share_book
Envoyer cet article par e-mail

Enluminures médiévales : Mémoires et merveilles de la Biblothèque nationale de France

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Enluminures médiévales : Mémoires et merveilles de la Biblothèque nationale de France

Enluminures médiévales : Mémoires et merveilles de la Biblothèque nationale de France

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Enluminures médiévales : Mémoires et merveilles de la Biblothèque nationale de France"

Mieux conservée que les oeuvres monumentales parce que moins exposée aux ravages du temps, l'illustration des manuscrits constitue un véritable musée de la peinture médiévale légué à la postérité par des peintres et enlumineurs de grand talent. La richesse des collections de la Bibliothèque nationale de France a permis de choisir, pour évoquer la vie médiévale, un large éventail de ces oeuvres allant du XIe à la fin du XVe siècle. L'artiste médiéval y transpose presque toujours les événements du monde antique (la mythologie, l'histoire profane ou la Bible), à sa propre époque. Une époque profondément chrétienne, où chacun sait que sa vie n'est que passage : c'est le pèlerinage vers la Jérusalem céleste, le paradis qu'il atteindra s'il demeure en droit chemin avec l'aide de Dieu. Le roi reçoit son pouvoir de Dieu; il est sacré. Les lois de l'Eglise régissent le droit et les institutions. Les jours chômés sont les dimanches, les grandes étapes de l'année liturgique et les fêtes des saints, que l'on honore en maintes occasions. Abbayes et cathédrales sont les dépositaires de la culture religieuse et profane. Moines et chanoines copient les textes transmis par l'Antiquité et en rehaussent d'enluminures les exemplaires les plus précieux. Dans le courant des XIIe et XIIIe siècles, le rôle des laïcs prend de l'importance et, avec la fondation des universités, de nombreux textes sont copiés par des clercs. Les manuscrits sont élaborés chez les libraires, eux-mêmes souvent copistes, et certains connaissent les arcanes de l'enluminure. Ils emploient des aides ou s'adressent à des artistes travaillant à leur propre compte. Ces changements se répercutent sur la conception de l'ornementation des manuscrits, qui elle-même évolue en fonction des mentalités et des modes. Le décor envahit les marges, racontant des histoires complémentaires des scènes principales ou des épisodes faisant allusion à d'autres passages du texte ou bien des drôleries tantôt remplies d'un humour bon enfant, tantôt plus proches du sarcasme et de la parodie. L'artiste s'y libère des contraintes et donne libre cours à son observation.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 175  pages
  • Dimensions :  1.4cmx20.8cmx26.2cm
  • Poids : 798.3g
  • Editeur :   Bibliothèque Nationale De France - Bnf Paru le
  • Collection : Mémoires et merveilles de la Bibliothèque nationale de France
  • ISBN :  2717723447
  • EAN13 :  9782717723441
  • Classe Dewey :  750
  • Langue : Français

D'autres livres de Marie-Thérèse Gousset

Jardins médiévaux en France

Au XXIe siècle, les jardins, enrichis de la multitude des cariantes héritées des cultures et de modes diverses, sont plus que jamais l'objet d'un intérêt particulier. Dans ce contexte, le jardin d'inspiration médiévale occupe une place de plus en plus importante. S'agit-il seulement d'un engo...

Voir tous les livres de Marie-Thérèse Gousset

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Mieux conservée que les oeuvres monumentales parce que moins exposée aux ravages du temps, l'illustration des manuscrits constitue un véritable musée de la peinture médiévale légué à la postérité par des peintres et enlumineurs de grand talent. La richesse des collections de la Bibliothèque nationale de France a permis de choisir, pour évoquer la vie médiévale, un large éventail de ces oeuvres allant du XIe à la fin du XVe siècle. L'artiste médiéval y transpose presque toujours les événements du monde antique (la mythologie, l'histoire profane ou la Bible), à sa propre époque. Une époque profondément chrétienne, où chacun sait que sa vie n'est que passage : c'est le pèlerinage vers la Jérusalem céleste, le paradis qu'il atteindra s'il demeure en droit chemin avec l'aide de Dieu. Le roi reçoit son pouvoir de Dieu; il est sacré. Les lois de l'Eglise régissent le droit et les institutions. Les jours chômés sont les dimanches, les grandes étapes de l'année liturgique et les fêtes des saints, que l'on honore en maintes occasions. Abbayes et cathédrales sont les dépositaires de la culture religieuse et profane. Moines et chanoines copient les textes transmis par l'Antiquité et en rehaussent d'enluminures les exemplaires les plus précieux. Dans le courant des XIIe et XIIIe siècles, le rôle des laïcs prend de l'importance et, avec la fondation des universités, de nombreux textes sont copiés par des clercs. Les manuscrits sont élaborés chez les libraires, eux-mêmes souvent copistes, et certains connaissent les arcanes de l'enluminure. Ils emploient des aides ou s'adressent à des artistes travaillant à leur propre compte. Ces changements se répercutent sur la conception de l'ornementation des manuscrits, qui elle-même évolue en fonction des mentalités et des modes. Le décor envahit les marges, racontant des histoires complémentaires des scènes principales ou des épisodes faisant allusion à d'autres passages du texte ou bien des drôleries tantôt remplies d'un humour bon enfant, tantôt plus proches du sarcasme et de la parodie. L'artiste s'y libère des contraintes et donne libre cours à son observation.