share_book
Envoyer cet article par e-mail

La philosophie du droit au tournant du millénaire : Etat des problèmes, essais de solution

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La philosophie du droit au tournant du millénaire : Etat des problèmes, essais de solution

La philosophie du droit au tournant du millénaire : Etat des problèmes, essais de solution

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La philosophie du droit au tournant du millénaire : Etat des problèmes, essais de solution"

Un tournant de millénaire n'intervient qu'une fois tous les mille ans : Monsieur de La Palice n'aurait pas dit mieux. L'auteur en a profité pour faire, avec ses amis de l'Institut national, le tour de la philosophie du droit en ce moment mémorable. Pour tout dire, une image sans relief notable. On a ainsi passé en revue le statut de la personne, sexuée comme être physique et solidement arrimée dans l'abstrait à son cadre institutionnel. Deux noms émergent ici, celui de Josef Esser - qui a mis en évidence le double rôle des " principes ", comme fondement des grands axes de l'ordre juridique (Grundsatz) et comme bouche-trou aux extrémités du droit positif (Norm) - et celui de Maurice Hauriou, extracteur de " l'institution " de l'interdit dont la Révolution française avait frappé tout ce qui sentait la fondation. Suit une réflexion sur la notion de justice, accaparée récemment par l'Américain John Rawls, spoliateur discret d'Aristote et de Thomas d'Aquin et plagiaire ouvert de Kant, pour devenir l'idole d'une philosophie européenne en manque d'idées propres. Ceci dit, on note un renforcement de l'idée de responsabilité, grâce au livre de Hans Jonas, Das Prinzip Verantwortung, qui a ouvert la voie à la conception d'une responsabilité universelle. Une oasis luxuriante dans ce paysage désertique, à savoir la méthodologie juridique qui a grandement profité de la philosophie de Kart Popper, à quoi s'ajoute un livre isolé digne d'être connu, The Logic of Choice de Gidon Gottlieb et un autre de Laurent Cohen-Tanugi, Le droit sans l'État. L'auteur conseille de prendre au sérieux aussi, sur le fond des choses, Fukuyama et Huntington, maudits par tant d'autres, mais fait pour sa part peu de cas de Habermas, prince des philosophes allemands. Et l'auteur lui-même ? Il défend un " droit de nature et de culture ". Droit de nature là où il s'agit de l'intégrité de la personne humaine et de la sauvegarde de son environnement... naturel. Droit de culture, par contre, là où s'étale la libre créativité de l'homme, en conseillant de puiser, avant de philosopher, dans trois fonds insondables que sont : l'histoire, l'internationalité (là où des accords transnationaux ont pu être atteints) et la comparativité (là où persistent les désaccords). Lira et puisera qui voudra.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 125  pages
  • Dimensions :  0.8cmx15.6cmx23.6cm
  • Poids : 181.4g
  • Editeur :   Université Du Luxembourg Paru le
  • ISBN :  2879780772
  • EAN13 :  9782879780771
  • Langue : Français

D'autres livres de Pierre Pescatore

Vade-Mecum : Recueil de formules et de conseils pratiques à l'usage des rédacteurs d'arrêts

Destiné à éclairer ceux qui rédigent les arrêts de la Cour de justice des Communautés européennes, le Vade-mecum de Pierre Pescatore n'était connu que des membres et des fonctionnaires de la Cour. Vingt ans après sa troisième édition, rédigée au moment du départ de l'éminent juge, une...

Le droit de l'intégration : Emergence d'un phénomène nouveau dans les relations internationales selon l'expérience des Communautés Européennes

Nul ne peut comprendre le droit communautaire s'il ne sait pas ce que signifie l'idée d'intégration. C'est sans doute l'ouvrage fondamental de Pierre Pescatore, publié initialement en 1972, qui en a rendu compte avec le plus d'intelligence dans le cadre des Communautés européennes lesquelles co...

L'ordre juridique des communautés européennes : Etude des sources du droit communautaire

A l'heure où l'on s'interroge sur l'existence d'un ordre juridique de l'Union européenne, il est plus que jamais indispensable de revenir à l'étude des fondamentaux. Le cours dispensé par Pierre Pescatore à l'Université de Liège au début des années 70 constitue l'une des premières études...

Introduction à la science du droit : 2e réimpression

Cet ouvrage est une réimpression d'un livre écrit en 196o et complété par une mise à jour en 1978. Il a servi à l'initiation des étudiants en droit du Luxembourg, mais le lecteur découvrira rapidement qu'à part les éléments de droit national, l'auteur a puisé profondément dans les fonds...

Voir tous les livres de Pierre Pescatore

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Un tournant de millénaire n'intervient qu'une fois tous les mille ans : Monsieur de La Palice n'aurait pas dit mieux. L'auteur en a profité pour faire, avec ses amis de l'Institut national, le tour de la philosophie du droit en ce moment mémorable. Pour tout dire, une image sans relief notable. On a ainsi passé en revue le statut de la personne, sexuée comme être physique et solidement arrimée dans l'abstrait à son cadre institutionnel. Deux noms émergent ici, celui de Josef Esser - qui a mis en évidence le double rôle des " principes ", comme fondement des grands axes de l'ordre juridique (Grundsatz) et comme bouche-trou aux extrémités du droit positif (Norm) - et celui de Maurice Hauriou, extracteur de " l'institution " de l'interdit dont la Révolution française avait frappé tout ce qui sentait la fondation. Suit une réflexion sur la notion de justice, accaparée récemment par l'Américain John Rawls, spoliateur discret d'Aristote et de Thomas d'Aquin et plagiaire ouvert de Kant, pour devenir l'idole d'une philosophie européenne en manque d'idées propres. Ceci dit, on note un renforcement de l'idée de responsabilité, grâce au livre de Hans Jonas, Das Prinzip Verantwortung, qui a ouvert la voie à la conception d'une responsabilité universelle. Une oasis luxuriante dans ce paysage désertique, à savoir la méthodologie juridique qui a grandement profité de la philosophie de Kart Popper, à quoi s'ajoute un livre isolé digne d'être connu, The Logic of Choice de Gidon Gottlieb et un autre de Laurent Cohen-Tanugi, Le droit sans l'État. L'auteur conseille de prendre au sérieux aussi, sur le fond des choses, Fukuyama et Huntington, maudits par tant d'autres, mais fait pour sa part peu de cas de Habermas, prince des philosophes allemands. Et l'auteur lui-même ? Il défend un " droit de nature et de culture ". Droit de nature là où il s'agit de l'intégrité de la personne humaine et de la sauvegarde de son environnement... naturel. Droit de culture, par contre, là où s'étale la libre créativité de l'homme, en conseillant de puiser, avant de philosopher, dans trois fonds insondables que sont : l'histoire, l'internationalité (là où des accords transnationaux ont pu être atteints) et la comparativité (là où persistent les désaccords). Lira et puisera qui voudra.