et les utopies politiques. Pourtant, à l'épreuve des faits, ces représentations révèlent soudain leur romantique candeur. Non gouvernementales , les ONG n'en sont pas moins, pour les gouvernements, un utile relais pour continuer la politique par d'autres moyens, notamment sur le terrain de l'aide au développement ou de l'urgence humanitaire. Réputées étrangères au marché et à la sphère du profit, elles ne craignent pourtant plus de collaborer avec des multinationales, de s'impliquer dans des fonds d'investissement dits éthiques, d'intervenir comme des organismes bancaires dans des programmes de micro-crédit ou d'organiser des opérations commerciales de grande envergure. Faut-il les en blâmer ? Ce n'est pas certain. Leur nouveau professionnalisme peut être gage de performances accrues ; leur médiation permettre de contourner des nomenclatures corrompues ; leur opportunisme médiatique peut contraindre les puissants de ce monde à plus de responsabilité et de transparence. Reste que la politique des ONG repose de plus en plus sur ce déphasage entre le mythe et la pratique, le premier garantissant l'afflux des dons privés et le lien avec un réseau de militants bénévoles particulièrement précieux, la seconde recherchant avant tout l'expertise et la performance. Faute d'assumer pleinement leurs choix, les ONG courent cependant le risque de se voir peu à peu détrônées dans l'ordre de la vertu par les mouvements et les réseaux anti-mondialisation dont elles singent souvent, quoique bien maladroitement, la radicalité.