share_book
Envoyer cet article par e-mail

La Sagesse du Créateur de Parfum

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
La Sagesse du Créateur de Parfum

La Sagesse du Créateur de Parfum

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "La Sagesse du Créateur de Parfum"

Sur les terres glacées, il n'y a pas de fermentations, pas de dégradations, donc pas d'odeurs. L'odeur témoigne de la vie. L'hiver, la vie se réfugie dans les maisons. Un feu de cheminée est une symphonie olfactive. Il faut réunir du petit bois, des écorces, des lichens, des pommes de pin, des herbes sèches, on craque une allumette. Avec la fumée l'odeur monte. C'est l'origine du mot parfum : per fumum, " par la fumée ". Senteurs boisées, herbacées, toutes ces " notes " vont varier avec la température du feu. Ajoutez une grosse bûche de chêne, il sentira les tanins et le whisky; mettez-y un fagot d'osier, une odeur de bord de ruisseau se répandra aussitôt. Si vous brûlez de très vieilles planches, la pièce s'emplira d'une incompréhensible odeur de vanille. Mais pour sentir pleinement, le nez ne suffit pas. Il faut la cheminée, le crépitement des flammes, couleurs, formes et mouvements. Il faut les autres sens. Pour atteindre l'esprit, l'odeur voyage sur des images et des sons. Elle y fabrique alors des instants inoubliables qui renaîtront à la moindre "madeleine" qui passe. Tel est le paradoxe du parfum.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 107  pages
  • Dimensions :  1.4cmx10.4cmx19.8cm
  • Poids : 117.9g
  • Editeur :   Editions Jean-Claude Béhar Paru le
  • Collection : Sagesse d'un métier
  • ISBN :  2915543143
  • EAN13 :  9782915543148
  • Classe Dewey :  668.5
  • Langue : Français

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Sur les terres glacées, il n'y a pas de fermentations, pas de dégradations, donc pas d'odeurs. L'odeur témoigne de la vie. L'hiver, la vie se réfugie dans les maisons. Un feu de cheminée est une symphonie olfactive. Il faut réunir du petit bois, des écorces, des lichens, des pommes de pin, des herbes sèches, on craque une allumette. Avec la fumée l'odeur monte. C'est l'origine du mot parfum : per fumum, " par la fumée ". Senteurs boisées, herbacées, toutes ces " notes " vont varier avec la température du feu. Ajoutez une grosse bûche de chêne, il sentira les tanins et le whisky; mettez-y un fagot d'osier, une odeur de bord de ruisseau se répandra aussitôt. Si vous brûlez de très vieilles planches, la pièce s'emplira d'une incompréhensible odeur de vanille. Mais pour sentir pleinement, le nez ne suffit pas. Il faut la cheminée, le crépitement des flammes, couleurs, formes et mouvements. Il faut les autres sens. Pour atteindre l'esprit, l'odeur voyage sur des images et des sons. Elle y fabrique alors des instants inoubliables qui renaîtront à la moindre "madeleine" qui passe. Tel est le paradoxe du parfum.