share_book
Envoyer cet article par e-mail

Goya : Peintures

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
Goya : Peintures

Goya : Peintures

  (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

    Description de "Goya : Peintures"

    L'inquiétude est la marque de Goya. Elle transparaît dans ses créations les plus radieuses, dans ses portraits de femmes, notamment – la comtesse de Chinchon, Josefa de Bayeu, la marquise de Santa Cruz, la duchesse d'Osuna –, dont l'attitude retenue et la douce fixité du regard semblent hésiter, comme suspendues, entre profondeur de l'âme et vide de l'existence. Peint-il un noble enfant qui joue avec une pie, voleuse de la signature du maître ? Trois chats, tapis entre lumière et ombre, dévorent de leurs yeux perçants, exorbités, l'oiseau (et le nom du maître avec). L'auteur des Caprices, des Désastres de la guerre, des Disparates, des Peintures noires de la Qinta del Sordo, n'est jamais loin, même lorsqu'il joue, à ses débuts, du registre idyllique (Le Bal sur les rives du Manzanares, Le Parasol) ou de la caricature, plaisante (Charles III en chasseur) ou acérée (Ferdinand VII). Aussi, l'étendue de son registre le rend-il irréductible aux catégories esthétiques et psychologiques dans lesquelles ses innombrables exégètes ont tenté de l'enfermer. Est-il un romantique avant l'heure ? Un réaliste, un expressionniste, un « signe ascendant » des surréalistes ? L'annonciateur des impressionnistes par la légèreté de sa touche qui décompose le sujet ? Faut-il voir en lui un révolutionnaire et un patriote « engagé », un profond scrutateur de l'humain et de l'innommable, un imprécateur tragique ou satiriste sarcastique, un « poète maudit », héraut d'une vision moderne de l'art comme réponse à l'absurde, et rupture ? La modernité, si souvent évoquée à son propos, est une auberge espagnole qui ne peut retenir pareil client.

    Détails sur le produit

    • Reliure : Broché
    • 320  pages
    • Dimensions :  3.0cmx27.6cmx31.6cm
    • Poids : 2440.3g
    • Editeur :   Actes Sud Paru le
    • Collection : IMPRIMERIE NATI
    • ISBN :  2742784764
    • EAN13 :  9782742784769
    • Classe Dewey :  759.6
    • Langue : Français

    D'autres livres de Francisco Calvo Serraller

    El espejo del tiempo

    Los autores recorren la trayectoria política, social, cultural y artística de España a través de la narración histórica y de la interpretación de una iconografía cuidadosamente seleccionada....

    Voir tous les livres de Francisco Calvo Serraller

    Commentaires sur cet article

    Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

    Laisser un commentaire

    Rechercher des articles similaires par rayon

    Rechercher par thèmes associés

    L'inquiétude est la marque de Goya. Elle transparaît dans ses créations les plus radieuses, dans ses portraits de femmes, notamment – la comtesse de Chinchon, Josefa de Bayeu, la marquise de Santa Cruz, la duchesse d'Osuna –, dont l'attitude retenue et la douce fixité du regard semblent hésiter, comme suspendues, entre profondeur de l'âme et vide de l'existence. Peint-il un noble enfant qui joue avec une pie, voleuse de la signature du maître ? Trois chats, tapis entre lumière et ombre, dévorent de leurs yeux perçants, exorbités, l'oiseau (et le nom du maître avec). L'auteur des Caprices, des Désastres de la guerre, des Disparates, des Peintures noires de la Qinta del Sordo, n'est jamais loin, même lorsqu'il joue, à ses débuts, du registre idyllique (Le Bal sur les rives du Manzanares, Le Parasol) ou de la caricature, plaisante (Charles III en chasseur) ou acérée (Ferdinand VII). Aussi, l'étendue de son registre le rend-il irréductible aux catégories esthétiques et psychologiques dans lesquelles ses innombrables exégètes ont tenté de l'enfermer. Est-il un romantique avant l'heure ? Un réaliste, un expressionniste, un « signe ascendant » des surréalistes ? L'annonciateur des impressionnistes par la légèreté de sa touche qui décompose le sujet ? Faut-il voir en lui un révolutionnaire et un patriote « engagé », un profond scrutateur de l'humain et de l'innommable, un imprécateur tragique ou satiriste sarcastique, un « poète maudit », héraut d'une vision moderne de l'art comme réponse à l'absurde, et rupture ? La modernité, si souvent évoquée à son propos, est une auberge espagnole qui ne peut retenir pareil client.