share_book
Envoyer cet article par e-mail

La double voix : Poèmes, essais et entretiens nouveaux, cahier parisien, extraits de lettres d'autrefois

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La double voix : Poèmes, essais et entretiens nouveaux, cahier parisien, extraits de lettres d'autrefois

La double voix : Poèmes, essais et entretiens nouveaux, cahier parisien, extraits de lettres d'autrefois

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La double voix : Poèmes, essais et entretiens nouveaux, cahier parisien, extraits de..."

Vivre est une auto-parturition à l'infini. À l'échelle du temps terrestre s'entend, un aller-retour sans fin de notre for intérieur, que désigne la lettre muette initiale Aleph, à notre " for extérieur " où se rejoignent par le truchement de nos sens tous les lieux et les temps chaotiques de ce monde, celui de l'histoire humaine inclus. La tâche n'est pas facile ! Je me suis moi-même choisi en me limitant, autant que faire se peut, à partir de mon propre " point d'incandescence " intime ; je surgis du noyau pulsant originel qui est mon appel particulier de l'infini sans visage enfoui dans le tréfonds de notre corps vivant. Ce désir initial se trouve être complice du souhait de transmettre mon appel d'infini, tout personnel, à l'ouïe d'autrui au moyen des figures verbales que je façonne dans un second temps. Je n'accède à cette écoute qu'en me restreignant, face au sentiment d'extase océanique, qui menace d'emporter toute forme de pensée et toute figure sensible dans son afflux hors de mes profondeurs mentales tout à coup sollicitées sans nulle précaution d'ordre conceptuel. Au fond de mon être conscient, comme au coeur du poème ainsi façonné par le truchement de mots quotidiens, c'est toujours l'infini premier qui se met à parler à autrui et qui, en se manifestant ainsi extra muros, atteste de notre vie intérieure, soudain rendue plus pleine ou plus parfaite peut-être dans son devenir incertain.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 190  pages
  • Dimensions :  2.4cmx13.6cmx20.8cm
  • Poids : 240.4g
  • Editeur :   Parole Et Silence Paru le
  • Collection : SIGNATURES
  • ISBN :  2845738447
  • EAN13 :  9782845738447
  • Classe Dewey :  848
  • Langue : Français

D'autres livres de Claude Vigée

La nostalgie du père : Nouveaux essais, entretiens et poèmes (2000-2007)

J'ai connu une vie difficile, problématique, souvent angoissante. Ce qui m'a toujours porté, poussé en avant à travers elle, c'est le souvenir de mes instants d'intime élévation : oui, un souffle nous soulève au-dessus de nos propres frontières, aussi étriquées, aussi tristes soient-elles ...

Voir tous les livres de Claude Vigée

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Vivre est une auto-parturition à l'infini. À l'échelle du temps terrestre s'entend, un aller-retour sans fin de notre for intérieur, que désigne la lettre muette initiale Aleph, à notre " for extérieur " où se rejoignent par le truchement de nos sens tous les lieux et les temps chaotiques de ce monde, celui de l'histoire humaine inclus. La tâche n'est pas facile ! Je me suis moi-même choisi en me limitant, autant que faire se peut, à partir de mon propre " point d'incandescence " intime ; je surgis du noyau pulsant originel qui est mon appel particulier de l'infini sans visage enfoui dans le tréfonds de notre corps vivant. Ce désir initial se trouve être complice du souhait de transmettre mon appel d'infini, tout personnel, à l'ouïe d'autrui au moyen des figures verbales que je façonne dans un second temps. Je n'accède à cette écoute qu'en me restreignant, face au sentiment d'extase océanique, qui menace d'emporter toute forme de pensée et toute figure sensible dans son afflux hors de mes profondeurs mentales tout à coup sollicitées sans nulle précaution d'ordre conceptuel. Au fond de mon être conscient, comme au coeur du poème ainsi façonné par le truchement de mots quotidiens, c'est toujours l'infini premier qui se met à parler à autrui et qui, en se manifestant ainsi extra muros, atteste de notre vie intérieure, soudain rendue plus pleine ou plus parfaite peut-être dans son devenir incertain.