share_book
Envoyer cet article par e-mail

Le Cinéma en France à la veille du parlant : Un essai d'histoire culturelle

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Le Cinéma en France à la veille du parlant : Un essai d'histoire culturelle

Le Cinéma en France à la veille du parlant : Un essai d'histoire culturelle

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Le Cinéma en France à la veille du parlant : Un essai d'histoire culturelle"

1928 : le cinéma muet est à son apogée. Luis Buñuel triomphe avec Un chien andalou, le public s'enthousiasme pour Les Deux timides de René Clair, tandis qu'Abel Gance s'impose comme un réalisateur de génie avec Napoléon. Le muet vit pourtant ses dernières heures. L'année suivante, la déferlante du parlant le relèguera dans les limbes. C'est ce « moment 1928 » qu'étudie, à travers le cinéma, Dimitri Vezyroglou, dans un essai pionnier à la croisée de l'histoire culturelle et de l'histoire des mentalités. Car les thèmes abordés par le septième art, en cette année charnière, tendent à la société française son propre miroir : vision idéalisée et passéiste des communautés villageoises, optimisme scientiste, condamnation des moeurs « déviantes » et dénonciation du « vice », figure récurrente de l'escroc et de l'aventurier sans scrupule, hantise de la maladie, stéréotype de l'Américain riche et de l'Allemand retors, rêve d'héroïsme guerrier... Tandis que s'achèvent les années folles, le cinéma reflète les attentes, les désirs et les peurs d'un pays déchiré entre passé et avenir, tradition et modernité, peur du changement et foi dans le progrès. L'industrie du cinéma fait preuve, par là même, d'une extraordinaire créativité : la France compte alors plus de cent sociétés de production, déjà dominées par Pathé et Gaumont... Un regard nouveau et une étude ambitieuse sur la « fin de la mauvaise coupe après-guerre » à travers le cinéma.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 380  pages
  • Dimensions :  3.0cmx15.0cmx22.8cm
  • Poids : 557.9g
  • Editeur :   Cnrs Paru le
  • Collection : HORS.COLL.
  • ISBN :  2271071208
  • EAN13 :  9782271071200
  • Classe Dewey :  791
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

1928 : le cinéma muet est à son apogée. Luis Buñuel triomphe avec Un chien andalou, le public s'enthousiasme pour Les Deux timides de René Clair, tandis qu'Abel Gance s'impose comme un réalisateur de génie avec Napoléon. Le muet vit pourtant ses dernières heures. L'année suivante, la déferlante du parlant le relèguera dans les limbes. C'est ce « moment 1928 » qu'étudie, à travers le cinéma, Dimitri Vezyroglou, dans un essai pionnier à la croisée de l'histoire culturelle et de l'histoire des mentalités. Car les thèmes abordés par le septième art, en cette année charnière, tendent à la société française son propre miroir : vision idéalisée et passéiste des communautés villageoises, optimisme scientiste, condamnation des moeurs « déviantes » et dénonciation du « vice », figure récurrente de l'escroc et de l'aventurier sans scrupule, hantise de la maladie, stéréotype de l'Américain riche et de l'Allemand retors, rêve d'héroïsme guerrier... Tandis que s'achèvent les années folles, le cinéma reflète les attentes, les désirs et les peurs d'un pays déchiré entre passé et avenir, tradition et modernité, peur du changement et foi dans le progrès. L'industrie du cinéma fait preuve, par là même, d'une extraordinaire créativité : la France compte alors plus de cent sociétés de production, déjà dominées par Pathé et Gaumont... Un regard nouveau et une étude ambitieuse sur la « fin de la mauvaise coupe après-guerre » à travers le cinéma.