share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'Hôtel de la Marine

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'Hôtel de la Marine

L'Hôtel de la Marine

Collectif,   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'Hôtel de la Marine"

Voilà deux ans qu'il défraie la chronique ; le départ de l'état-major de la Marine aiguise les appétits les plus vils ; que sa « privatisation » voudrait symboliser l'affaiblissement de l'Etat : l'hôtel de la Marine trouve ici sa première grande monographie, placée sous la direction scientifque d'Alexandre Gady. On l'a oublié, mais les deux palais jumeaux de Jacques-Ange Gabriel, comme la place qu'ils cantonnent avec la terrasse des Tuileries et le cours de la Seine, procèdent d'un grand dessein d'urbanisme qui devait amorcer l'extension de Paris vers l'ouest. De ces bréviaires du néoclassicisme, le plus à l'est, c'est-à-dire le plus proche des lieux de pouvoir (le Louvre, le Palais-Royal), affrmait d'emblée sa vocation régalienne : on y aménagea le Garde-meuble royal , très tôt ouvert au public et constituant ainsi notre premier musée des Arts-décoratifs. La Révolution y installerai le ministère de la Marine, bientôt jumelé à celui des Colonies. Cette nouvelle affectation apporta un regain d'apparat, renouvela le registre symbolique du décor... Le palais y gagna en prestige, ruisselant de cristal et d'or. On n'y détruisit rien pour autant. Si bien qu'aujourd'hui l'hôtel de la Marine demeure un vibrant hommage à l'art de bâtir au siècle des Lumières, il superpose harmonieusement les diverses strates de ses aménagements successifs : c'est une bible vivante de l'architecture. En pleine polémique, cet état des lieux, dressé par les plus éminents spécialistes, prêche pour une conservation scrupuleuse.

Détails sur le produit

  • Reliure : Relié
  • 224  pages
  • Dimensions :  2.6cmx24.8cmx34.8cm
  • Poids : 1900.6g
  • Editeur :   Nicolas Chaudun Paru le
  • Collection : EDITIONS NICOLA
  • ISBN :  2350391140
  • EAN13 :  9782350391144
  • Classe Dewey :  700
  • Langue : Français

D'autres livres de Alexandre Gady

Versailles : La fabrique d'un chef-d'oeuvre

Encore un livre sur Versailles ? Non. Enfin un livre sur Versailles ! Edifice majeur de l'art français, monument identitaire du patrimoine national, icône du tourisme de masse… Versailles est tout cela à la fois. Mais peut-on encore regarder cet édifice trop célèbre, trop vu, trop visité ? L...

Les hôtels particuliers de Paris : Du Moyen-Age à la Belle Epoque

Il subsiste près de cinq cents hôtels particuliers dans Paris, quand on croyait en compter plus de deux mille au XVIIe siècle Présent partout, l'hôtel parisien reste pourtant une exception si l'on songe au nombre d'immeubles de la capitale. Mais qu'importe la statistique ? La rareté tient ici ...

Jules Hardouin-Mansart : 1646-1708

Le dôme des Invalides, la galerie des Glaces et la chapelle royale de Versailles, la place Vendôme... Qui ne connaît ces chefs-d'oeuvre de l'architecture française du XVIIe siècle? Célèbres dans le monde entier, ces ensembles qui chantent la gloire de Louis XIV ont un auteur commun : Jules Ha...

Voir tous les livres de Alexandre Gady

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Voilà deux ans qu'il défraie la chronique ; le départ de l'état-major de la Marine aiguise les appétits les plus vils ; que sa « privatisation » voudrait symboliser l'affaiblissement de l'Etat : l'hôtel de la Marine trouve ici sa première grande monographie, placée sous la direction scientifque d'Alexandre Gady. On l'a oublié, mais les deux palais jumeaux de Jacques-Ange Gabriel, comme la place qu'ils cantonnent avec la terrasse des Tuileries et le cours de la Seine, procèdent d'un grand dessein d'urbanisme qui devait amorcer l'extension de Paris vers l'ouest. De ces bréviaires du néoclassicisme, le plus à l'est, c'est-à-dire le plus proche des lieux de pouvoir (le Louvre, le Palais-Royal), affrmait d'emblée sa vocation régalienne : on y aménagea le Garde-meuble royal , très tôt ouvert au public et constituant ainsi notre premier musée des Arts-décoratifs. La Révolution y installerai le ministère de la Marine, bientôt jumelé à celui des Colonies. Cette nouvelle affectation apporta un regain d'apparat, renouvela le registre symbolique du décor... Le palais y gagna en prestige, ruisselant de cristal et d'or. On n'y détruisit rien pour autant. Si bien qu'aujourd'hui l'hôtel de la Marine demeure un vibrant hommage à l'art de bâtir au siècle des Lumières, il superpose harmonieusement les diverses strates de ses aménagements successifs : c'est une bible vivante de l'architecture. En pleine polémique, cet état des lieux, dressé par les plus éminents spécialistes, prêche pour une conservation scrupuleuse.