share_book
Envoyer cet article par e-mail

Demain, seuls au monde ?: L'Homme sans la biodiversité

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Demain, seuls au monde ?: L'Homme sans la biodiversité

Demain, seuls au monde ?: L'Homme sans la biodiversité

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "Demain, seuls au monde ?: L'Homme sans la biodiversité"

    À l’heure où l’homme, émerveillé, prend conscience de la diversité quasi infinie du vivant, il s’aperçoit également, peut-être trop tard, qu’il en est l’ennemi mortel et que, paradoxalement, il ne pourra survivre sans elle.      La sixième extinction de masse est en cours, mais cette fois-ci, le principal responsable de cette hécatombe se nomme homo sapiens. Devenus sédentaires au néolithique, nous avons commencé à modeler la nature suivant nos besoins.En a découlé une prolifération d’espèces nouvelles nées de l’élevage et des pratiques agricoles, et en même temps une destruction de plus en plus intense de l’habitat naturel des espèces sauvages.      Tout s’accéléra aux xixe et xxe siècles, lorsque surgirent la révolution industrielle, la colonisation, la poussée démographique et pour finir la mondialisation, avec leur maux désormais bien connus : surpopulation, pollution, déforestation, réchauffement climatique, au profit d’une économie devenue l’unique chef d’orchestre de notre existence.      Mais la mort de la nature, c’est la mort de l’Homme : sans les abeilles, qui pollinisera nos fleurs, prémisse indispensable à la production des céréales, fruits et légumes ? Sans les poissons et les crustacés, où des millions d’hommes trouveront-ils les protéines animales nécessaires à leur survie ? Sans les micro-organismes, qui recyclera nos déchets organiques ? Sans les plantes tropicales et le savoir botanique des peuples forestiers, où trouverons-nous les médicaments pour soigner nos maladies ?      Emmanuelle Grundmann, dans cet essai passionnant et passionné, didactique et poétique à la fois, plaide la cause de la biodiversité et nous met en garde : au rythme où nous la détruisons, en 2100 nous serons seuls au monde. Dès lors, c’est notre propre extinction qui sera programmée. Une vieille utopie se muera en cauchemar, sauf si, comprenant enfin la véritable valeur de la biodiversité, nous parvenons à inverser le cours des choses…

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 330  pages
  • Dimensions :  2.8cmx15.0cmx22.6cm
  • Poids : 358.3g
  • Editeur :   Calmann-Lévy Paru le
  • Collection : Sciences Humaines et Essais
  • ISBN :  2702139795
  • EAN13 :  9782702139790
  • Classe Dewey :  577
  • Langue : Français

D'autres livres de Emmanuelle Grundmann

Encyclopédie Milan des animaux

Sujet : Plus de 300 animaux sont répertoriés, présentés et photographiés dans leur cadre de vie. Une carte générale au début de l'ouvrage expose les onze zones climatiques qui ont naturellement donné naissance à onze chapitres. y est présentée également la légende des symboles concerna...

Les espèces menacées

Agir pour ma planète. Une collection qui se place du côté de l'action ! Découvre, comprends, expérimente et apprends les gestes simples qui protégeront ta planète. Panda, kakapo, orang-outan ou grenouille dorée, la liste rouge des espèces en voie de disparition est chaque jour plus longue e...

Ingénieuse nature : Quand la vie fait preuve d'invention

Sur notre étonnante planète bleue, la vie n'a jamais cessé, depuis plus de 3,8 milliards d'années, de faire preuve d'une éblouissante ingéniosité. Comment les organismes, des plus simples aux plus complexes, ont-ils évolué au fil du temps et de leurs écosystèmes ? Si les premiers organism...

Nos cousins, les primates (1DVD)

Autour de 35 chapitres, présentés sur des double-pages, ce documentaire propose de mieux connaître les grands singes, qui sont présentés comme nos cousins : qui sont les primates ? Vie quotidienne, vie du clan, alimentation, leçon de séduction... Un DVD, offert avec l'ouvrage, propose un docu...

Voir tous les livres de Emmanuelle Grundmann

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

    À l’heure où l’homme, émerveillé, prend conscience de la diversité quasi infinie du vivant, il s’aperçoit également, peut-être trop tard, qu’il en est l’ennemi mortel et que, paradoxalement, il ne pourra survivre sans elle.      La sixième extinction de masse est en cours, mais cette fois-ci, le principal responsable de cette hécatombe se nomme homo sapiens. Devenus sédentaires au néolithique, nous avons commencé à modeler la nature suivant nos besoins.En a découlé une prolifération d’espèces nouvelles nées de l’élevage et des pratiques agricoles, et en même temps une destruction de plus en plus intense de l’habitat naturel des espèces sauvages.      Tout s’accéléra aux xixe et xxe siècles, lorsque surgirent la révolution industrielle, la colonisation, la poussée démographique et pour finir la mondialisation, avec leur maux désormais bien connus : surpopulation, pollution, déforestation, réchauffement climatique, au profit d’une économie devenue l’unique chef d’orchestre de notre existence.      Mais la mort de la nature, c’est la mort de l’Homme : sans les abeilles, qui pollinisera nos fleurs, prémisse indispensable à la production des céréales, fruits et légumes ? Sans les poissons et les crustacés, où des millions d’hommes trouveront-ils les protéines animales nécessaires à leur survie ? Sans les micro-organismes, qui recyclera nos déchets organiques ? Sans les plantes tropicales et le savoir botanique des peuples forestiers, où trouverons-nous les médicaments pour soigner nos maladies ?      Emmanuelle Grundmann, dans cet essai passionnant et passionné, didactique et poétique à la fois, plaide la cause de la biodiversité et nous met en garde : au rythme où nous la détruisons, en 2100 nous serons seuls au monde. Dès lors, c’est notre propre extinction qui sera programmée. Une vieille utopie se muera en cauchemar, sauf si, comprenant enfin la véritable valeur de la biodiversité, nous parvenons à inverser le cours des choses…