share_book
Envoyer cet article par e-mail

L'Homme à l'écharpe bleue: Poser pour Lucian Freud

ou partager sur :

share_comment
Partager ce commentaire par e-mail

ou partager sur :

PRÊT A ACHETER?
(vous pouvez toujours annuler plus tard)


J'aime
L'Homme à l'écharpe bleue: Poser pour Lucian Freud

L'Homme à l'écharpe bleue: Poser pour Lucian Freud

  (Auteur),   (Auteur)


Prix : Cet article n'a pas encore de prix  ask_price

Demande de cotation sur ""
Ce titre est nouveau dans notre fonds d'ouvrages et nous ne l'avons encore jamais vendu à ce jour.
Notre engagement: Vous obtenir le meilleur prix
Aussi nombreux que soient les titres que nous référençons, absolument rien n'est automatisé dans la fixation de nos prix; et plutôt que de convertir automatiquement le prix en euros et risquer de répercuter sur vous un prix artificiellement élevé, nous vous faisons un devis rapide après avoir vérifié les prix auprès de nos différents fournisseurs.
Cette étape de demande de cotation est rapide (généralement quelques heures) et vise à vous faire bénéficier en permanence du meilleur prix pour vos achats de livres.


Sur commande

Des articles qui pourraient aussi vous intéresser

Description de "L'Homme à l'écharpe bleue: Poser pour Lucian Freud"

Lucian Freud m'indique un fauteuil bas en cuir dans lequel je m'installe. "Cette pose vous semble-t-elle raisonnablement naturelle ? s'enquiert-il. J'essaie d'imposer le moins possible mes idées à mes modèles". C'est une froide journée de fin d'automne et je porte une veste en tweed et une écharpe bleu roi. Peut-être pourrais-je garder l'écharpe pour le tableau, suggérai-je. LF est d'accord, mais il s'avère vite que sur certains points, ses désirs sont des ordres. Pensant que je pourrais peut-être lire pendant les séances, j'ai apporté un livre avec moi, mais il n'en est pas question. "Je ne pense pas que je vais vous laisser lire. J'envisage déjà d'autres possibilités". Elles ont dû lui venir à l'esprit presque aussitôt. A l'aide d'une craie, LF entreprend alors de marquer sur les lattes du parquet l'emplacement des pieds du fauteuil afin que, chaque fois que je viendrai à l'atelier, nous puissions le replacer exactement dans la même position par rapport à la lumière du plafonnier et au chevalet. Derrière moi, LF installe un paravent noir tout râpé : ce sera l'arrière-plan de mon portrait. Ensuite il cherche une toile d'une taille adéquate parmi les différents châssis disposés contre le mur. Il en écarte une parce qu'elle a un bord abîmé, ce qui, explique-t-il, fera tôt ou tard écailler la peinture. Il en trouve finalement une dans un coin et, fusain en main, se met aussitôt au travail. Nous voilà partis. C'est ainsi que nous passerons de longues heures durant plusieurs mois. Assis au centre d'une flaque de lumière dans l'atelier obscur, je commence à méditer et à observer.

Détails sur le produit

  • Reliure : Broché
  • 248  pages
  • Dimensions :  2.6cmx15.4cmx22.8cm
  • Poids : 580.6g
  • Editeur :   Thames & Hudson Paru le
  • Collection : Beaux livres
  • ISBN :  287811373X
  • EAN13 :  9782878113730
  • Classe Dewey :  700
  • Langue : Français

D'autres livres de Martin Gayford

Conversations avec David Hockney

Dans cet ouvrage remarquable, les idées, les anecdotes, les passions et l'humour de Hockney élaborent son point de vue sur les problématiques et les paradoxes de la représentation d'un monde en trois dimensions sur une surface plane. Hockney suggère que « dessiner apprend à regarder [et que] ...

Voir tous les livres de Martin Gayford

Commentaires sur cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire. Soyez le premier!

Laisser un commentaire

Rechercher des articles similaires par rayon

Rechercher par thèmes associés

Lucian Freud m'indique un fauteuil bas en cuir dans lequel je m'installe. "Cette pose vous semble-t-elle raisonnablement naturelle ? s'enquiert-il. J'essaie d'imposer le moins possible mes idées à mes modèles". C'est une froide journée de fin d'automne et je porte une veste en tweed et une écharpe bleu roi. Peut-être pourrais-je garder l'écharpe pour le tableau, suggérai-je. LF est d'accord, mais il s'avère vite que sur certains points, ses désirs sont des ordres. Pensant que je pourrais peut-être lire pendant les séances, j'ai apporté un livre avec moi, mais il n'en est pas question. "Je ne pense pas que je vais vous laisser lire. J'envisage déjà d'autres possibilités". Elles ont dû lui venir à l'esprit presque aussitôt. A l'aide d'une craie, LF entreprend alors de marquer sur les lattes du parquet l'emplacement des pieds du fauteuil afin que, chaque fois que je viendrai à l'atelier, nous puissions le replacer exactement dans la même position par rapport à la lumière du plafonnier et au chevalet. Derrière moi, LF installe un paravent noir tout râpé : ce sera l'arrière-plan de mon portrait. Ensuite il cherche une toile d'une taille adéquate parmi les différents châssis disposés contre le mur. Il en écarte une parce qu'elle a un bord abîmé, ce qui, explique-t-il, fera tôt ou tard écailler la peinture. Il en trouve finalement une dans un coin et, fusain en main, se met aussitôt au travail. Nous voilà partis. C'est ainsi que nous passerons de longues heures durant plusieurs mois. Assis au centre d'une flaque de lumière dans l'atelier obscur, je commence à méditer et à observer.